Certains États peuvent-ils servir de baromètre pour la troisième vague ?

Tant dans la première vague que dans la deuxième vague de COVID-19, une augmentation des cas quotidiens a été signalée pour la première fois au Maharashtra, puis au Kerala et à Delhi

Au cours de la première et de la deuxième vague, une augmentation des cas signalés quotidiennement a été signalée pour la première fois dans le Maharashtra, suivi du Kerala et de Delhi. Celles-ci peuvent être dues à plusieurs raisons, notamment une plus grande intégrité des données de test et de rapport. Une augmentation forte et soutenue des cas quotidiens dans ces États peut-elle servir d’avertissement précoce d’une troisième vague imminente ? Dr. Tarun Bhatnagar, Scientifique principal à l’Institut national d’épidémiologie de Chennai, Dr. Gautam Menon, Professeur de physique et de biologie à l’Université d’Ashoka et Dr. Giridhara Babu, épidémiologiste à la Public Health Foundation of India, Bengaluru expliquent les avantages et les inconvénients d’une telle approche.

Étant donné que le Kerala et le Maharashtra ont fait preuve d’une grande intégrité dans les tests et le signalement des cas, un pic soutenu de cas quotidiens dans ces deux États devrait-il servir d’indicateur d’une troisième vague ?

Gautam Menon : Nous ne devrions pas faire l’erreur de supposer que parce qu’il y a plus de lumière sous le lampadaire, ce que nous recherchons peut s’y trouver.

Étant donné que ces États ont traditionnellement bien enregistré, il serait bon d’y prêter attention, mais dans un pays vaste et diversifié, une nouvelle variante de préoccupation pourrait émerger n’importe où. Nous devons renforcer les tests et la surveillance dans toute l’Inde et pas seulement dans ces États. Il serait préférable que nous recherchions une augmentation inhabituelle des cas, une nouvelle symptomatologie et de nouvelles variantes à travers l’Inde, en accordant une attention particulière aux grandes villes surpeuplées, et pas seulement au Kerala et au Maharashtra. Par exemple, le Bengale est potentiellement un autre point chaud pour l’émergence d’une nouvelle vague, étant donné la diversité des séquences obtenues à partir de là et Kolkata, sa capitale, est suffisamment dense pour qu’une nouvelle variante se propage rapidement.

Les futurs pics seront-ils d’abord observés à Mumbai et à Delhi ou les villes de niveau 2 et 3 serviront-elles de meilleur indicateur du début de la troisième vague ?

Tarun Bhatnagar : Une nouvelle augmentation du nombre de cas dépendrait de l’ampleur de la population sensible, de la densité de population, de la mobilité et de la mise en œuvre de mesures de surveillance de la santé publique, y compris les tests et la recherche des contacts. La durée de persistance des niveaux protecteurs d’immunité est un autre paramètre important pour le moment d’une autre augmentation des cas. Les données publiées indiquent que cela dure 7 à 12 mois. Un autre facteur critique est la distribution de variants avec une transmissibilité élevée ou une capacité d’évasion immunitaire. Des informations sur tous ces facteurs sont nécessaires pour dire où la troisième vague pourrait être documentée.

Prédire les futures poussées

  • Dans un pays vaste et diversifié, une nouvelle variante de préoccupation pourrait émerger n’importe où.
  • De nouvelles poussées peuvent survenir en fonction de l’ampleur de la population sensible, de la densité de population, de la mobilité et de la mise en œuvre des mesures de surveillance.
  • La durée de persistance des niveaux protecteurs d’immunité est un autre paramètre important pour le moment d’une autre poussée.
  • De futures augmentations du nombre de cas sont attendues dans les zones à faible prévalence de sérums associées à une forte densité et mobilité de la population.
  • Les villes de niveau 2 et de niveau 3 avec un nombre de cas relativement faible au cours des vagues précédentes sont plus susceptibles d’être affectées à l’avenir.

DG : La variante Delta qui semble avoir été responsable du déclenchement de la deuxième vague à travers l’ouest du pays est originaire des villes de niveau 2 et 3 du Maharashtra, ne s’étendant que plus tard à Mumbai. Idéalement, nous devrions être sensibles à une augmentation anormale des cas au niveau des districts, car une nouvelle variante qui a augmenté les attributs d’évasion immunitaire pourrait émerger n’importe où.

La séroprévalence élevée enregistrée à Mumbai et à Delhi diminuera-t-elle sa capacité à servir d’indicateur de la troisième vague ?

TB : Une augmentation future du nombre de cas est attendue dans les zones à faible séroprévalence associée à une densité et une mobilité de population élevées. Cela pourrait se produire même dans des localités de Mumbai et de Delhi en fonction de la représentativité des enquêtes sérologiques réalisées dans ces villes. Cependant, les villes de niveau 2 et de niveau 3 avec un nombre de cas relativement faible au cours des vagues précédentes sont plus susceptibles d’être affectées à l’avenir. Cependant, la surveillance est essentielle à la détection précoce de telles tendances. La couverture vaccinale et l’émergence et la distribution de variantes plus transmissibles ou pouvant échapper à la réponse immunitaire influenceraient également une nouvelle vague de cas.

Giridhara Babu : Avec l’augmentation de la couverture vaccinale et le déclin de la population vulnérable, toute vague plus élevée qu’auparavant dans ces deux villes pourrait signifier un taux de réinfection plus élevé et/ou une diminution de la réponse immunitaire. Mais oui, si ces deux villes connaissent de grandes épidémies, le reste du pays suivra une trajectoire similaire à celle des deux vagues précédentes.

Quelles pourraient être les raisons du plafonnement des cas quotidiens au Kerala ?

FR : Il peut y avoir deux raisons, à savoir une meilleure stratégie de test et une meilleure dynamique de transmission. Premièrement, la détection au Kerala est meilleure que dans d’autres États. Bien que même le Kerala puisse également faire mieux en termes de nombre de tests, sa stratégie de test est bonne. La distribution des tests au niveau des districts et des zones rurales est plus élevée et bien répartie par rapport aux autres États. Par conséquent, ils continueront à détecter les cas. L’absence de détection dans d’autres arrière-pays ruraux de l’Inde ne signifie pas qu’il n’y a pas de circulation. Deuxièmement, il est possible qu’une plus grande propagation se soit produite au sein des contacts primaires et secondaires en raison de la nature contagieuse du virus, des efforts d’isolement et de quarantaine médiocres, entraînant une propagation de l’épidémie au Kerala.

DG : Il n’y a pas de surprises au Kerala vis-à-vis du reste du pays en termes de nouvelles variantes qu’on ne voit pas ailleurs. Ma supposition provisoire est que malgré le grand nombre de cas au Kerala, le multiplicateur entre les cas enregistrés et les cas de fond non enregistrés peut être plus faible que dans le reste du pays. Cela signifie un réservoir de ceux qui doivent encore être infectés, une idée soutenue par la séropositivité relativement faible qui y a été trouvée, d’environ 10%, dans une enquête en mars, un nombre étonnamment faible. Ainsi, le plafonnement peut simplement être un effet de réseau – les personnes les plus à risque sont probablement déjà infectées, mais beaucoup ne le sont pas et ont pu se protéger jusqu’à présent, probablement en raison des mesures strictes prises par le gouvernement et des précautions au niveau personnel. Ils s’infectent lentement, contribuant aux cas, mais pas au rythme observé lors de la deuxième vague, en raison des restrictions en place.

.

Lire aussi  La Chine renforce le contrôle politique des géants de l'Internet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick