Comment tuer l’infrastructure américaine en catimini

Des sections de la canalisation 3 d’Enbridge sont visibles sur le chantier de construction à Park Rapids, Minnesota.


Photo:

Kerem Yucel / Agence France-Presse / Getty Images

Les Américains vont avoir besoin d’un écran partagé pour les contradictions politiques de l’administration Biden. Alors même que le président a promu mardi le projet de loi bipartite sur les infrastructures qu’il a signé en novembre dernier, la Maison Blanche a décidé de rendre plus difficile la construction de routes, de ponts et, bien sûr, de pipelines de pétrole et de gaz naturel.

Le Conseil de la Maison Blanche sur la qualité de l’environnement est en train de réviser les règles de la loi sur la politique nationale de l’environnement pour autoriser les grands projets de construction. La présidente du CEQ, Brenda Mallory, a déclaré que les changements « apporteront une certitude réglementaire » et « réduiront les conflits ». Au lieu de cela, ils entraîneront davantage de litiges et de retards qui augmenteront les coûts de construction, s’ils ne tuent pas les projets d’emblée.

La NEPA oblige les agences fédérales à examiner l’impact environnemental des grands projets financés par le gouvernement fédéral ou nécessitant un permis fédéral. Les examens peuvent prendre des années et parcourir des milliers de pages, couvrant le plus petit impact potentiel sur les espèces, la qualité de l’air ou de l’eau. Les promoteurs de projets peuvent être contraints d’atténuer ces effets, par exemple en déplaçant les espèces.

Alors que la loi de 1970 visait à prévenir les catastrophes environnementales, elle est devenue une arme pour bloquer le développement. L’administration Trump a cherché à accélérer les projets en limitant les examens de la NEPA aux effets environnementaux directement prévisibles, par exemple, comment la construction d’un pipeline affecterait un cours d’eau qu’il traverse.

Certains juges libéraux, cependant, ont interprété la NEPA au sens large pour exiger l’étude des effets qui résultent indirectement d’un projet comme les émissions de CO2. Maintenant, l’administration Biden l’impose. La nouvelle règle du CEQ obligera les agences à calculer les « impacts indirects » et « cumulatifs » qui « peuvent résulter d’actions individuellement mineures mais collectivement significatives qui se déroulent sur une période de temps ». Cela signifie la mort par mille coupes réglementaires pour de nombreux projets.

Le ministère des Transports devra probablement examiner comment une expansion de l’autoroute pourrait augmenter les émissions de gaz à effet de serre de concert avec de nouveaux entrepôts. La Federal Energy Regulatory Commission pourrait avoir à calculer comment un nouveau pipeline affecterait les émissions de la production en amont et de la consommation en aval.

Attendez, la FERC n’a-t-elle pas récemment renoncé à sa politique pour faire exactement cela ? La Maison Blanche fait un pied de nez au sénateur de Virginie-Occidentale Joe Manchin, qui a fustigé la politique désormais suspendue de la FERC pour avoir fermé « l’infrastructure dont nous avons désespérément besoin en tant que pays ».

L’intention évidente de la règle est de rendre plus difficile la construction de pipelines, de routes et d’autres infrastructures qui permettraient une plus grande production de pétrole et de gaz aux États-Unis, même si l’administration fait de faux gestes pour réduire les prix de l’énergie. Vendredi dernier, l’administration a annoncé qu’elle se conformerait à une ordonnance du tribunal pour organiser des ventes de concessions pétrolières et gazières sur des terres publiques. Ces baux n’auront pas d’importance si les sociétés énergétiques ne peuvent pas obtenir de permis fédéraux pour les emprises.

Bien que les combustibles fossiles puissent être la cible politique de la règle, ne soyez pas surpris si l’énergie verte est prise dans ce piège. Des groupes environnementaux ont utilisé la NEPA pour bloquer de nouvelles mines de minéraux et des lignes de transmission qui relient des sources d’énergie renouvelables éloignées aux centres de population. Dans cette administration, la main gauche ne semble pas savoir ce que fait la main la plus à gauche.

Wonder Land (08/11/21) : Les démocrates ont saccagé les villes et la frontière. Pourquoi la politique climatique serait-elle différente ? Images : Zuma Press/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Paru dans l’édition imprimée du 21 avril 2022 sous le titre « Comment tuer l’infrastructure en catimini ».

Lire aussi  FromSoftware est presque prêt à restaurer les fonctionnalités multijoueurs de Dark Souls PC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick