Derrière l’EPA Power Grab de Biden

L’Environmental Protection Agency a fait son chemin avec le Clean Air Act et la Constitution américaine pendant des décennies. La décision de la Cour suprême jeudi en Virginie-Occidentale c. États-Unis. APE peut être le début de la fin de cette ère funeste. Il ferme la fenêtre sur l’action climatique radicale des agences fédérales sans mandat du Congrès.

Dans une décision 6 contre 3 du juge en chef John Roberts, le tribunal a jugé que le Clean Air Act n’autorisait pas le Clean Power Plan, ou CPP, par lequel l’administration Obama cherchait à forcer le secteur américain de l’électricité à passer aux sources renouvelables. Le plan limiterait les émissions totales autorisées de gaz à effet de serre de chaque État sous la bannière des « normes de performance » pour les centrales électriques. C’était la stratégie que l’EPA avait poursuivie pendant près d’une décennie comme sa meilleure option pour imposer des réglementations climatiques par une action exécutive unilatérale.

La tentative de l’EPA d’imposer un tel régime aux États était particulièrement audacieuse, car le Congrès venait de refuser d’adopter un régime similaire. Après les élections de 2008, les démocrates ont présenté le projet de loi Waxman-Markey, un vaste programme de plafonnement et d’échange visant à réduire considérablement les émissions de carbone. Même avec des supermajorités démocrates dans les deux chambres, le Congrès n’a pas réussi à adopter le projet de loi.

Après que son parti ait perdu la Chambre en 2010, le président Obama s’est tourné vers l’EPA, qui a promulgué en 2015 le Clean Power Plan. L’idée de base du CPP était de faire pression sur les États pour qu’ils ferment les centrales au charbon et (éventuellement) au gaz naturel et passent aux sources d’électricité renouvelables. L’agence a eu recours à une disposition obscure de la loi originale sur la qualité de l’air qui était en grande partie en sommeil depuis des décennies. Il habilite l’EPA à désigner un “meilleur système de réduction des émissions”, ou BSER, pour les installations existantes. La disposition n’avait été utilisée qu’une poignée de fois, principalement pour les incinérateurs de déchets solides, afin de réduire les émissions «à l’intérieur de la clôture» de l’installation elle-même.

Lire aussi  Des tampons qui peuvent coûter jusqu'à 30 cents chacun peuvent changer de couleur lorsqu'ils détectent une infection des voies urinaires

L’EPA a décidé que les BSER pourraient s’étendre au-delà de la clôture à l’ensemble de l’économie. Le CPP aurait imposé des exigences technologiques coûteuses dans son champ de compétence, mais aussi imposé des normes qui obligeraient les États à passer au gaz naturel et éventuellement aux énergies renouvelables. L’agence a même prévu d’adopter des normes nationales sur comment et quand vous êtes autorisé à utiliser l’électricité dans votre propre maison.

Il y avait une foule de problèmes statutaires et constitutionnels avec ce régime, et la Cour suprême l’a suspendu en 2016. En 2019, l’administration Trump l’a remplacé par la règle de l’énergie propre abordable. Cette règle s’en tenait à l’approche traditionnelle « à l’intérieur de la clôture » et se concentrait donc sur de modestes améliorations des émissions dans les centrales au charbon. Le dernier jour de la présidence de M. Trump, cependant, la puissante Cour d’appel du circuit américain du district de Columbia a annulé la règle Trump.

Normalement, cela rétablirait automatiquement l’ancienne règle, mais l’administration Biden a immédiatement demandé au circuit DC de s’abstenir de rétablir le CPP pendant qu’il envisageait une nouvelle règle.

Les États dirigés par la Virginie-Occidentale ont fait appel devant la Cour suprême, qui a décidé hier que l’EPA n’avait pas l’autorité statutaire pour le CPP. Les juges ont estimé que la découverte soudaine par l’EPA d’une “expansion transformatrice” de son autorité de réglementation basée sur une disposition obscure d’une “loi de longue date” soulevait une “question majeure” sur l’autorité de l’agence, obligeant le Congrès à parler avec beaucoup plus de clarté. que dans la loi. La définition étendue de l’EPA du BSER, a estimé le tribunal, présentait toutes sortes de questions majeures qui avaient précédemment attiré le scepticisme des juges : elle entraînait des impacts d’une grande importance politique, cherchait à réglementer une partie importante de l’économie américaine et empiétait sur des domaines qui sont la province de la loi de l’État et une autre agence (la Federal Energy Regulatory Commission).

Lire aussi  La Californie rend le bacon plus cher

Une question sur laquelle la cour ne s’est malheureusement pas concentrée était la coercition fédérale sur les gouvernements des États. L’EPA a normalement le pouvoir de faire elle-même tout ce qu’elle demande aux États de faire. Mais dans le CPP, même l’EPA a admis qu’elle n’avait aucune autorité statutaire pour imposer directement les mesures qu’elle demandait aux États de prendre. Il a contourné cela en utilisant son pouvoir de fermer des centrales au charbon comme levier pour prendre le contrôle de la politique de l’État dans des domaines bien au-delà de sa juridiction.

La décision laisse à l’EPA une voie étroite vers une action climatique radicale, à savoir l’adoption de normes nationales de qualité de l’air ambiant pour le dioxyde de carbone. Cela placerait l’agence dans la position absurde de fixer le bon niveau pour une composante naturelle de l’atmosphère terrestre, que les États atteindraient automatiquement ou ne pourraient jamais atteindre, entraînant un naufrage des plans de mise en œuvre des États en vertu de la loi. Cela obligerait à son tour la Cour suprême à examiner une expansion fédérale non annoncée de sa propre création, à savoir sa décision de 2007 dans Massachusetts contre EPA, qui a soutenu que le dioxyde de carbone est un polluant en vertu de la Clean Air Act. Cela a fait le gâchis que le tribunal a finalement commencé à nettoyer dans sa décision jeudi.

Dans son accord, le juge Neil Gorsuch a annoncé la portée historique de la décision : « Lorsque le Congrès semble lent à résoudre les problèmes, il est peut-être naturel que les membres du pouvoir exécutif cherchent à prendre les choses en main. Mais la Constitution n’autorise pas les agences à utiliser des réglementations par stylo et téléphone pour remplacer les lois adoptées par les représentants du peuple.

Lire aussi  Le programme STEM d'Edmonton rejoint les jeunes de partout au Canada

M. Loyola, professeur à la Florida International University et chercheur principal au Competitive Enterprise Institute, a été directeur associé de la réforme réglementaire du White House Council on Environmental Quality, 2017-19. M. Groten est associé chez Vinson & Elkins. Il représente des clients industriels assujettis à la Clean Air Act.

Coupes politiques : L’exonération de la taxe sur l’essence est une autre façon de détourner l’attention de l’un des contributeurs à l’inflation : une transition précipitée vers l’énergie verte. Images : -/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick