Google et Match Group parviennent à un accord temporaire sur les paiements intégrés

Match Group, la société mère de Tinder et Hinge, revendique avoir « de la part de Google dans sa bataille antitrust contre le géant de la recherche. Vendredi, Match a retiré une ordonnance restrictive après que les deux parties sont parvenues à un accord temporaire sur les paiements intégrés.

Match a déposé l’ordonnance contre Google un jour après, alléguant qu’il avait enfreint les lois antitrust fédérales et étatiques. Au centre du différend se trouve un changement de politique que Google prévoit de mettre en œuvre le mois prochain. À l’automne 2020, la société «  » sa position sur les paiements intégrés, annonçant qu’elle s’orientait vers l’obligation pour tous les développeurs Android de traiter les paiements impliquant des « biens et services numériques » via le système de facturation Google Play. Suite à plusieurs extensions, les développeurs ont jusqu’au pour se conformer à la politique.

Match, cependant, affirme que Google avait « précédemment assuré » à l’entreprise qu’elle pouvait utiliser son propre système de paiement. La société affirme également que Google a menacé de supprimer ses applications du Play Store si Match ne se conformait pas au changement de politique avant la date limite à venir.

En vertu de leur accord temporaire, Google autorisera les applications Match à rester sur le Play Store et ne les supprimera pas pour avoir inclus d’autres systèmes de paiement. De plus, le géant de la recherche a accepté de faire un effort de « bonne foi » pour répondre aux préoccupations de Match concernant la facturation de Google Play. Match, à son tour, s’efforcera d’offrir le système de facturation de Google en option aux consommateurs.

Enfin, au lieu de verser à Google une commission sur les achats intégrés qui se produisent en dehors du système de paiement de l’entreprise, Match établit un fonds de séquestre de 40 millions de dollars. À partir du 1er juillet, Match gardera une trace des frais qu’il aurait normalement dus à Google. Le fonds restera en place jusqu’à ce que les deux parties se rendent au tribunal en avril prochain.

Lire aussi  Une énorme fuite d'Apex Legends révèle prétendument les 27 prochains mois de contenu non annoncé • -

Suite à l’annonce de Match, Google a accusé la société d’avoir publié un communiqué de presse « trompeur » qui « dénature » les termes de leur accord. « L’affirmation de Match Group selon laquelle il ne peut pas intégrer le système de facturation de Play car il lui manque des fonctionnalités clés contredit le fait que Match Group a utilisé de manière proactive et avec succès la facturation de Play dans plus de 10 de ses applications », a déclaré Google. La société a ajouté qu’elle intenterait une contre-poursuite contre Match pour violation de son accord de distribution pour les développeurs avant leur procès en 2023.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendante de notre maison mère. Certaines de nos histoires incluent des liens d’affiliation. Si vous achetez quelque chose via l’un de ces liens, nous pouvons gagner une commission d’affiliation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick