John Roberts et le gerrymandering racial

Le gerrymandering strictement par race est illégal, alors comment peut-il être exigé ? Selon l’Alabama, c’est la question mardi à la Cour suprême de Merrill c.Milligan, une affaire impliquant le récent remaniement par l’État de sa carte de la maison des États-Unis. Les nouveaux districts ressemblent au statu quo, avec un siège à majorité noire dans le sud-est. L’État affirme qu’il a utilisé les données du recensement de 2020 simplement pour adopter des “ajustements neutres sur le plan racial pour de petits changements de population”.

Mais l’Alabama compte sept sièges à la Chambre, donc un district à majorité noire représente 14%, tandis que 26% de la population en âge de voter de l’État est noire. Un tribunal fédéral a déclaré en janvier que l’Alabama était tenu par la loi sur les droits de vote (VRA) de créer un deuxième district majoritairement noir, qui représenterait 29% de représentation. Est-ce la loi, ou est-ce un autre effort malavisé dans ce que le juge en chef Jean Roberts jadis qualifié de “business sordide, cela nous divise par race” ?

Lire aussi  Les gagnants et les perdants de Schumer-Manchin - -

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick