Home » La Chine lance le module clé d’une nouvelle station spatiale

La Chine lance le module clé d’une nouvelle station spatiale

by Les Actualites

La Chine a lancé jeudi un module sans pilote contenant ce qui deviendra des quartiers d’habitation pour trois membres d’équipage sur une station spatiale permanente qu’elle prévoit d’achever d’ici la fin de 2022, ont rapporté les médias d’État.

Le module, nommé «Tianhe» ou «Harmony of the Heavens», a été lancé sur le Long March 5B, la plus grande fusée porteuse de Chine, à 11 h 23 heure locale (0 h 23 GMT) depuis le centre de lancement spatial de Wenchang sur l’île du sud. de Hainan.

Quelques minutes après le lancement, le carénage s’est ouvert pour exposer le Tianhe au sommet de la scène centrale de la fusée, avec les personnages de «China Manned Space» sur son extérieur. Peu de temps après, il s’est séparé de la fusée, qui passera en orbite pendant environ une semaine avant de tomber sur Terre, et quelques minutes plus tard, il a ouvert ses panneaux solaires pour fournir une source d’énergie stable.

Dans cette image prise à partir d’une séquence vidéo non datée diffusée par CCTV de Chine via AP Video, un rendu d’un module d’une station spatiale chinoise est montré. La Chine a lancé jeudi le module de base pour sa première station spatiale permanente qui accueillera des astronautes sur le long terme. (Vidéo CCTV / AP)

Tianhe est l’un des trois principaux composants de ce qui serait la première station spatiale auto-développée de Chine, rivalisant avec la seule autre station en service – la Station spatiale internationale (ISS).

L’ISS est soutenu par les États-Unis, la Russie, l’Europe, le Japon et le Canada. La Chine n’a pas été autorisée à participer par les États-Unis.

“(Tianhe) est un projet pilote important dans la construction d’une nation puissante à la fois dans la technologie et dans l’espace”, a déclaré le président Xi Jinping, cité par les médias d’État, dans un discours de félicitations.

Tianhe constitue le principal quartier d’habitation de trois membres d’équipage de la station spatiale chinoise, qui aura une durée de vie d’au moins 10 ans.

10 modules supplémentaires, 4 vaisseaux spatiaux habités

Le lancement de Tianhe était la première des 11 missions nécessaires pour compléter la station spatiale, qui sera en orbite autour de la Terre à une altitude de 340 à 450 kilomètres.

Dans les missions ultérieures, la Chine lancera les deux autres modules de base, quatre vaisseaux spatiaux habités et quatre vaisseaux spatiaux cargo.

Sur cette photo publiée par l’agence de presse chinoise Xinhua, une fusée Long March 5B transportant le module central d’une station spatiale chinoise décolle jeudi du site de lancement de l’engin spatial Wenchang à Wenchang, dans la province de Hainan, dans le sud de la Chine. (Jin Liwang / Xinhua / -)

Les travaux sur le programme de la station spatiale ont commencé il y a dix ans avec le lancement d’un laboratoire spatial Tiangong-1 en 2011, puis Tiangong-2 en 2016.

Les deux ont aidé la Chine à tester les capacités de rendez-vous et d’amarrage spatiaux du programme.

La Chine vise à devenir une puissance spatiale majeure d’ici 2030. Elle a intensifié son programme spatial avec des visites sur la Lune, le lancement d’une sonde non équipée sur Mars et la construction de sa propre station spatiale.

En revanche, le sort de l’ISS vieillissante – en orbite depuis plus de deux décennies – reste incertain.

Le projet devrait expirer en 2024, hors financement de ses partenaires. La Russie a annoncé ce mois-ci qu’elle quitterait le projet à partir de 2025.

La Russie approfondit ses liens avec la Chine dans l’espace alors que les tensions avec Washington augmentent.

Moscou a critiqué le programme d’exploration lunaire Artemis dirigé par les États-Unis et a plutôt choisi de se joindre à Pékin pour mettre en place un avant-poste de recherche lunaire dans les années à venir.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.