La nouvelle façon de vérifier l’heure: sur votre poignet

Si Stacy Crawford veut connaître l’heure, elle – comme beaucoup d’autres – sort son téléphone. Mais dans la boutique Michael Kors du Centre Eaton, elle évoque le cas des montres-bracelets à grand cadran.

«J’aime leur apparence. Ce sont des bijoux. Je suppose que si j’en avais un, je pourrais me forcer à le faire », dit la femme de 34 ans, levant exagérément son poignet au niveau des yeux, autrefois un geste banal.

Désormais, les entreprises horlogères espèrent que vous redécouvrirez votre poignet. Non seulement pour avoir l’air élégant et indiquer l’heure, mais pour suivre votre forme physique, répondre aux appels téléphoniques, consulter vos e-mails et payer des marchandises. Ce mois-ci, Apple a dévoilé ses smartwatches – des ordinateurs pour le poignet – qui seront mis en vente en avril, rejoignant plusieurs marques déjà équipées.

La rumeur veut que davantage d’entreprises – Festina Suisse, Tag Heuer – dévoilent leurs versions à Baselworld, le plus grand salon international de l’horlogerie et de la bijouterie qui s’ouvre jeudi à Bâle, en Suisse.

Appeler Baselworld un salon professionnel ordinaire revient à assimiler un Rolex Yacht Master à une Swatch bas de gamme. «Les stands ressemblent à des boutiques de luxe à trois étages, certaines avec leurs propres restaurants», explique Mark Bernardo, rédacteur en chef des médias numériques chez WatchTime, un magazine spécialisé américain. «L’année dernière, une marque avait un étang à koï.» Une autre marque de prestige a construit un énorme aquarium avec des poissons vivants sur le côté de son stand.

Outre le foie gras et le champagne, le buzz du salon chic de cette année sera la smartwatch et l’entrée du pionnier technologique Apple. «Il y a une croyance parmi tous ceux qui fabriquent des montres intelligentes», dit Bernardo, «qu’il y a un instinct humain à regarder votre poignet pour obtenir des informations.»

Après tout, c’est ainsi que la montre-bracelet a évolué à partir de la montre de poche: elle était beaucoup moins encombrante, surtout au combat.

«Les soldats de la guerre des Boers ont monté leurs montres de poche sur leurs poignets», explique l’historien culturel Alexis McCrossen, auteur de Marquage des temps modernes: une histoire des horloges, montres et autres chronométreurs dans la vie américaine.

Au tournant du 20e siècle, le marché mondial des montres de poche était très concurrentiel et les fabricants ont expérimenté la fabrication de montres-bracelets, dit-elle. Les femmes portaient des bracelets ornés de bijoux avec de petits cadrans de montre, mais c’était surtout pour la parure.

Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats préféraient à nouveau une horloge attachée à leurs poignets, tout comme les aviateurs. Dans les années 1920, il n’était plus considéré comme un simple accessoire féminin.

«Les années 20 ont été une période tournée vers l’avenir», explique McCrossen, professeur d’histoire à la Southern Methodist University de Dallas. «Une montre de poche, c’était le 19e siècle, ce que votre grand-père portait.»

Au fil des décennies, la montre-bracelet a acquis un statut emblématique. «Il s’agissait d’un cadeau de fin d’études secondaires, signe de respectabilité de la classe moyenne», dit McCrossen.

À la retraite, une version dorée signifiait gratitude et respect. «C’était un symbole du temps que vous aviez accordé à l’entreprise», déclare Doug Freake, professeur de sciences humaines et d’anglais à l’Université York. «Et c’était un honneur. Vous êtes comme les patrons, vous avez une bonne montre.

Dans la culture pop, la montre-bracelet a captivé l’imagination. La montre du détective de bande dessinée Dick Tracy était une radio bidirectionnelle, et le chronométreur de l’agent secret de la télévision Maxwell Smart servait de l’un de ses nombreux téléphones.

Mais maintenant, avec la réalité rivalisant avec l’imaginaire, les smartwatches vont-elles se répandre?

Le modèle Apple haut de gamme en alliage d’or 18 carats coûtera 13 000 $. Le jury ne sait toujours pas si les acheteurs de montres de luxe, généralement de plus de 5000 dollars, mordront, dit Bernardo. Ces grands voyageurs sont attirés par l’artisanat, le statut d’une marque de prestige.

«Vous ne pouvez pas conduire votre Ferrari dans la salle de conférence, mais vous pouvez porter votre Breitling», explique Bernardo.

Ferit Tecimer, propriétaire de Humbertown Jewelers de Toronto, se moque de l’idée qu’une Apple Watch pourrait jamais surpasser une Omega ou une Patek Philippe. «Ce que nous vendons, vous le donnez à votre fils qui le donne à votre petit-fils», dit Tecimer.

Les smartwatches bas de gamme – celles d’Apple commenceront à 449 $ – peuvent plaire aux milléniaux férus de technologie. Mais il est toujours difficile de les amener à lever les poignets.

De retour au Centre Eaton, à Crawford, faisant du shopping chez Michael Kors, une montre intelligente pourrait l’attirer. Elle est déjà fidèle à Apple avec iPhone et iPad. «Être aussi connecté serait cool.»

Son amie Marie Singh, 34 ans, secoue la tête. Cela ne l’intéresse pas du tout. Elle porte une montre-bracelet ornée de strass avec une bande à maillons décalés, uniquement pour la mode. Pour l’heure, elle vérifie son téléphone.

Un homme de 30 ans avec des manches de chemise retroussées admet qu’une montre-bracelet pourrait être pratique, mais il déteste tous les accessoires sur ses bras. Son téléphone a tous les gadgets technologiques dont il a besoin et il préfère fouiller pour avoir le temps. «C’est une sorte de montre de poche sans chaîne.»

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

À grands pas dans le centre commercial, un banquier de 32 ans vêtu d’un costume bleu marine dit qu’il ne porte jamais de montre-bracelet parce qu’il serait tenté d’y jeter un coup d’œil, ce qui donnerait l’impression qu’il n’avait pas le temps pour les gens. Il compte sur son téléphone caché dans sa poche.

Et comment ça marche? Est-il ponctuel?

«Maintenant tu me fais vérifier mon téléphone», dit-il en le sortant de sa veste. « Oh, j’ai besoin de courir. »

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick