Home » La recherche sur les cellules souches de grenouilles change ce que nous savons sur la construction des organismes

La recherche sur les cellules souches de grenouilles change ce que nous savons sur la construction des organismes

by Les Actualites

Les scientifiques ont ciblé des cellules souches qui s’étaient déjà différenciées en cellules cutanées, puis les ont prélevées sur leurs embryons. En dehors de leur domicile d’origine, les cellules se sont d’abord regroupées en amas, puis se sont organisées en différentes formes que celles que leur génome de grenouille appellerait normalement.

Dans le contexte d’un embryon, les cellules souches auraient fait pousser des cils, de minuscules cellules ressemblant à des cheveux qui permettent au mucus de recouvrir la peau de grenouille. Au lieu de cela, les cellules indépendantes ont utilisé leurs cils pour se déplacer rapidement – essentiellement en utilisant leurs instructions génétiques dans un autre but. Les cellules se répondaient même les unes aux autres.

L’équipe a cherché des moyens de créer et de diriger des «xénobots», de minuscules robots vivants qui effectuent des tâches particulières. Dans le passé, ils ont réussi à utiliser les cellules de la peau de grenouille pour façonner de petits êtres multicellulaires à l’aide d’un algorithme informatique complexe. Mais ces xénobots se sont développés à partir de cellules uniques. La recherche bouleverse les conventions biologiques, écrit Philip Ball dans un profil engageant des biologistes et de leurs travaux dans Quanta Magazine. «Les résultats semblent impliquer que les cellules individuelles ont une sorte de capacité de prise de décision qui crée une palette de corps possibles qu’elles pourraient construire – contraintes et guidées par le génome mais non définies par lui.

Un jour, des essaims de minuscules xénobots pourraient être utilisés dans des thérapies médicales potentielles ou des applications environnementales. La recherche pourrait également apporter un nouvel éclairage sur la façon dont les organismes multicellulaires sont apparus en premier lieu.

C’est un travail enivrant, mais les possibilités sont exaltantes – même si elles remettent en question ce que les scientifiques pensent savoir sur la façon dont les cellules utilisent leur programmation génétique.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.