Le point de vue de The Observer sur les objectifs de crise climatique de la Grande-Bretagne | Observateur éditorial

Bla production d’électricité du ritain a traversé une phase malheureuse l’année dernière. Selon le site Web britannique Carbon Brief, il est devenu plus sale pour la première fois depuis des années, car les sources renouvelables n’ont pas fourni suffisamment d’énergie pour aider l’économie du pays à se remettre des restrictions de verrouillage. Plus de charbon et de gaz devaient être brûlés pour produire de l’électricité.

Ce saut s’est produit – en partie – parce que 2021 était remarquable pour ses vents faibles. La production des parcs éoliens a chuté de près de 15 % par rapport à 2020, malgré le fait que davantage de turbines aient été installées à travers le pays. Dans le même temps, la production d’électricité d’origine nucléaire a baissé de près de 10 % en raison de problèmes liés au vieillissement des réacteurs.

C’est un rappel qui donne à réfléchir que la route pour limiter le changement climatique va être longue, même si, dans ce cas, la nouvelle est particulièrement regrettable, étant donné que la Grande-Bretagne est toujours en charge des négociations qui ont suivi le sommet de la Cop26 à Glasgow la dernière an.

En effet, la nation restera dans cette position de leadership jusqu’à ce que l’Egypte prenne les commandes fin 2022, date de l’ouverture de son sommet Cop27 à Charm el-Cheikh. D’ici là, le monde se tournera vers la Grande-Bretagne pour montrer l’exemple et jouer un rôle majeur en veillant à ce que les promesses faites à Glasgow soient tenues.

Ce que d’autres nations auront vu jusqu’à présent n’aura cependant pas fait bonne impression. Le fait que le Royaume-Uni n’ait pas réussi à nettoyer sa production d’électricité l’année dernière, l’un des moyens les plus simples de se lancer dans la réduction des émissions de carbone, est déjà assez grave. Malheureusement, il y a eu de nombreux autres revers dans les tentatives du Royaume-Uni de lutter contre le changement climatique.

Un autre exemple a été fourni par le comité des comptes publics, qui a brutalisé le mois dernier le gouvernement face à l’échec de son programme de subventions pour les maisons vertes en Angleterre. Le programme a tellement sous-performé qu’il risque de nuire aux efforts futurs pour atteindre le zéro net, a averti le comité. Salué par Boris Johnson comme un élément clé de sa révolution industrielle verte, le programme visait à aider le public à rendre ses maisons plus écoénergétiques et moins dépendantes du chauffage aux combustibles fossiles. Cela devait se faire en accordant des subventions pour l’installation de pompes à chaleur et d’autres équipements.

Au total, 600 000 logements ont été ciblés, mais au final, seuls 47 500 ont été rénovés, tandis que seule une petite fraction des emplois attendus ont été créés au cours du processus. Comme Dame Meg Hillier, présidente du comité, l’a dit : « Ce programme a été un échec retentissant.

La production d’électricité et les logements respectueux du carbone sont clairement des problèmes auxquels il faut s’attaquer de toute urgence. Mais ce ne sont pas les seuls problèmes qui nous attendent. Comme un autre organisme gouvernemental, le Comité sur le changement climatique, l’a clairement indiqué le mois dernier, le Royaume-Uni a désespérément besoin d’une stratégie pour réduire les émissions de carbone de l’agriculture et pour examiner comment la politique fiscale peut aider à atteindre un zéro net. Ce dernier enjeu est d’autant plus important que le Trésor est désormais sous pression pour réduire la TVA sur le gaz en réponse à la crise énergétique – à un moment où il devrait la rendre plus chère afin d’en décourager l’utilisation.

Cependant, le message clé du comité était encore plus direct : le Royaume-Uni doit désormais se concentrer sur la mise en œuvre plutôt que sur les objectifs. En d’autres termes, nous avons besoin d’action, pas de paroles, lorsqu’il s’agit de lutter contre le changement climatique en 2022 et cette action ne devrait pas venir seulement d’Alok Sharma, actuellement président de la Cop26, mais de tous les ministres de haut rang, y compris Boris Johnson.

Certes, s’ils n’agissent pas fermement au cours de l’année à venir et n’assurent pas un leadership international, alors l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C sera mort.

Lire aussi  Hawaï fait face à son problème de poulet sauvage

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick