Les centrales nucléaires ont du mal à rester au frais

De son humble Au départ un filet glaciaire dans les Alpes suisses, le Rhône se transforme rapidement en l’une des voies navigables les plus industrialisées au monde. Alors qu’il serpente à travers le sud de la France vers la mer Méditerranée, son eau froide est aspirée dans des chaudières, aspirée par des tuyaux comme liquide de refroidissement, déviée pour l’agriculture. Parmi ses plus gros clients figure un bataillon de réacteurs nucléaires. Depuis les années 1970, le fleuve et ses affluents ont contribué à produire environ un quart de l’énergie atomique de la France.

Mais ces dernières semaines, cela n’a pas été le cas. Au milieu d’une vague de chaleur à combustion lente qui a tué des centaines de personnes et déclenché d’intenses incendies de forêt à travers l’Europe occidentale, et combinée à des niveaux d’eau déjà bas en raison de la sécheresse, l’eau du Rhône est devenue trop chaude pour le travail. Il n’est plus possible de refroidir les réacteurs sans rejeter en aval de l’eau si chaude qu’elle éteint la vie aquatique. Ainsi, il y a quelques semaines, Électricité de France (EDF) a commencé à arrêter des réacteurs le long du Rhône et d’un deuxième grand fleuve du sud, la Garonne. C’est maintenant une histoire familière : des arrêts similaires dus à la sécheresse et à la chaleur se sont produits en 2018 et 2019. Les coupures de cet été, combinées aux dysfonctionnements et à la maintenance d’autres réacteurs, ont contribué à réduire la production d’électricité nucléaire de la France de près de 50 %.

Lire aussi  TFI Friday : 3 nouveaux jeux indépendants sur l'art et les sentiments

De toutes les sources d’énergie à faible émission de carbone qui seront probablement nécessaires pour lutter contre le changement climatique, l’énergie nucléaire est généralement considérée comme la moins perturbatrice. C’est le renfort qui est appelé lorsque le temps ne coopère pas pour d’autres sources d’énergie sans carbone, comme l’éolien et le solaire. Mais l’industrie nucléaire fait face à ses propres risques climatiques.

Les problèmes d’eau – trop ou trop peu – sont plus souvent associés aux barrages hydroélectriques, qui ont eu du mal à maintenir la production dans des endroits asséchés comme l’Ouest américain. Mais comme le dit l’historien suédois Per Högselius, une grande partie de l’ingénierie nucléaire actuelle ne consiste pas à diviser des atomes, mais à gérer des problèmes aquatiques à plus grande échelle. Les techniciens nucléaires sont connus pour désigner leur métier comme une manière très compliquée de faire bouillir de l’eau, produisant de la vapeur qui fait tourner des turbines. Mais il en faut généralement beaucoup plus pour maintenir le réacteur au frais. C’est pourquoi tant d’équipements sont implantés en bord de mer et le long de grands fleuves comme le Rhône.

De nombreuses autres industries sont affectées par les rivières plus chaudes, y compris les grandes usines et les centrales électriques qui fonctionnent au charbon et au gaz. Mais les centrales nucléaires sont uniques en raison de leur taille immense et du rôle central qu’elles jouent dans le maintien des réseaux énergétiques en ligne dans des endroits comme la France. Et le réchauffement et la diminution des cours d’eau ne sont pas les seuls défis climatiques auxquels ils sont confrontés. Sur les côtes, la combinaison de l’élévation du niveau de la mer et des tempêtes plus fréquentes et plus intenses signifie des risques d’inondation accrus. Les scientifiques ont également souligné d’autres défis plus inhabituels, comme des proliférations d’algues plus fréquentes et des populations de méduses explosives, qui peuvent obstruer les conduites d’eau.

Lire aussi  Un laboratoire pour étudier la matière noire s'ouvre à 1 km sous la ville australienne – sans bananes autorisées | Victoria

Les centrales nucléaires sont également construites pour durer longtemps dans le futur, avec des durées de vie qui s’étendent sur un demi-siècle ou plus. Beaucoup ont été construits dans les années 1970 et 1980, bien avant que les régulateurs ne pensent à prendre en compte les menaces liées au climat qu’ils pourraient éventuellement rencontrer, explique Natalie Kopytko, chercheuse à l’Université de Leeds qui a creusé dans les cadres réglementaires nucléaires pour rechercher des considérations climatiques. “Je n’ai absolument rien vu sur le changement climatique, ce qui était assez effrayant”, dit-elle. Là où Kopytko a vu le climat invoqué, les plans supposaient que les conditions météorologiques actuelles se maintiendraient longtemps dans le futur.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick