Les grandes compagnies pétrolières sont motivées par le profit – elles ne deviendront pas vertes par elles-mêmes | Brett Christophers

LLa semaine dernière, l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la principale autorité énergétique mondiale, a dévoilé l’ampleur du défi consistant à maintenir le monde sur la bonne voie pour atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050: une accélération massive du développement des énergies renouvelables et, de manière flagrante, aucun nouveau développement de pétrole, de gaz ou de charbon. Rien.

Tant que le charbon restera le moins cher, l’AIE a toujours prédit qu’il continuerait à être la principale source d’énergie dans la production d’électricité. Maintenant que les énergies renouvelables, et l’énergie solaire en particulier, produisent de l’électricité à un prix aussi bon marché – et souvent moins cher – que les hydrocarbures, l’AIE considère qu’une transition énergétique rapide est plus réalisable. Elle trouve un encouragement dans le coût des types d’énergie respectifs: en termes économiques, l’AIE est une vision du monde «centrée sur les coûts».

Cette perspective centrée sur les coûts est compréhensible. Les historiens ont longtemps considéré le coût des sources d’énergie comme une explication de la première grande transition énergétique du monde, de l’eau à la vapeur et au charbon, pendant la révolution industrielle. Le consensus parmi de nombreux historiens est que les premiers capitalistes industriels d’Angleterre se sont tournés vers les combustibles fossiles parce qu’ils étaient moins chers.

Mais les recherches récentes et révolutionnaires de l’économiste politique Andreas Malm ont réfuté cette orthodoxie. La vapeur était ne pas moins cher. Le capital industriel s’est tourné vers les combustibles fossiles au début du XIXe siècle non pas en raison de leur coût, mais parce qu’ils pouvaient rendre la production plus rentable. Une machine à vapeur, contrairement à une roue hydraulique, pouvait être installée plus ou moins n’importe où, par exemple là où la main-d’œuvre bon marché était la plus abondante. Le profit tiré des combustibles fossiles, et non leur coût, était la clé.

Lire aussi  Ex-Zodiac est fortement inspiré de Star Fox et est maintenant en accès anticipé

Les conclusions de Malm soulèvent une question cruciale: que se passerait-il si l’économie de la transition énergétique actuelle ne tournait pas non plus, comme le suppose l’AIE, sur les coûts technologiques relatifs mais sur la rentabilité? Qu’est-ce que cela signifierait pour le monde de rester sur la voie étroite du net zéro envisagée par l’AIE?

Une manière d’aborder ces questions est de considérer les stratégies actuelles des majors pétrolières et gazières européennes, BP, Shell et Total. Au cours des 15 derniers mois, les trois ont annoncé leur intention de passer du statut de société pétrolière et gazière à celui de «société énergétique», et tous trois investissent désormais dans les énergies renouvelables ainsi que dans la production d’hydrocarbures.

Pour ces entreprises, le profit est en effet la variable pivot, tout comme il l’était pour les premiers capitalistes industriels de Malm. Tous les investissements proposés par les majors pétrolières et gazières doivent respecter des taux d’obstacles de rentabilité pour être approuvés. Le coût compte, bien sûr, mais uniquement dans la mesure où il influe sur la rentabilité attendue.

Pour comprendre l’économie de la transition énergétique, nous devons adopter une perspective «centrée sur le profit» plutôt que centrée sur les coûts. Surtout, les trois sociétés conviennent que la production d’hydrocarbures dans des domaines tels que le pétrole reste nettement plus rentable que la production d’énergie renouvelable. Taux de rentabilité interne (TRI) – la mesure commerciale standard de la rentabilité d’un investissement – sont d’environ 15% à 20% sur les hydrocarbures, ou plus. Les TRI typiques sur les énergies renouvelables se situent aujourd’hui autour de 5% à 6%, bien que les majors pensent pouvoir faire mieux que les entreprises d’énergies renouvelables existantes et porter les rendements à environ 10%.

Une grande partie de ces différences, comme l’a noté l’économiste de l’énergie Nick Butler, tient aux divers degrés de concurrence. Les barrières à l’entrée dans le secteur des énergies renouvelables sont beaucoup plus faibles que dans le pétrole et le gaz, ce qui augmente la concurrence et déprime la rentabilité.

En conséquence, les trois majors européennes continuent d’investir beaucoup plus de ressources dans le développement du pétrole et du gaz que dans le développement des énergies renouvelables. BP, par exemple, lancera sept nouveaux grands projets de production d’hydrocarbures en 2022, avec au moins trois autres en 2023 ou plus tard.

L’idée que ces entreprises – sans parler des majors pétrolières et gazières américaines ou des compagnies pétrolières nationales des pétro-états du monde, qui ont été beaucoup plus circonspectes à l’égard des énergies renouvelables que les Européens – cesseront rapidement de développer de nouveaux hydrocarbures de la manière préconisée par l’AIE vole face à ces réalités économiques. Les hydrocarbures rapportent de plus gros profits.

En fait, l’un des principaux moyens par lesquels les majors démontrent leur valeur d’entreprise aux investisseurs est de montrer précisément leur succès dans le développement de nouveaux actifs exploitables («réserves») pour valoriser les vastes quantités de pétrole et de gaz qu’elles extraient de la Terre sur une base quotidienne. BP appelle cela le «ratio de remplacement des réserves prouvées», l’un de ses principaux indicateurs de performance. Il ne s’agit guère de la métrique d’une entreprise véritablement engagée à mettre fin à ses activités pétrolières et gazières. Comme le dit l’entreprise elle-même, les hydrocarbures «resteront au cœur de BP pendant des décennies».

Taxer les émissions de carbone par la tarification du carbone – sous la forme de programmes de plafonnement et d’échange ou de taxes sur les émissions – sera probablement insuffisant pour freiner les nouveaux développements pétroliers et gaziers. Comme l’a fait valoir l’économiste Lance Taylor, les prix incorporés dans les programmes et propositions actuels sont beaucoup trop bas. En tout état de cause, les grandes sociétés pétrolières et gazières intègrent les taxes sur le carbone dans leurs projections lorsqu’elles modélisent les flux de trésorerie d’investissement, et considèrent toujours que les projets d’hydrocarbures proposés sont très rentables. Total, par exemple, suppose un prix du carbone à long terme de 40 $ (28 £) la tonne comme scénario de «scénario de base» pour l’évaluation du projet, ajoutant une «analyse de sensibilité» où le carbone est évalué à 100 $ la tonne à partir de 2030.

Ces entreprises planifient également, bien entendu, sur la base de différents prix potentiels des matières premières. Deux grands projets d’hydrocarbures récemment approuvés en Angola et au Brésil devraient générer des TRI pour Total supérieurs à 20% à un prix du pétrole prudent de 50 dollars le baril. Le pétrole se négocie actuellement confortablement au-dessus de 60 $.

Si l’atteinte du zéro net nécessite effectivement l’arrêt de tout nouveau développement d’hydrocarbures et En passant aux énergies renouvelables, il est clair que nous aurons besoin d’une approche beaucoup plus audacieuse et radicale que de compter sur les forces du marché et des mesures politiques telles que la tarification du carbone pour y parvenir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick