Les plans ambitieux de la Chine dans l’espace: la Lune, Mars et au-delà

Le lancement par la Chine en avril du module principal de sa nouvelle station spatiale en orbite a attiré plus d’attention internationale que prévu – pour de mauvaises raisons. Après avoir atteint l’orbite, le propulseur de fusée principal est retourné sur Terre de manière inquiétante dans ce qu’on appelle une «rentrée incontrôlée». Les débris ont atterri dans l’océan Indien en mai, manquant de peu les Maldives et suscitant des critiques sur la façon dont la Chine effectue les lancements de sa fusée la plus lourde, la Longue Marche 5B.

D’autres lancements comme celui-ci arrivent de toute façon. La mission était la première des 11 nécessaires pour construire la troisième station spatiale chinoise, et la plus ambitieuse, d’ici la fin de 2022. Deux autres fusées Long March 5B porteront des modules supplémentaires et d’autres variantes lanceront des pièces plus petites. Quatre missions, dont une prévue pour juin, ramèneront les astronautes chinois dans l’espace après plus de quatre ans.

Les deux premières stations spatiales chinoises étaient des prototypes de courte durée, mais celle-ci est destinée à fonctionner pendant une décennie ou plus. M. Xi, le dirigeant chinois, l’a comparé à l’exhortation «deux bombes, un satellite» de l’époque de Mao Zedong, qui faisait référence à la course de la Chine pour développer une arme nucléaire, la monter sur un missile balistique intercontinental et mettre un satellite en orbite. Comme toutes les réalisations de la Chine dans l’espace, il est présenté comme une preuve des prouesses de l’État dirigé par le Parti communiste.

La Station spatiale internationale, développée conjointement par les États-Unis, la Russie et d’autres, approche de la fin de sa durée de vie prévue en 2024. Ce qui se passera par la suite n’est pas clair. La NASA a proposé de maintenir la station en activité pendant encore quelques années; La Russie a annoncé son intention de se retirer d’ici 2025.

Si la station est mise hors service, la Chine pourrait être le seul jeu en ville pendant un certain temps.

La station – nommée, comme les deux premières, Tiangong, ou «Palais céleste» – pourra accueillir trois astronautes pour des missions à long terme et jusqu’à six pour des périodes plus courtes. La Chine a sélectionné une équipe de 18 astronautes, dont certains sont des civils (un seul est une femme). Les trois premiers devraient passer trois mois dans l’espace, ce qui dépasserait le record de 33 jours pour les astronautes chinois établi en 2016.

Hao Chun, le directeur de l’Agence spatiale habité de Chine, a déclaré aux médias d’État que les astronautes d’autres pays seraient autorisés à se rendre, que ce soit à bord d’un vaisseau spatial chinois ou le leur, bien qu’ils auraient besoin d’un mécanisme d’amarrage «conforme aux normes chinoises», ce qui sont différents de ceux de la Station spatiale internationale. Il a dit que certains astronautes étrangers apprenaient déjà le mandarin en préparation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick