Les relations américano-saoudiennes commencent enfin à se dégeler

Le président Biden et le prince héritier Mohammed ben Salmane ne s’aiment peut-être pas, mais ils ont désespérément besoin l’un de l’autre et le temps du rapprochement est compté.

Imaginez un instant que le pétrole saoudien disparaisse soudainement des marchés mondiaux ou que son approvisionnement soit sévèrement limité. Les effets immédiats seraient des prix massivement plus élevés à la pompe, un nouvel effondrement des sombres perspectives des démocrates aux urnes, une perturbation du programme de modernisation du prince héritier et un axe fortement enhardi de la Russie, de la Chine et de l’Iran. L’Iran et la Russie, avec la Chine comme partenaire silencieux, ont de fortes incitations – et de réelles capacités – pour faire de ce scénario une réalité et forcer le monde à lever les embargos contre leurs ventes de pétrole.

Ce scénario n’est pas farfelu. En septembre 2019, 50 % de la production pétrolière saoudienne a été interrompue par une attaque au missile des alliés iraniens au Yémen. Ces dernières années, des missiles iraniens ont tiré sur des pétroliers dans le détroit d’Ormuz et Bab-el-Mandeb, les deux principales routes des pétroliers saoudiens approvisionnant le monde. La troisième route, passant par le canal de Suez, a été brièvement bloquée l’année dernière lorsqu’un pétrolier s’est échoué. L’Iran et la Russie sont tout à fait capables d’initier n’importe lequel de ces complots. Curieusement, l’Iran s’est assuré l’été dernier la possibilité d’exporter son pétrole en ouvrant un nouveau pipeline vers l’océan Indien.

Avec un pétrole déjà à 100 dollars le baril, les États-Unis et l’Arabie saoudite ont des raisons de faire tout leur possible pour empêcher la rupture de l’approvisionnement saoudien. Cela signifie que les deux nations doivent revenir à la relation sécurité contre pétrole qui a commencé il y a près de huit décennies avec Franklin D. Roosevelt et le roi Ibn Saud. Cette relation a duré, malgré des hauts et des bas, à travers 14 présidences américaines jusqu’à M. Biden. En tant que candidat, M. Biden, réagissant largement au meurtre du chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi, a qualifié l’ensemble de l’État saoudien de « paria ». En tant que président, il a doublé ses insultes en refusant même de parler au prince héritier Mohammed, 36 ans, qui dirige le royaume pour son père âgé et infirme, le roi Salman. Sans surprise, le prince héritier a refusé d’aider M. Biden en pompant plus de pétrole.

Lire aussi  Des résidus de thé vieux de 2 400 ans trouvés en Chine

Alors que les États-Unis ne dépendent pas du pétrole saoudien grâce à l’augmentation de la production nationale sous le président Trump, les alliés européens le sont. À moins que l’Europe ne trouve d’autres sources de pétrole, elle continuera d’acheter du pétrole russe et de financer la machine de guerre de Vladimir Poutine.

Si l’Occident veut briser M. Poutine avant que l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ne s’effondre sous la pression des prix élevés du pétrole et de l’inflation, M. Biden doit persuader l’Arabie saoudite d’augmenter sa production. La capacité de réserve de 1,2 million de barils par jour de l’Arabie saoudite est le double de celle des Émirats arabes unis, l’autre pays du Golfe qui pourrait aider s’il n’était pas également offensé par l’inattention de M. Biden à sa sécurité. Tôt ou tard, le président et le prince héritier doivent coopérer sur une nouvelle stratégie qui protège les champs pétrolifères saoudiens, et donc la sécurité saoudienne, de l’Iran. En échange, les Saoudiens augmenteraient leur production pour sauver les nations européennes des pénuries d’énergie et presque certainement d’une récession qui pourrait défaire leur coopération contre la Russie.

Une sorte de danse nuptiale entre Washington et Riyad semble se dérouler à huis clos. Le Journal a rapporté cette semaine que le directeur de la Central Intelligence Agency, William Burns, avait rendu visite au prince héritier à Riyad en avril. L’Arabie saoudite a annoncé un cessez-le-feu de deux mois dans sa guerre de sept ans avec le Yémen, qui a coûté à Riyad environ 350 milliards de dollars et indigné les militants des droits de l’homme du monde entier. Un accord de paix serait une victoire pour l’Arabie saoudite, mais pourrait également être présenté comme au moins un petit succès pour M. Biden, qui s’est engagé à mettre fin à cette guerre.

Lire aussi  La Russie pourrait reconnaître les régions séparatistes de l'Ukraine : Vladimir Poutine | Nouvelles du monde

Le président a enfin mis fin à ses 15 mois de camouflet diplomatique en nommant un ambassadeur américain à Riyad : Michael Ratney, un diplomate de carrière ayant une expérience en Israël. Riyad et Jérusalem coopèrent officieusement pour contenir l’Iran, mais les États-Unis espèrent que M. Ratney pourra aider à transformer ces liens en relations diplomatiques complètes, ouvrant la possibilité alléchante d’un accès saoudien à un oléoduc sécurisé qui transporterait son pétrole de la mer Rouge à travers Israël directement vers la Méditerranée et donc l’Europe.

Les opposants s’efforcent de contrecarrer toute amélioration des relations américano-saoudiennes. La Chine, premier client pétrolier du royaume, courtise l’Arabie saoudite avec des ventes d’armes et bientôt la visite du président Xi Jinping. Dans le même temps, une trentaine de démocrates progressistes du Congrès – focalisés de manière critique (et hypocrite) sur les droits de l’homme – ont signé une lettre protestant contre un rapprochement avec le royaume. Ces mêmes progressistes, qui prétendent également être des guerriers de l’énergie verte, ne semblent pas inquiets que leur opposition au pétrole oblige le monde à dépendre davantage du charbon, un combustible fossile encore plus polluant. Le charbon représente 56 % de la consommation énergétique totale de la Chine, et son utilisation aux États-Unis et en Europe a augmenté à deux chiffres l’an dernier.

Ce que l’administration Biden et ses partisans progressistes doivent comprendre, c’est que Mohammed ben Salmane est susceptible de diriger l’Arabie saoudite pendant de nombreuses décennies – un demi-siècle s’il vit jusqu’à 86 ans, l’âge de son père. Il est exceptionnellement populaire auprès des Saoudiens de 35 ans et moins, soit 70 % des citoyens du Royaume. Finie la police religieuse répressive qui a strictement appliqué la ségrégation des sexes pendant quatre décennies. Les femmes conduisent, travaillent avec des hommes au gouvernement et dans le secteur privé, et voyagent désormais sans compagnon masculin. Les divertissements autrefois interdits abondent : cinémas, musique, concerts de rock, sports féminins.

Lire aussi  Les décès dus à la tuberculose augmentent pour la première fois en plus d'une décennie en raison de COVID-19 : OMS

Les changements de style de vie renforcent sa popularité nationale et sont essentiels pour attirer l’argent et les esprits occidentaux dans le royaume. Son ambition de transformer l’Arabie saoudite en un leader technologique moderne ne se réalisera pas sans la sécurité saoudienne. Les investissements et l’expertise étrangers ne viendront pas si les missiles ou les migrants désespérés des pays voisins sont une menace constante.

Alors que le monde a besoin du pétrole saoudien, le prince héritier a besoin de l’Occident et de la sécurité que seuls les États-Unis peuvent assurer.

Mme House, ancienne éditrice du Wall Street Journal, est l’auteur de « On Saudi Arabia: Its People, Past, Religion, Fault Lines—and Future ».

Wonder Land : Si le président Biden est prêt à dire que les Russes commettent un génocide en Ukraine, pourquoi ne dit-il pas que son objectif est de vaincre la Russie ou Vladimir Poutine ? Images : -/Getty Images/Spoutnik/Reuters/Roscosmos Space Agency Composite : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick