Les scientifiques du grand collisionneur de hadrons observent de nouvelles particules “exotiques”

Le laboratoire de physique qui abrite le plus grand brise-atomes du monde a annoncé l’observation de trois nouvelles “particules exotiques” inédites, qui pourraient fournir des indices sur la force qui lie les particules subatomiques.

La collaboration de recherche, appelée expérience Large Hadron Collider (LHCb), située au CERN près de Genève, en Suisse, a observé un nouveau type de “pentaquark” et le tout premier duo de “tétraquarks”.

Les quarks sont des particules élémentaires qui, selon le CERN, se combinent généralement par groupes de deux ou de trois pour former des hadrons tels que les protons et les neutrons qui composent les noyaux atomiques. Plus rarement, cependant, ils peuvent également se combiner en particules à quatre et cinq quarks, ou « tétraquarks » et « pentaquarks ».

L’annonce intervient au milieu d’une vague d’activités cette semaine au CERN, alors que les scientifiques ont recommencé à écraser des particules au cours de ce qui devrait être près de quatre ans de fonctionnement dans “Run 3” – la troisième fois que le LHC a effectué des collisions depuis ses débuts en 2008 .

Le soi-disant “Run 3” met fin à une pause de trois ans pour la maintenance et d’autres contrôles, et fonctionne à une énergie sans précédent de 13,6 billions d’électronvolts, ce qui offrira la perspective de nouvelles découvertes en physique des particules.

Plus tôt cette semaine, le CERN a célébré le 10e anniversaire de la confirmation du boson de Higgs, la particule subatomique qui occupe une place centrale dans le soi-disant modèle standard qui explique les bases de la physique des particules.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick