Home » L’ONU demande 29 millions de dollars pour Saint-Vincent au milieu de nouvelles menaces volcaniques

L’ONU demande 29 millions de dollars pour Saint-Vincent au milieu de nouvelles menaces volcaniques

by Les Actualites

SAN JUAN, Porto Rico (AP) – Les Nations Unies ont annoncé mardi qu’elles cherchaient 29,2 millions de dollars pour aider Saint-Vincent à se remettre des éruptions volcaniques en cours qui ont détruit des maisons et des cultures, contaminé l’approvisionnement en eau et déplacé jusqu’à 20% de la population île des Caraïbes orientales.

Didier Trebucq, le coordonnateur résident des Nations Unies pour la Barbade et les Caraïbes orientales, a qualifié la scène d ‘«apocalyptique» lors d’une conférence de presse en ligne à Saint-Vincent.

«L’impact dévastateur de cet événement sur des milliers de personnes est indéniable», a-t-il déclaré, ajoutant que davantage d’argent sera nécessaire une fois que les évaluations des dommages seront terminées.


Le Premier ministre Ralph Gonsalves a déclaré que les responsables chiffraient toujours les dégâts, mais que la reconstruction se chiffrerait «à des centaines de millions de dollars», en plus des besoins «massifs» de secours humanitaire.

Plus de 16000 personnes ont été évacuées avant la première explosion du 9 avril sur le volcan La Soufrière, les responsables notant que les cendres sont empilées jusqu’à 42 centimètres de haut dans certaines maisons de la partie nord de Saint-Vincent, où le volcan est situé.

Plus de 6 200 personnes évacuées vivent dans 88 abris gouvernementaux et des milliers d’autres dans des maisons ou des abris privés.

L’élimination de la nourriture, de l’eau et des cendres reste une priorité élevée alors que les nations et organisations voisines acheminent des fournitures et des fonds à Saint-Vincent-et-les Grenadines, une chaîne d’îles de plus de 100 000 habitants, dont la majorité vit sur l’île principale de Saint-Vincent.

Jusqu’à présent, les agences des Nations Unies ont mis de côté 2 millions de dollars pour l’eau, l’hygiène et les bons alimentaires et enverront des experts pour aider au nettoyage des cendres, tandis que des pays comme la Guyane, la Dominique et Trinité-et-Tobago ont promis un financement et expédié des fournitures de base.

Gonsalves a déclaré que nourrir jusqu’à 12 000 personnes est un «défi existentiel extraordinaire» pour l’île.

L’aide va également au-delà des soins aux humains: le groupe d’entreprises des Caraïbes orientales a envoyé de la nourriture pour un gros cochon repéré autour de l’observatoire des volcans de l’île qui s’est fait aimer de nombreux Saint-Vincentiens et a été surnommé «Tremor».

Gonsalves a également déclaré s’inquiéter de la prochaine saison des ouragans dans l’Atlantique qui commence dans six semaines, ainsi que de la pandémie, étant donné que des milliers de personnes déplacées se blottissent maintenant dans des abris et des maisons d’amis et de familles.

Une autre préoccupation est que les cendres et les débris des éruptions formeront des coulées de boue volcaniques, des lahars, alors que Saint-Vincent se prépare pour sa saison des pluies. Le premier lahar a été signalé mardi matin.

Les scientifiques estiment que 100 millions de mètres cubes de cendres sont tombés et Richard Robertson, qui dirige l’équipe scientifique du Centre de recherche sismique de l’Université des Antilles qui étudie La Soufrière, a déclaré lors d’une conférence de presse en ligne que les pluies pourraient libérer des rivières à courant rapide. de boue et de débris capables de gros dégâts.

Au cours de la conférence, diffusée par la radio locale NBC, Robertson a déclaré que les scientifiques s’attendaient à une autre explosion la semaine prochaine alors que le volcan semble former un nouveau dôme de lave.

Alors que le volcan a été calme ces derniers jours, «il peut changer de modèle en quelques minutes sans aucune indication», a-t-il déclaré. «Il se passe beaucoup de choses sur le volcan que nous ne comprenons pas.»

Le volcan a eu une éruption mineure en décembre, une éruption précédente ayant eu lieu en 1979. Une éruption plus ancienne en 1902 a tué quelque 1 600 personnes.

Gonsalves a averti qu’il faudrait beaucoup de temps pour que le tiers nord de Saint-Vincent se rétablisse et se reconstruise. Il a noté qu’un grand nombre de personnes pauvres vivent dans la région, qui dépend depuis longtemps de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et d’un peu de tourisme.

«Rien de tout cela n’existe plus. … Les plantes doivent être replantées », dit-il, la voix se brisant. «Nous avons reculé de plusieurs décennies.»

___

La rédactrice d’Associated Press Jennifer Peltz a contribué à ce rapport des Nations Unies.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.