Pouvons-nous le construire? Pas avec le mandat salarial dominant du Michigan

La gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, annonce la première série de subventions de la plateforme de financement de la mobilité du Michigan à Flint, Michigan, le 15 septembre 2021.


Photo:

Jake May/Associated Press

Lansing, Mich.

Les constructeurs avec lesquels je travaille sont habitués à ce que le Michigan mette le pouce sur la balance pour les syndicats. Mais nous ne nous attendions pas à ce que la gouverneure Gretchen Whitmer aille jusqu’à ignorer la loi. Elle a unilatéralement imposé un mandat de salaire en vigueur sur les plus grands projets de construction de l’État, même si la législature de l’État a officiellement mis fin à cette politique en 2018. Les entreprises de construction non syndiquées que je représente ne sont plus en mesure de concourir pour ces contrats de manière équitable et ouverte. Et nous ne sommes pas les seuls perdants. Mme Whitmer le colle également illégalement aux contribuables.

J’étais là quand la législature a abrogé la loi sur les salaires en vigueur. Avant que cela ne se produise, le Michigan a fixé un plancher pour les salaires et les avantages sociaux que les entreprises de construction devaient payer pour que leurs offres de contrat soient prises en compte. C’était une aumône flagrante pour les syndicats, puisqu’elle a coûté 80 % des entreprises de construction commerciale qui ne sont pas syndiquées. Cela n’avait pas non plus de sens. Le Michigan se souciait apparemment plus des taux de rémunération que des dossiers de sécurité, de la qualité, de l’efficacité et du coût pour les contribuables.

Tuer la loi sur les salaires en vigueur a demandé beaucoup de travail. Le gouverneur Rick Snyder, un républicain, a signé une loi faisant du Michigan un État du droit au travail en 2013, mais il avait peu d’appétit pour s’attaquer à ce problème. Les entreprises de construction non syndiquées ont donc mené une initiative citoyenne en vertu de la Constitution du Michigan. Nous avons recueilli des dizaines de milliers de signatures, envoyant la question directement à l’Assemblée législative. Les législateurs se sont massivement rangés du côté des contribuables, contournant le gouverneur et mettant fin au salaire en vigueur pour tout l’État.

Je pensais que c’était la fin. Qui pourrait soutenir le retour de cette politique régressive ? Quand je faisais du porte-à-porte pour obtenir ces signatures, je racontais toujours la même histoire aux gens. Je leur ai demandé combien coûterait la construction d’une bibliothèque locale. Ils ont dit qu’ils ne savaient pas, et j’ai dit que moi non plus. C’est pourquoi les politiciens devraient proposer des projets aux entreprises syndiquées et non syndiquées. Le plus bas soumissionnaire devrait être choisi, tant que cet entrepreneur respecte les normes de sécurité et de qualité.

Les gens hochaient toujours la tête. Ils ne choisiraient pas le plus offrant pour réparer leur propre toit et ils ne voulaient pas que les politiciens dépensent plus de leurs impôts sur des projets locaux que ce qui était absolument nécessaire.

Mais le bon sens économique n’a rien à voir avec la décision de Mme Whitmer. Elle a annoncé le rétablissement du salaire en vigueur en octobre malgré une loi de l’État l’abrogeant clairement. Maintenant, chaque fois que les responsables lancent un projet qui coûte 50 000 $ ou plus, ils sont moins susceptibles de choisir une entreprise non syndiquée.

Plus de 5 000 entreprises de construction du Michigan ne sont pas syndiquées. L’entreprise moyenne emploie 50 à 60 travailleurs. Ce sont des dizaines de milliers de travailleurs du Michigan qui sont plus susceptibles d’être coincés sur la touche, alors que, selon la loi, ils ont parfaitement le droit d’être dans le match.

Sans surprise, Mme Whitmer n’a montré aucun signe de changement d’avis. Elle semble également peu disposée à expliquer le raisonnement derrière ses actions. Mon organisation a déposé une demande d’enregistrement public en avril, demandant des documents expliquant pourquoi son action est valide. À ce jour, nous n’avons reçu aucun document, seulement des demandes de retard. Ainsi, avec l’aide de la Mackinac Center Legal Foundation, nous avons intenté une action en justice demandant aux tribunaux d’État de rejeter le salaire en vigueur.

La loi du Michigan est claire : le salaire en vigueur est censé être mort. Tout ce que mes gars veulent faire, c’est construire la bibliothèque locale au meilleur coût pour les contribuables. Mais avant que cela puisse arriver, un juge doit jeter le livre sur le gouverneur Whitmer.

M. Greene est président d’Associated Builders and Contractors of Michigan, un groupe commercial pour les entreprises de construction non syndiquées des États-Unis.

Wonder Land : La responsabilité de l’échec public de ce gouvernement incombe au Parti démocrate, pas uniquement à Joe Biden. Images : Bloomberg News/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Lire aussi  Faites la fête comme si c'était en 2019 : la Serbie organise un réveillon du Nouvel An bruyant

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick