Home » Que s’est-il passé chez Rogers? La panne d’une journée est terminée, mais des questions demeurent

Que s’est-il passé chez Rogers? La panne d’une journée est terminée, mais des questions demeurent

by Les Actualites

Un jour après qu’une erreur logicielle a anéanti les services sans fil de milliers de clients de Rogers à travers le Canada, les consommateurs, les dirigeants des télécommunications et les services publics critiques se demandent toujours ce qui s’est exactement passé et comment cela peut être évité à l’avenir.

Le service sans fil était hors ligne pendant une grande partie du lundi pour des milliers de clients de Rogers, ainsi que pour leurs marques Fido et Chatr. Les clients les plus touchés semblaient être concentrés autour de Toronto et de Montréal, mais il y avait des rapports de partout au pays, à partir de tôt lundi matin, et le réseau n’est revenu entièrement en ligne qu’après 20 h, heure de l’Est.

Mardi, la société a étendu une branche d’olivier aux clients concernés, offrant «un crédit équivalent aux frais de service sans fil d’hier», ou tout ce qu’un jour de service coûterait sur leur forfait mensuel – environ 2 $ sur un forfait mensuel de 60 $, par exemple.

“Nous vous présentons nos sincères excuses et nous travaillerons dur pour regagner votre confiance”, a déclaré la société.

Rachael Collier, une résidente de Toronto et spécialiste des communications, cliente de Fido, a déclaré qu’elle avait remarqué pour la première fois que son téléphone ne fonctionnait pas lundi matin lorsqu’elle a essayé de prendre rendez-vous avec le médecin.

«Je pensais que mon appel ne passait pas parce que beaucoup de gens essaient de se faire vacciner aujourd’hui», a-t-elle déclaré à la Presse canadienne.

“Ensuite, j’ai réalisé que je ne pouvais pas passer d’appels”, a déclaré Collier. “Ils disent que c’est intermittent, mais mon téléphone n’a pas fonctionné toute la journée. C’est clairement une panne absolument massive.”

Milton, en Ontario, un résident de Deep Mehta a déclaré qu’il n’avait pas eu de service depuis plus de 12 heures.

«C’est frustrant parce que j’essaie d’exploiter une entreprise à domicile et c’est le chiffre que tout le monde a», a-t-il déclaré. “Je devais juste emmener mon fils chez l’orthodontiste et je n’ai pas pu m’enregistrer sur mon téléphone.”

REGARDER | Les réseaux de Rogers touchés par des pannes généralisées à travers le pays

Les réseaux sans fil et de données de Rogers ont été frappés par des pannes généralisées pendant la majeure partie de la journée de lundi, ce qui a non seulement eu des répercussions sur les personnes travaillant à domicile, mais aussi sur les communications essentielles des soins de santé et sur certains services 911. 1:16

Services d’urgence touchés

Les services d’urgence partout au pays ont été touchés, mais Rogers note que les appels sortants au 911 n’ont jamais été inaccessibles aux clients.

Russell McOrmond, consultant indépendant en télécommunications basé à Ottawa, a déclaré que la perte de ces services illustre la gravité de la panne.

“Ce n’était pas un inconvénient mineur”, a-t-il déclaré dans une interview. “De nombreuses municipalités ont dû envoyer des messages demandant aux gens de continuer à essayer.”

McOrmond se dit particulièrement préoccupé par le fait que la panne ait eu un impact sur les plans de vaccination du Canada contre le COVID-19, car de nombreuses personnes n’ont pas pu réserver ou se renseigner sur les rendez-vous.

“En raison de la panne de Rogers hier, certaines cliniques de vaccination ont été forcées d’utiliser des rapports sur papier”, a déclaré mardi un porte-parole du ministère de la Santé de l’Ontario à CBC News.

“C’était tellement plus grand que quiconque ne le pense”, a déclaré McOrmond.

Public vs privé

Développeur de logiciels depuis plus de 30 ans, McOrmond a témoigné lors de nombreuses audiences du CRTC sur la politique sans fil, et il dit que la panne souligne un problème fondamental de l’industrie – qu’au lieu d’être traités comme un service public, les réseaux de télécommunications ont été cédés au secteur privé. entreprises, qui possèdent chaque partie de l’infrastructure.

Il ne prétend pas que la solution est une entreprise de téléphonie cellulaire gérée par le gouvernement, mais plutôt que l’infrastructure devrait être considérée comme un service public géré par les municipalités, et que les entreprises seraient alors en concurrence pour offrir des services.

«Lorsque le secteur privé fournit toutes les couches, nous voyons le genre d’échecs stupides que nous constatons au Canada», a-t-il déclaré.

Rogers est l’un des trois plus grands fournisseurs de télécommunications au Canada. (Evan Mitsui / CBC News)

Rogers a imputé la panne à une mise à jour logicielle d’Ericsson, l’un de ses fournisseurs d’équipement de réseau.

Bien que tout puisse casser, McOrmond soutient que permettre aux entreprises de posséder et d’exploiter toutes les parties de leurs réseaux de télécommunications intégrés verticalement fait en sorte que ces problèmes se produisent en cascade.

“Contrairement à ce que disent les idéologues du” gouvernement est mauvais “, avec des services publics de base comme l’eau et l’électricité, oui, nous avons des pannes de temps en temps, mais nous avons beaucoup moins de pannes que les services du secteur privé que nous obtenons.”

La concurrence “ créerait des réseaux solides ”

Le dirigeant des télécommunications Anthony Lacavera a fondé Wind Mobile il y a plus de dix ans, et bien qu’il ne joue actuellement aucun rôle actif dans le secteur canadien des télécommunications, il croit fermement que la concurrence – et non plus la participation du gouvernement – est le moyen de résoudre les problèmes.

“Avoir des concurrents indépendants garantirait que les bons investissements sont faits pour créer des réseaux robustes”, a-t-il déclaré mardi dans une interview.

“Je comprends cet argument d’utilité publique, mais je pense qu’il sous-estime le coût de construction des réseaux dont nous avons besoin”, a-t-il déclaré.

Lacavera considère la panne de lundi comme un réveil sur l’importance de ces réseaux, non seulement dans le monde actuel où plus de personnes travaillent en ligne et à distance à cause du COVID-19, mais aussi à cause de l’avenir de la 5G qui dépendra encore plus de la connectivité.

«C’est une chose de perdre la capacité de tweeter ou d’aller sur Facebook mais une autre quand un véhicule autonome perd la connexion», a-t-il déclaré. «Imaginez une panne dans la prochaine génération, avec des chirurgies à distance.

“Hier, les Canadiens ont compris l’importance des réseaux sans fil.”

Arrangements d’itinérance

Lacavera reconnaît que chaque technologie est capable de tomber en panne, et il dit que la panne de lundi est une leçon sur les points à améliorer.

“Si je voulais mettre mon chapeau d’ingénieur, je dirais quel est le réseau le plus viable?”

La réponse, dit-il, est celle où les téléphones qui sont en panne sur un réseau peuvent être transférés de manière transparente vers un autre réseau pendant que la panne est réparée. Si ce genre d’arrangement d’itinérance avait été mis en place lundi, alors selon Lacavera, «le trafic aurait pu bouger».

Il n’y a pas de réponse claire quant à la raison pour laquelle cela ne s’est pas produit, c’est pourquoi McOrmond est en faveur de transformer les ondes hertziennes sans fil du Canada en quelque chose qui ressemble plus à un service public.

«Il y a des choses qui devraient être des services publics, et des choses qui devraient être du secteur privé», a-t-il dit, et il a été question de savoir lequel devrait être primordial parce que «la façon dont nous faisons nos télécommunications nous coûte».

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.