Un plafond du prix du pétrole pour la Russie ?

Réservoirs d’huile à l’usine de production de Volodarskaya LPDS dans le village de Konstantinovo dans la région de Moscou le 8 juin.


Photo:

MAXIM SHEMETOV/REUTERS

Les États-Unis et l’Europe se sont efforcés de trouver des moyens d’arrêter de financer la machine de guerre de Vladimir Poutine sans envoyer leurs économies en récession. La dernière idée, avancée au sommet du G-7 cette semaine, est un plafond des prix du pétrole. Cela fonctionnera aussi bien que la plupart des stratagèmes de contrôle des prix, c’est-à-dire que ce ne sera probablement pas le cas.

Malgré les efforts occidentaux, les revenus d’exportation du pétrole du Kremlin ont augmenté depuis l’invasion de l’Ukraine. Les États-Unis ont interdit les importations de pétrole russe et l’Union européenne a récemment accepté de les éliminer progressivement cette année, à l’exception des livraisons par pipeline vers la Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque.

Pourtant, la Chine et l’Inde se sont contentées d’acheter du brut russe avec une remise de 30 à 40 dollars le baril. Les sanctions européennes qui entreront en vigueur en décembre interdiront également l’assurance maritime, qui pourrait avoir un impact plus important. Mais avant que ces sanctions aient une chance de fonctionner, les dirigeants du G-7 cherchent maintenant à les éroder.

Cette semaine, ils ont convenu d’explorer un plafond des prix du pétrole qui créerait des dérogations aux sanctions d’assurance maritime pour les acheteurs qui achètent du brut en dessous d’un prix spécifié. L’idée est de créer un cartel d’acheteurs qui obligerait la Russie à accepter un prix un peu supérieur à ses coûts de production, qui peuvent être de l’ordre de 10 dollars le baril.

La Chine et l’Inde n’auraient alors aucune incitation à annuler les sanctions. Un plafonnement des prix pourrait également permettre au pétrole russe de continuer à circuler sur les marchés mondiaux, de sorte que les États-Unis et l’Europe ressentiraient moins de difficultés économiques. Cela éliminerait également le risque que des sanctions ne forcent les producteurs russes à fermer des puits, ce qui pourrait supprimer l’approvisionnement à long terme.

C’est du moins l’idée. La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, a durement fouetté le plan comme alternative aux interdictions d’importation et d’assurance imposées par les Européens. L’administration Biden craint que les sanctions européennes, avec le temps de fonctionner, ne nuisent à l’industrie pétrolière russe et ne fassent persister les prix élevés du pétrole même après la fin de la guerre en Ukraine.

Le premier problème avec un plafonnement des prix est qu’il nécessiterait la coopération de M. Poutine. Il pourrait refuser de vendre du brut au prix demandé par les États-Unis et l’Europe. Les producteurs russes ne seraient pas nécessairement obligés de limiter leur production puisque M. Poutine pourrait trouver des clients tels que la Chine et l’Inde prêts à prendre le pétrole russe à un prix qui permet toujours au Kremlin de profiter.

Ainsi, le plan nécessiterait également la coopération de la Chine, de l’Inde et d’autres pays qui ne se soucient pas de la victoire de la Russie en Ukraine. Il y a aussi une chance que M. Poutine puisse riposter en réduisant les exportations, ce qui pourrait faire monter en flèche les prix mondiaux. Un auto-embargo nuirait à l’industrie pétrolière russe, mais M. Poutine n’est pas au-dessus d’un jeu de poulet avec l’Occident.

Un plafonnement des prix nécessiterait également de revoir les sanctions énergétiques européennes et donnerait au Premier ministre hongrois Viktor Orban une autre occasion de les affaiblir. Les dirigeants européens veulent-ils risquer leur unité durement acquise ?

La meilleure façon de réduire l’effet de levier pétrolier et gazier de M. Poutine est d’augmenter l’approvisionnement occidental, ce que les dirigeants du G-7 semblent incapables de faire. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a imposé aux sociétés énergétiques une taxe sur les bénéfices exceptionnels, qui découragera les investissements et la production en mer du Nord.

L’administration Biden continue d’imposer davantage de réglementations pour limiter la production de pétrole et de gaz aux États-Unis tout en menaçant les entreprises si elles n’agissent pas pour réduire les prix de l’essence. Au moins, les dirigeants du G-7 ont convenu cette semaine de réviser leur engagement antérieur de cesser de financer les combustibles fossiles à l’étranger, ce qui est essentiel pour que l’Europe se sevre du gaz russe.

Pourtant, la Maison Blanche s’y est opposée lorsqu’elle a été lancée. “Notre position en mai dernier était – et le président était clair – qu’il ne pensait pas que ces investissements étaient la bonne ligne de conduite”, a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby, en route vers le sommet. “Je ne connais aucun changement de ce type dans cette politique.”

La plus grande vérité est que les sanctions n’arrêteront pas les plans de guerre de M. Poutine, du moins pas de sitôt. Les guerres sont gagnées par la force militaire. Le moyen d’accélérer la fin de la guerre est de donner à l’Ukraine toutes les armes dont elle a besoin le plus rapidement possible. Pour adapter Winston Churchill, peut-être que l’Europe et les États-Unis feront ce qu’il faut après avoir tout essayé.

Coupes politiques : L’exonération de la taxe sur l’essence est une autre façon de détourner l’attention de l’un des contributeurs à l’inflation : une transition précipitée vers l’énergie verte. Images : -/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Paru dans l’édition imprimée du 29 juin 2022.

Lire aussi  Dernier: Les plus grands collèges offrent un mélange d'exigences en matière de vaccins

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick