Une épidémie de monkeypox éclate ; Les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Espagne, le Portugal et d’autres signalent des cas

Agrandir / Une photo de 2003 des bras et des jambes d’une fillette de 4 ans infectée par la variole du singe au Libéria.

Une épidémie croissante de cas de monkeypox s’est propagée dans plusieurs pays, dont les États-Unis, ce qui suggère que la maladie transmise par les animaux qui sévit dans les zones forestières d’Afrique centrale et occidentale s’est propagée discrètement sans être détectée.

Jusqu’à présent, les États-Unis ont signalé un cas chez un homme du Massachusetts qui s’était récemment rendu au Canada, qui, en date de jeudi, a signalé 17 cas suspects à Montréal. Le Royaume-Uni a identifié neuf cas, dont l’un est lié à un récent voyage au Nigeria, où le monkeypox est endémique. Mais les autres cas semblent avoir été infectés au Royaume-Uni et ne sont tous pas liés au cas lié au voyage par contact ou moment. Le Portugal enquête sur plus de 20 cas, l’Espagne enquêterait sur 23 cas, et l’Italie et la Suède ont chacune signalé au moins un cas.

Origines de la maladie

Le monkeypox est un parent de la variole et produit des symptômes similaires, mais il provoque une maladie plus bénigne que celle du virus éradiqué. Il existe deux clades de monkeypox : le clade ouest-africain et le clade du bassin du Congo. Le clade ouest-africain, qui a été détecté au Royaume-Uni, est le plus doux des deux. Il s’agit généralement d’une infection spontanément résolutive, bien qu’elle puisse provoquer une maladie grave dans certains cas. Le taux de létalité a été estimé à environ 1 %. Le clade du bassin du Congo, quant à lui, a un taux de mortalité estimé à 10 %. Pour les deux clades, les enfants font partie des personnes à haut risque de maladie grave, et l’infection peut être particulièrement dangereuse pendant la grossesse, entraînant des complications, des affections congénitales et une mortinaissance.

Lire aussi  Les fournisseurs de VPN en Inde sont mandatés pour collecter les données des clients

Monkeypox n’est pas considéré comme facilement transmissible entre humains. L’Organisation mondiale de la santé note que la plus longue chaîne de transmission documentée chez l’homme n’est que de six générations, ce qui signifie que la dernière personne infectée lors d’une épidémie n’était qu’à six liens directs de la personne initialement infectée. Le virus passe d’abord aux humains par les animaux, et les cas se trouvent souvent à l’interface des forêts tropicales humides. Selon l’Organisation mondiale de la santé, les animaux pouvant héberger le virus comprennent les écureuils, les rats gambiens, les loirs, différentes espèces de singes et d’autres. Le principal réservoir du virus est inconnu, mais on pense qu’il s’agit de rongeurs.

Des animaux, le virus peut passer aux humains par contact avec le sang d’un animal infecté, d’autres fluides corporels ou des lésions cutanées. La chasse au gibier sauvage et à la viande de brousse sont les principaux facteurs de risque. Les gens peuvent également être infectés en mangeant de la viande insuffisamment cuite ou des produits d’origine animale.

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick