Les statistiques triables aident à suivre les tendances du gestionnaire

Le baseball est un sport de nombres : 762 circuits, 511 victoires, une séquence de 56 matchs avec coup sûr.

Mais alors que les cartes de baseball des joueurs regorgent de statistiques, une personne clé du jeu a tendance à être ignorée par les fans lorsqu’il s’agit de compter et d’analyser : le manager.

Sparky Anderson, qui a géré 1 834 matchs et remporté trois titres des World Series, est allé jusqu’à dire que les managers n’étaient qu’un « mal nécessaire ». Mais grâce à une capacité croissante à suivre les décisions des managers sur des sites comme Baseball Reference, les fans peuvent avoir un aperçu des tendances des personnes qui dirigent leurs équipes, ce qui pourrait aider à expliquer ce qu’ils font exactement dans ces pirogues.

Les statistiques montrent qui se démarque en termes de stratégie et, plus largement, elles montrent comment le jeu évolue. (Toutes les statistiques jusqu’à mardi.)

Il y aura probablement moins de 2 200 vols cette saison, poursuivant une tendance à la baisse par rapport à leur apogée moderne dans les années 1980 et 1990, lorsque plus de 3 000 étaient la norme. Mais certains gérants pensent toujours qu’il y a un avantage à être agressif sur les bases.

Dans l’ensemble, environ 5,7 pour cent des coureurs en première base tentent de voler la deuxième base. Ce nombre monte en flèche s’ils jouent pour Don Mattingly des Marlins de Miami (9,3 %) ou Jayce Tingler des Padres de San Diego (8,9 %).

Une partie de cela est motivée par le personnel, bien sûr: Mattingly avait la flotte Starling Marte (22 interceptions, avant un échange vers Oakland) et Jazz Chisholm (18). Mais Mattingly aimait aussi voler lorsqu’il était le manager des Dodgers, atteignant 11,2% en 2014.

Tout ce vol semble aider les Marlins. Ils volent des bases à un taux de réussite de 79,5%, bien au-dessus des 67% qui, selon les statisticiens, doivent être atteints pour qu’une tentative de vol en vaille la peine.

En revanche, David Bell des Reds garde ses coureurs coincés dans la boue. Seuls 3% de ses hommes au premier ont décollé pour le deuxième. Étant donné que les joueurs des Reds n’ont réussi que 55,1% du temps, il pourrait envisager de voler encore moins que cela.

Lire aussi  KO de Callum Smith : Lénine Castillo « réactif » sur le chemin de l'hôpital | Boxe | sport

Les marches intentionnelles, l’un des mouvements les moins populaires pour les statisticiens – et de nombreux fans – ne cessent de baisser. Mais il y a encore quelques managers qui trouvent utile de donner une première base à une équipe.

Personne ne donne de laissez-passer à même un pour cent des frappeurs, mais Dave Martinez des Nationals de Washington et Dave Roberts des Dodgers de Los Angeles envoient toujours 0,8 pour cent d’entre eux au premier. Sans surprise, ce sont des managers de la Ligue nationale, où promener l’homme devant le lanceur est assez routinier.

Les managers de la Ligue américaine Brandon Hyde des Orioles de Baltimore et Dusty Baker des Astros de Houston ont été remarquablement opposés à la stratégie, offrant des marches intentionnelles seulement 0,1% du temps cette saison, soit environ une fois pour 1 000 frappeurs. Chacun n’a intentionnellement marché que sept hommes cette saison.

L’une des promenades de Hyde est venue le mois dernier à Shohei Ohtani, et elle a attiré les huées des fans d’Orioles, qui, au cours d’une saison au cours de laquelle leur équipe compte 31 matchs sur troisième place (et déjà éliminée des séries éliminatoires) voulait probablement juste voir la superstar des Angels prendre ses coupes.

Baker a passé la majeure partie de sa carrière de manager dans la NL et a régulièrement marché près de 1% des frappeurs avec les Giants de San Francisco dans les années 1990. Ce chiffre a chuté lorsqu’il a dirigé les Cubs de Chicago, les Reds de Cincinnati et les Nationals, et il a plongé avec son arrivée dans l’AL la saison dernière.

Un autre jeu qui agace de nombreux statisticiens de la nouvelle ère est la carie : le consensus est qu’abandonner un retrait coûte généralement plus cher que ce que l’on gagne en faisant avancer un coureur.

Ne dites pas cela à Mike Matheny des Royals, dont les non-lanceurs ont réussi à faire des sacrifices 21 fois cette saison, 1,8 % du temps où la stratégie était disponible. (Les lanceurs sont exclus de cette statistique parce que ceux qui ne sont pas nommés Ohtani font presque toujours feu quand ils le peuvent.) Matheny a eu un taux de carie de sacrifice aussi élevé que 2,3% au cours de sa carrière, et cela a été remarqué. En 2016, il a déclaré qu’il avait fini de répondre aux questions sur sa tendance à faire craquer les joueurs. « Au-delà d’en avoir marre d’y répondre », a-t-il déclaré au St. Louis Post-Dispatch.

Lire aussi  Port Vale coule Swindon en fusillade pour atteindre la finale des séries éliminatoires au milieu de scènes laides | Ligue deux

Mais si vous jouez pour Mike Shildt des Cardinals de St. Louis, Roberts des Dodgers ou Bell des Reds, vous feriez mieux de balancer la batte. Chacun n’a fait que deux sacrifices de non-lanceur cette saison. (Shildt a reçu le « pire carie de l’année » par FanGraphs en juin après qu’un sacrifice raté de Jose Rondón s’est transformé en un double jeu. Peut-être qu’il a appris une leçon.)

Dans les années 60, 70 et 80, les équipes utilisaient environ 2,5 lanceurs par match. Comme tout fan qui regarde un match entrer dans sa quatrième heure en 2021 peut vous le dire, les managers en utilisent beaucoup plus maintenant. Chaque manager des majors utilise actuellement entre quatre et cinq lanceurs par match.

À un extrême se trouve Tingler des Padres à 4,8 lanceurs par match. De l’autre côté, Tony La Russa des White Sox à 4,1 ans.

Vous pourriez penser qu’une équipe avec un mauvais personnel de lanceurs ferait appel de plus en plus de lanceurs à mesure que les partants et les releveurs intermédiaires seraient bombardés. Mais, curieusement, l’utilisation de lanceurs par Tingler et La Russa ne semble pas s’expliquer par la qualité de leur staff : chaque équipe est quatrième de l’ERA de sa ligue.

Au cas où vous vous poseriez la question, La Russa, 76 ans, a changé avec le temps. De retour à son premier tour avec les White Sox dans les années 1980, il utilisait 2,5 à 3 lanceurs par match. Ce chiffre a augmenté au fur et à mesure qu’il avançait, mais son équipe des White Sox de 1986, à 3,2 lanceurs par match, était la seule équipe au cours de ses 34 années de gestion à avoir dépassé sa ligue en termes d’utilisation de lanceurs malgré sa réputation d’avoir joué un rôle important. dans la défense des soulagements situationnels.

Lire aussi  Gaudreau et Tkachuk propulsent les Flames pour vaincre les Rangers lors du quatrième blanchissage de Markstrom

Une nouvelle façon d’évaluer les managers est leur utilisation des défis de relecture. Il y a beaucoup de mises en garde : la taille de l’échantillon est faible, et certains managers peuvent lancer un défi juste pour aider le moral d’un joueur ou envoyer un message à un arbitre.

Cela dit, c’est La Russa qui est en tête du classement ici : sept de ses neuf défis ont été couronnés de succès cette saison, pour un record de 77,8% au baseball. Par coïncidence ou non, La Russa a aidé à créer le système de relecture.

En revanche, Hyde des Orioles et Bob Melvin des Oakland Athletics n’ont eu qu’un seul des 10 défis annulés.

L’homme qui aime le plus les défis est Charlie Montoyo des Blue Jays. Il en a réalisé 25, dont neuf réussis (36%).

Dans certains jeux, le manager n’est pas très visible. Mais il est difficile de le rater lorsqu’il reçoit la botte. Tout fan des Braves d’Atlanta peut tout vous dire après des années à regarder Bobby Cox gérer l’équipe, car il a été éjecté 162 fois – l’équivalent d’une saison de douches précoces.

Tingler des Padres et Aaron Boone des Yankees ont reçu le coup dur à six reprises cette saison. Pour Boone, qui est connu pour ses réprimandes théâtrales contre les umps, c’est un nouveau record personnel, dépassant ses cinq expulsions de 2019.

Gabe Kapler des Giants, Kevin Cash des Rays et Brian Snitker des Braves reçoivent le prix de la citoyenneté : on ne leur a pas encore dit de partir. (Cependant, tous les trois ont été jetés au cours des saisons précédentes, mais le total de quatre éjections de Kapler en 523 matchs en tant que manager montre un excellent comportement.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick