Ce que je sais être vrai

chez Andrew Dominik deuxième documentaire sur Nick Cave commence par une feinte digne de This Is Robinet rachidien. « Je me suis reconverti en céramiste » Grotte dit à la caméra, pince-sans-rire, « parce que ce n’est plus viable d’être musicien ». Et c’est vrai. Inspiré par sa collection de poterie du Staffordshire, Grotte s’est diversifié dans les bibelots. Pas n’importe quels bibelots. Après une tentative ratée de couler un ornement de cheminée d’un saint bouillant dans l’huile, Grotte est passé à une série de 18 figurines racontant l’histoire du Diable. Voici le diable (non émaillé) en tant que bébé.

Ici, il « grandit et fait des choses audacieuses et dangereuses ». La caméra s’attarde-t-elle lorsque nous arrivons au Diable tuant son premier enfant ? C’est le cas, puis c’est au diable de se séparer du monde à cause de ses transgressions, puis de ses remords, et sur – alerte spoiler – au diable saignant à mort dans un lac de sang avec des cygnes blancs, des « choses ressemblant à des chèvres » et femmes tenant des torches.

La diablerie céramique dans ce Atelier de réparation-l’intermède de style reflète l’influence des restrictions de Covid sur de la grotte activité de tournée. Ce que je sais être vrai est une continuation de Grotte/Chez Dominik documentaire 2016 Une fois de plus avec sentimentun film obsédant qui a permis Grotte pour aborder la mort tragique de son fils Arthur, et a montré comment il a canalisé le désespoir dans la créativité. L’intimité entre metteur en scène et musicien reste intacte. Le cœur de ce film est le voyage créatif de Fantôme (le chagrin s’est transformé en mythe) et Carnage (isolement du confinement, communion créative entre Grotte et la dominante musicale Warren Ellis). Ellis parle d’atteindre un «état méditatif» qui «clique sur quelque chose de transcendant» alors qu’il expérimente des sons fracturés. Grotte met ses chansons plus traditionnelles de côté pour répondre à Ellis’ énergie sauvage. Les séquences musicales sont impeccablement rendues.

Directeur de la photographie Robbie Ryan (qui a aussi filmé de la grotte événement de confinement en solo, Prière idiote) a une piste circulaire entourant les musiciens, et après l’isolement forcé de Prière idiote il y a une sensation commune dans les performances avec Cave et Ellis, ainsi qu’un groupe croissant de joueurs et de chanteurs, atteignant une intensité qui évoque des aperçus de religiosité. Marianne Fidèle fait une apparition convenablement dominatrice, supprimant son alimentation en oxygène pour lire May Sarton’s Prière avant le travailune intervention qui sert à mettre en lumière la manière dont de la grotte le style vocal est devenu presque parlé, oscillant entre le sermon et le courant de conscience.

Grotte est entièrement sous contrôle tout au long, bien sûr, mais il utilise une séquence d’interview à l’arrière d’un taxi pour suggérer – ou peut-être avouer – que sa vie a maintenant « un vrai sens du sens » qui ne dépend pas de son travail. « Je suis beaucoup plus heureux qu’avant », dit-il, l’air fraîchement étonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick