Loretta Devine a représenté le meilleur des femmes noires tout au long de sa carrière et est une gagnante malgré son vote contre Celebrity Drag Race

Bien qu’il ait été la première star à s’éloigner de la saison 2 de Course de dragsters de célébrités, Loretta Devine est en effet une gagnante.

Je l’ai vue pour la première fois à l’écran dans un film de 1999 que mes sœurs et moi avons beaucoup trop regardé quand nous étions enfants (et bien trop tôt compte tenu de son caractère inapproprié). Ça s’appelait Les pauses. Elle a joué Floria, mieux connue sous le nom de “Mama”, une femme qui était devenue mère d’un fils blanc incroyablement irresponsable, et lui a donné un ultimatum – soit déménager, soit réussir la simple tâche de ramener à la maison un sac de lait. Un complot vraiment ridicule, mais mec, elle a livré.

Depuis, j’ai regardé Loretta dans des émissions comme Public de Boston, tout le monde déteste Chris, et bien sûr, dans L’anatomie de Grey, où sa performance d’Adele Weber lui a valu un Emmy. Plus récemment, je l’ai regardée dans Vallée du P, une autre émission où elle rend hommage à son passé à Broadway, notamment dans la saison deux. Mais ces quelques exemples n’égratignent pas la pointe de l’iceberg dans le nombre de rôles qu’elle a occupés au fil des ans – donc sa dernière apparition sur Course de dragsters de célébrités ne devrait pas être une surprise.

La deuxième saison a été diffusée vendredi dernier. Le format de cette saison est un peu différent de ce que nous avons vu lors de la première saison. Les identités des stars restent cachées jusqu’à ce qu’elles soient rejetées. Ça me rappelle un peu Le chanteur masquéet je suis ici pour la couche supplémentaire de suspense, surtout compte tenu de l’ampleur de la transformation physique que subissent les célébrités.

Lire aussi  « La meilleure chose de ma vie. » Un père s'effondre à cause de l'ATAR 99,45 de son fils autiste

Loretta est apparue dans l’émission en tant que Fabulosité. “Je veux être enjouée et un peu drôle”, a-t-elle déclaré. “Fabulosité, c’est une pièce manquante de toutes les grandes divas du monde. C’est ce qui la rend fabuleuse.”

Malheureusement, Loretta a donné une performance lamentable du hit de Mary J. Blige “Just Fine”. Le point principal des commentaires des juges était qu’elle avait besoin de se faire davantage confiance.

Au-delà de la portée du spectacle, c’est une leçon que nous pouvons tous tirer de son illustre carrière. À 72 ans, Loretta a eu le courage de jeter son chapeau sur le ring pour une production télévisée extravagante qui la verrait en dehors de son élément : en drag pour la première fois. Comment avait-elle pu faire cela sans se faire confiance ? Elle s’est penchée directement sur la peur – et bien qu’elle n’ait peut-être pas réussi de la manière dont le spectacle marque la victoire, elle m’a laissé un sentiment difficile à mettre en mots.

“J’ai eu une carrière très intéressante. Je n’aurais jamais pensé participer à une compétition de dragsters, mais je suis à un âge où je veux faire tout ce que je veux !” dit-elle avant de monter sur scène.

Quand on pense aux légendes noires, on pense à des femmes comme Cicely Tyson, Maya Angelou, Oprah Winfrey et Michelle Obama. Et bien qu’il ne fasse aucun doute que ces femmes illustrent toutes l’excellence noire dans sa forme la plus vraie, je trouve que Loretta Devine fait partie des rangs de ces pionnières et je ne suis tout simplement pas sûr que nous ayons fait un assez bon travail pour donner à l’étoile son bien- fleurs méritées.

Lire aussi  Lauren Boebert veut vraiment l'attention d'Elon Musk, maladroit

Après tout, elle est une star certifiée de Broadway. Devine a décroché le rôle de Lorrell dans la comédie musicale de Broadway en 1981, Filles de rêve. Beaucoup considèrent que c’est le rôle qui a attiré son attention nationale. Et la voir s’appuyer sur son travail passé dans ses derniers projets nous rappelle qu’elle est vraiment une légende en ce qui concerne Black Hollywood. Elle a agi selon ses conditions et même dans son deuxième acte, elle prend des risques et même dans les cas de retour à la familiarité, elle sort toujours de sa zone de confort.

Ce que j’aime le plus chez Loretta Devine, c’est qu’elle reste fidèle à une typographie très spécifique, mais elle a la capacité de l’adapter à tant de films et de plateaux de télévision différents. Bon nombre des rôles qu’elle a joués étaient si familiers aux Noirs, reflétant souvent une tante, une mère ou une grand-mère que nous connaissons dans notre vie personnelle. Elle dépeint souvent des personnages maternels et nourriciers, une femme typique du sud, quelqu’un qui vérifie toujours si vous avez déjà mangé – ce genre de rôles. Pourtant, peu importe le décor, les autres acteurs ou la nature de la production, elle est capable de donner un nouveau souffle à ses personnages, même si, à la base, ils sont incroyablement similaires.

Elle représente le meilleur des femmes noires. Parce que nous sommes bienveillants, nous sommes nourricière, et elle est capable de jouer ces rôles avec une telle douceur et une telle grâce qui nous permet de rompre avec le besoin typique d’être conventionnellement et réductricement “fort”.

Lire aussi  Conman Sukesh Chandrashekhar a également ciblé Sara Ali Khan, Janhvi Kapoor et Bhumi Pednekar ?

Même dans Publique de Bostonoù il y avait des cas où elle devait être disciplinaire, elle l’a fait de telle manière que vous saviez que la force motrice derrière ses conférences et ses détentions était le véritable amour pour ses étudiants.

La voir, à ce stade de sa vie, revenir à son véritable amour de Broadway confirme qu’elle a fait ce qu’elle avait l’intention de faire – agir. Elle nous a offert un large éventail de personnages, d’émotions et d’histoires, tout en restant fidèle à elle-même et à sa communauté.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick