Home » The Mosquito Coast sur Apple TV + est une série d’action-aventure moralisante

The Mosquito Coast sur Apple TV + est une série d’action-aventure moralisante

by Les Actualites

Bienvenue à Suivant, une colonne qui vous donne un aperçu de la dernière TV. Cette semaine, Valerie Ettenhofer passe en revue The Mosquito Coast, une adaptation Apple TV + d’un roman d’aventure primé.


Le monde a considérablement changé depuis le roman d’aventure primé de Paul Theroux La côte des moustiques a frappé les tablettes en 1981, et il en va de même pour l’adaptation cinématographique de Peter Weir avec Harrison Ford sorti cinq ans plus tard. Heureusement, le dernier récit de l’histoire – une série limitée en streaming sur Apple TV + basée sur le livre – a également été considérablement modifié pour s’adapter à l’époque. Une chose n’a cependant pas changé. La force motrice du personnage principal est toujours un dégoût profond pour le consumérisme américain.

Développé par Luther créateur Neil Cross et journaliste Tom Bissell, la nouvelle adaptation suit Allie Fox (Justin Theroux), un homme résolument engagé dans une vie hors réseau. Il prend son fils Charlie (Gabriel Bateman) lors des excursions d’une journée pour siphonner de la graisse de cuisson qui peut être transformée en biocarburant, en l’appelant la version homeschool d’un cours d’EP. Il se précipite dans la chambre de sa fille adolescente Dina (Logan polonais) pour arracher un téléphone portable secret de ses mains. Ce n’est pas simplement un environnementaliste intense. Il y a une autre raison, plus sombre, pour laquelle il veut que sa famille ne soit pas dans la ligne de mire du gouvernement.

À la fin du premier épisode de La côte des moustiques, Allie a déraciné sa famille, y compris les deux enfants et sa femme Margot (Melissa George). Il insiste sur le fait qu’ils partent à l’aventure, alors même qu’ils se dirigent vers le Mexique avec une paire de ce qui semble être des responsables américains à leur poursuite. En surface, c’est l’histoire d’un environnementaliste idéaliste conduisant sa famille vers une nouvelle terre, mais alors que les renards voyagent plus profondément dans un territoire inconnu, la série met en place des moments culturellement compliqués qui s’irritent contre ses caractérisations initiales simplifiées.

Allie est peut-être un idéaliste, mais c’est aussi un personnage arrogant et volontairement déplaisant – presque tout le monde qu’il rencontre l’appelle un connard. Et ses opinions proclamées contredisent souvent directement ses actions. En fait, les premiers épisodes de la série sont énergiques et forcés, débordant de discours énervés et apolitiques sur la corruption et le gaspillage américains. Mais ils sont aussi bourrés d’action, il est donc facile pour les téléspectateurs de naviguer à travers la série étroitement tracée jusqu’à ce qu’elle évolue d’un drame direct à une allégorie ironique ironique. À la fin, ces premiers monologues prêcheurs sembleront faire partie de la conception de la série.

La côte des moustiques est bien dirigé et implacable, rempli de visuels saisissants et suffisamment d’action pour garder les téléspectateurs engagés malgré quelques faux pas précoces. Le voyage des renards est infiniment dangereux et de plus en plus sinistre, alors même qu’Allie continue de le traiter comme des vacances éducatives en famille. La série n’a peut-être pas la touche narrative la plus légère, mais c’est un spectacle d’aventure rempli de toutes sortes d’obstacles à surmonter pour la famille, allant des serpents sauvages aux corps momifiés en passant par les fusillades dans le désert.

Équilibrer entre une allégorie savamment consciente de soi et un commentaire culturel malavisé, La côte des moustiques orteils beaucoup de lignes. Une grande partie de l’intrigue se déroule dans et autour d’une version du Mexique où le cartel associe seigneur des manoirs opulents et où les enfants de la rue couverts de terre vendront n’importe qui pour des restes. Ce sont des tropes culturels fatigués, mais ils pourraient également être une toile de fond appropriée pour une histoire sur l’hypocrisie et l’égocentrisme américains modernes. Au début de leur voyage, les renards prennent de l’eau et des armes sur les cadavres de migrants, et ce moment sombre donne le ton à une série sur un groupe de personnes qui, malgré leur aversion autoproclamée pour le capitalisme, ne peuvent pas arrêter de prendre ce qu’ils pense qu’ils sont dus.

Au fur et à mesure que la série entre dans un groove, son originalité thématique est tempérée par une dynamique familiale familière. A l’heure, La côte des moustiques semble être un clone de Netflix Ozark, avec une fille aînée qui roule les yeux et un fils cadet tranquillement foiré. Selon ce que la scène appelle, Margot est soit une mère qui se sacrifie et qui rêve avant tout de la normalité, soit le cerveau derrière chaque décision dangereuse. Allie est une attitude qui repousse les limites, et Theroux le joue avec une intensité aux yeux écarquillés qui correspond parfaitement à sa personnalité désagréable.

Les fans du roman ou de l’adaptation cinématographique de 1986 trouveront une faible ressemblance entre ces versions et celle-ci. De manière vitale, le catalyseur central des Foxes a changé – la série fait continuellement référence à quelque chose qu’un ou les deux parents ont fait dans le passé qui les a motivés à se cacher du gouvernement, bien que les détails de ces circonstances ne soient jamais expliqués qu’à moitié. La nouvelle impulsion concerne la famille, ce qui fait les ravages que les renards font tout au long de leur voyage, et cette fin fulgurante – également modifiée par rapport au livre – plus personnelle et moins sociopolitique.

La côte des moustiques n’est pas sans problèmes, parmi lesquels une trame de fond confuse et une tendance à s’appuyer sur des clichés culturels surutilisés. Pourtant, prise dans son ensemble, la série fait quelque chose sans aucun doute audacieux, insufflant une histoire d’action-aventure en évolution rapide avec le type de commentaire critique capitaliste en couches qui est rarement exploré à ce degré.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.