Les frappes aériennes et les attaques à la roquette poussent Israël et les militants vers une deuxième journée de combats

TEL AVIV – Des avions de combat israéliens ont pilonné des cibles à Gaza alors que des militants palestiniens lançaient des attaques à la roquette pour la deuxième journée consécutive samedi, mettant fin de manière explosive à plus d’un an de calme relatif le long de la frontière.

Les Forces de défense israéliennes, ou Tsahal, ont déclaré samedi dans un communiqué que les frappes aériennes avaient tué deux membres du groupe du Jihad islamique palestinien « qui étaient sur le point de tirer des mortiers depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien ».

Le communiqué ajoute que Tsahal « continue de frapper des cibles terroristes dans la bande de Gaza », y compris un « complexe d’entraînement militaire et un entrepôt d’armes ».

Les médias locaux ont ensuite diffusé des images d’énormes nuages ​​de fumée et de débris apparaissant dans l’air alors que des explosions secouaient la ville de Gaza.

Les gens courent pour se mettre à l’abri lors des bombardements aériens israéliens sur la ville de Gaza samedi.Anas Baba / – via Getty Images

Dans un communiqué séparé, l’armée israélienne a déclaré qu’avec d’autres forces de sécurité israéliennes, elle avait appréhendé samedi 20 suspects, dont 19 qu’elle a décrits comme des “terroristes du Jihad islamique”.

Après avoir revendiqué dans la nuit la responsabilité d’avoir tiré plus de 100 roquettes sur Tel-Aviv et d’autres villes israéliennes, les Brigades Al-Qods, la branche armée du groupe du Jihad islamique, ont déclaré dans un communiqué qu’elles pourraient “confirmer la poursuite des combats”.

La plupart des missiles ont été interceptés et aucune victime grave n’a été signalée, selon le service d’ambulance israélien.

Lire aussi  Les talibans interdisent désormais aux hommes et aux femmes de manger ensemble au restaurant

Dans un communiqué séparé, Daoud Shehab, un porte-parole du Jihad islamique, a déclaré que “la bataille actuelle ne se terminera pas dans un jour ou deux et qu’elle continuera à épuiser l’entité d’occupation”. Il a également déclaré qu’il n’y avait pas de pourparlers entre les deux parties à l’heure actuelle.

La dernière série de violences entre Israël et des militants palestiniens a été déclenchée par la capture cette semaine du haut commandant du Jihad islamique Bassam al-Saadi en Cisjordanie.

Les combats ont commencé vendredi alors qu’Israël avertissait les habitants lors d’appels téléphoniques avant que ses avions de combat larguent deux bombes sur la maison d’un membre du Jihad islamique, aplatissant la structure de deux étages dans l’ouest de la ville de Gaza et endommageant gravement les maisons environnantes.

Tsahal a déclaré avoir pris pour cible Taiseer al-Jabari, le commandant en chef de la division nord de Gaza du Jihad islamique palestinien. Le ministère palestinien de la Santé a confirmé plus tard que Jabari était parmi les morts.

Dans un communiqué séparé samedi, le ministère a déclaré que 14 Palestiniens, dont un enfant, étaient morts et qu’au moins 110 personnes avaient été blessées depuis le début des violences.

Un ambulancier met en garde les personnes sur les lieux d'une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza
Un ambulancier met en garde les personnes sur les lieux d’une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza samedi.Mohammed Abed / – via Getty Images

Le Jihad islamique est un groupe soutenu par l’Iran qui est plus petit que le Hamas, qui dirige Gaza, mais il partage bon nombre de ses revendications et idéologies clés, y compris le refus de reconnaître l’existence de l’État d’Israël.

Lire aussi  L'ancien responsable de Trump, Kash Patel, écrit un livre pour enfants répétant une fausse affirmation sur le dossier Steele | Nouvelles américaines

Jusqu’à présent, le Hamas a semblé rester en marge du conflit, mais Fawzi Barhoum, un porte-parole du groupe, a déclaré vendredi dans un communiqué qu’Israël “a commencé l’escalade contre Gaza et a commis un nouveau crime, et doit en payer le prix et en assume l’entière responsabilité. »

Israël et le Hamas ont mené quatre guerres et plusieurs petites batailles au cours des 15 dernières années, déclenchant des violences qui ont touché de manière disproportionnée les 2 millions d’habitants palestiniens du territoire, qui souvent ne peuvent pas s’abriter des frappes israéliennes.

Les commentaires de Barhoum sont intervenus après que le Premier ministre israélien Yair Lapid a déclaré que son pays avait lancé les attaques sur la base de « menaces concrètes.

“Ce gouvernement a une politique de tolérance zéro pour toute tentative d’attaque – de quelque nature que ce soit – de Gaza vers le territoire israélien”, a déclaré Lapid. “Israël ne restera pas les bras croisés quand il y aura ceux qui essaient de nuire à ses civils.”

“Israël n’est pas intéressé par un conflit plus large à Gaza mais n’en hésitera pas non plus.” il ajouta.

La violence constitue un test précoce pour Lapid, qui a assumé le rôle de Premier ministre par intérim en juin après l’effondrement de la coalition à huit partis de son prédécesseur, Naftali Bennett.

Invoquant une menace à la sécurité, Israël a également scellé les routes autour de la bande de Gaza et bloqué la centrale électrique de Nusseirat, qui fournit de l’électricité aux 2,3 millions de personnes qui vivent dans l’enclave côtière.

Lire aussi  Les combattants talibans avancent après la fermeture de la principale base afghane par les États-Unis

Il a également imposé des mesures de sécurité spéciales dans ses territoires du sud près de Gaza et se prépare à appeler 25 000 militaires, selon le ministre de la Défense Benny Gantz.

Israël et l’Égypte maintiennent un blocus strict sur la bande de Gaza depuis 2007. Israël affirme que le bouclage est nécessaire pour empêcher le Hamas de renforcer ses capacités militaires.

Les critiques, y compris les Nations Unies, disent que la politique équivaut à une punition collective de toute une population et prive les civils palestiniens vivant dans la zone de liberté de mouvement.

Paul Goldman a rapporté de Tel-Aviv et Leila Sackur de Londres.

Presse associée et Reuter contribué.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick