Poutine avertit Biden dans son discours

La désignation d’extrémisme contre l’organisation de M. Navalny, qu’un tribunal de Moscou examinera lors d’un procès secret à partir de la semaine prochaine, forcerait effectivement le mouvement d’opposition le plus puissant de Russie à la clandestinité et pourrait entraîner des peines de prison de plusieurs années pour les militants pro-Navalny.

M. Navalny, quant à lui, continue de faire une grève de la faim dans un hôpital pénitentiaire russe, insistant pour qu’il soit autorisé à être vu par les médecins de son choix. Un avocat qui lui a rendu visite, Vadim Kobzev, signalé Mardi, les bras de M. Navalny ont été percés et meurtris après que trois infirmières aient essayé et échoué six fois à le brancher à une perfusion intraveineuse.

«Si vous me voyiez maintenant, vous ririez», a déclaré une lettre de M. Navalny, son équipe, publiée sur les réseaux sociaux. «Un squelette qui marche, se balance, dans sa cellule.

La Maison Blanche a averti le gouvernement russe qu’il «sera tenu responsable» si M. Navalny meurt en prison. Les responsables occidentaux – et les partisans et alliés de M. Navalny – rejettent l’idée que le chef de l’opposition agit au nom d’un autre pays.

Mais dans la logique du Kremlin, M. Navalny est une menace pour l’État russe, faisant la demande de l’Occident en sapant M. Poutine. C’est M. Poutine, a déclaré M. Trenin, qui maintient la stabilité de la Russie en maintenant un équilibre entre les factions concurrentes de l’élite dirigeante russe.

“Si Poutine part, une bataille entre différents groupes éclate et la Russie se replie sur elle-même, n’a plus de temps pour le reste du monde et ne gêne plus personne”, a déclaré M. Trenin. “L’Occident utilise, bien sûr, Navalny, et l’utilisera pour créer des problèmes pour Poutine et, à plus long terme, aider Poutine à devenir l’histoire d’une manière ou d’une autre.”

Lire aussi  Une mère américaine de 20 ans abattue à Manhattan a été victime de violence domestique

Jusqu’où va M. Poutine pour riposter contre l’hostilité réelle ou imaginaire de l’Occident reste une question ouverte. Dans les médias d’information d’État, la musique d’ambiance est désastreuse. Lors de l’émission hebdomadaire phare de la chaîne Rossiya 1 dimanche, l’animateur Dmitri Kisdomov a clôturé un segment sur la confrontation de M. Poutine avec M. Biden en rappelant aux téléspectateurs Poséidon – une nouvelle arme dans l’arsenal nucléaire russe que M. Poutine a révélé il y a trois ans. .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick