Home » Burtch and Cook: Kap’yong – la première bataille chaude de la guerre froide

Burtch and Cook: Kap’yong – la première bataille chaude de la guerre froide

by Les Actualites

Pourquoi devrions-nous nous soucier du 70e anniversaire d’une bataille particulière en Corée du Sud? Pour ses leçons sur la défense, le courage et l’importance de préserver la mémoire historique.

Contenu de l’article

«Soyez stable, tuez et ne cédez pas!» C’était l’ordre du lieutenant-colonel. Jim Stone, le solide commandant du 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, à ses 700 soldats à la veille de leur première bataille en Corée. Les Canadiens défendaient la cote 677 et en avril 1951, au nord du village de Kap’yong (Gapyeong), environ 6 000 soldats chinois ont convergé vers leur position exposée.

Les Chinois avaient déjà cassé la défense d’une division sud-coréenne. À présent, deux régiments de la 118e division des Volontaires du peuple chinois, se déplaçant rapidement et durement, étaient prêts à encercler et à envahir les Patricias dans leurs abris perchés.

***

La Corée avait été divisée à la fin de la Seconde Guerre mondiale le long du 38e parallèle. Le pays était sous la domination impériale japonaise depuis 1910 et, avec le retrait du Japon, le pays était occupé, au nord par l’Union soviétique et au sud par les États-Unis. Les rêves de réunification et d’indépendance ont été anéantis pour de nombreux Coréens.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

La guerre a commencé le 25 juin 1950, lorsque la Corée du Nord a envahi la Corée du Sud pour réunifier la péninsule sous la direction de son chef communiste, Kim Il-Sung. Les défenseurs sud-coréens et américains ont été poussés vers le sud sous le poids de l’offensive. Les Nord-Coréens étaient au bord de la victoire.

***

L’implication du Canada dans le conflit était une évolution inattendue de la guerre froide et de notre engagement envers l’organisme international qui avait été créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Nations Unies. Peu de temps après l’invasion de la Corée du Sud, l’ONU a décidé de condamner l’acte d’agression et d’encourager les États membres à engager des forces pour rétablir l’ordre dans la péninsule.

Alors que les Américains ont précipité les forces des garnisons du Japon occupé pour renforcer leur défense de la Corée du Sud, le Canada a d’abord envoyé des destroyers de la Marine royale canadienne pour patrouiller dans les eaux et s’engager dans des opérations actives. Une brigade d’infanterie nouvellement formée suivit bientôt, recrutée spécialement pour le service en Corée.

Un canon de 25 livres du 2e Régiment de campagne, Royal Canadian Horse Artillery en action en Corée, 28 mai 1951. À gauche: les artilleurs RJ Galarneau, GW North et le sergent Victor Cornish.  Cornish a été tué au combat en novembre 1951. (Avec la permission du Musée canadien de la guerre)
Un canon de 25 livres du 2e Régiment de campagne, Royal Canadian Horse Artillery en action en Corée, 28 mai 1951. À gauche: les artilleurs RJ Galarneau, GW North et le sergent Victor Cornish. Cornish a été tué au combat en novembre 1951. (Avec la permission du Musée canadien de la guerre) Gracieuseté du Musée canadien de la guerre

Le gouvernement canadien n’avait pas l’intention d’introduire une ébauche pendant la guerre froide, et il était initialement peu disposé à engager les régiments existants de l’armée canadienne de peur que l’attaque en Corée ne soit une feinte, pour détourner l’attention d’une éventuelle offensive soviétique en Europe occidentale. . Et ainsi l’appel a été lancé en août 1950, et à travers le pays, des hommes se sont de nouveau alignés à l’extérieur des centres de recrutement et des arsenaux. Ils formeraient la Force spéciale de l’Armée canadienne.

Environ un quart de ceux qui se sont enrôlés étaient des vétérans qui avaient combattu pendant la Seconde Guerre mondiale. Certains étaient de jeunes hommes, qui n’avaient pas l’âge de servir dans la guerre contre les fascistes, tandis que d’autres n’étaient pas inspirés par le travail dans les camps de bûcherons ou le travail manuel et cherchaient l’aventure.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Les premiers soldats de la Force spéciale de l’Armée canadienne, le 2e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, sont arrivés en Corée en décembre 1950. C’était un moment de crise. Alors que la force de l’ONU dirigée par les États-Unis avait repoussé les Nord-Coréens en septembre 1950, l’armée des volontaires du peuple chinois rejoignit les Nord-Coréens quelques mois plus tard pour repousser l’ONU vers le sud dans une offensive massive.

Les Canadiens ont raté ces batailles à bascule, mais ont passé le temps à s’entraîner sagement pour combattre sur le terrain accidenté et vallonné. Lorsqu’une autre offensive chinoise débute en avril 1951, les Canadiens sont en réserve dans le cadre de la 27e Brigade d’infanterie du Commonwealth. Ils ont reçu l’ordre de défendre les approches de Kap’yong pour empêcher une percée chinoise qui couperait une autoroute vitale vers Séoul.

Après que le Royal Australian Regiment se soit frayé un chemin au large de la cote 504 le 23 avril, après avoir subi 32 morts et 123 blessés, les Patricias se sont préparés au combat.

La nuit suivante, à la fin du 24 avril, des assaillants chinois ont sondé les défenses canadiennes sur la cote 677 dans l’obscurité, mais ont été repoussés par des mitrailleuses et des mortiers de bataillon canadiens habilement placés.

Soldats canadiens dans un groupe d'ordres en Corée, le 5 mars 1951. (Avec la permission du Musée canadien de la guerre)
Soldats canadiens dans un groupe d’ordres en Corée, le 5 mars 1951. (Avec la permission du Musée canadien de la guerre) Gracieuseté du Musée canadien de la guerre

Mais un deuxième entraînement soutenu aux premières heures du 25 a conduit à des combats brutaux au corps à corps. Lorsque les Chinois ont dépassé les lignes de la Compagnie D, les Canadiens ont pris la décision risquée de faire appel à l’artillerie en soutenant les obusiers de 25 livres des Néo-Zélandais sur leurs propres positions. Le pari a réussi, tuant les soldats chinois laissés à l’air libre et repoussant l’attaque. Lorsque les Chinois se sont retirés au nord, les Patricias ont fait le bilan de leurs pertes: 10 morts et 23 blessés.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

La leçon de Kap’yong a révélé qu’une défense tenace, un appui-feu écrasant et un courage remarquable pourraient émousser les effectifs largement supérieurs de l’ennemi. La défense de Kap’yong a ralenti l’élan de l’offensive chinoise et, grâce aux efforts d’autres batailles similaires ailleurs dans le sens de l’ONU, a empêché la chute de Séoul.

***

Alors pourquoi devrions-nous nous soucier du 70e anniversaire d’une bataille en Corée du Sud? Pour le Canada, c’était le premier conflit chaud de la guerre froide. Plus de 26000 Canadiens ont servi en Corée à la fin de la guerre par un armistice le 27 juillet 1953.

Quelque 516 ont été tués au combat, mais aussi à la suite d’accidents, de morts naturelles et de suicides. Beaucoup d’entre eux ont été enterrés à l’étranger dans le cimetière commémoratif des Nations Unies à Busan, leurs tombes honorées par les Sud-Coréens qui ont compris le sacrifice qui a préservé leur pays.

Le Canada n’a pas fait un aussi bon travail en commémorant les anciens combattants de retour. La qualification du conflit comme une «action policière» a troublé le public et scandalisé ceux qui se sont battus. Comme l’a montré la bataille de Kap’yong, il ne s’agissait ni de maintien de l’ordre ni de maintien de la paix, mais de guerre.

La résilience du PPCLI et du Royal Australian Regiment a été reconnue par les Américains, qui ont décerné à ces unités une citation présidentielle de Washington.

Bien que Kap’yong n’ait jamais été de l’échelle de Vimy ou du jour J, les Canadiens auraient pu en savoir plus sur l’engagement du pays envers la Corée si nous avions écrit plus d’histoires ou enseigné ces événements dans nos écoles. Peu de gens au Canada, y compris ceux qui se sont portés volontaires pour y combattre, savaient la première chose à propos de la Corée en 1950. Les anciens combattants ont formé leurs propres associations, comme la Korean Veterans Association, pour attirer l’attention sur leurs besoins et leur service.

Publicité

Cette annonce n’est pas encore chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Peu de temps après la fin de la guerre de Corée, l’image des Forces armées canadiennes a été modifiée de manière indélébile par le rôle symbolique de la force de maintien de la paix, née après la crise de Suez de 1956, et les interventions célèbres de Lester B. Pearson.

Il n’y avait pas non plus de monument commémoratif national construit à Ottawa pour la guerre de Corée. Après des années de pression, les anciens combattants de la guerre de Corée ont dû se contenter de l’ajout des mots «guerre de Corée, 1950-1953» au Monument commémoratif de guerre du Canada lors d’une cérémonie de reconsécration en 1982. Cela a eu lieu sept ans après la reconnaissance des efforts du PPCLI à un mémorial érigé à Kap’yong près du site de la bataille.

Aucun mémorial national n’a été construit à Ottawa pendant la guerre de Corée. Ce n’est qu’après la défense soutenue des anciens combattants que le Canada a décerné une médaille de service volontaire pour la Corée en 1991.

Ce n’est qu’après la défense soutenue des anciens combattants que le Canada a décerné une médaille de service volontaire pour la Corée en 1991. Le mémorial national de la guerre est le mur commémoratif canadien de la guerre de Corée à Brampton, en Ontario, qui a été construit à la fin de Années 90. Les anciens combattants avaient de nombreuses raisons de prétendre que la Corée était «la guerre oubliée».

***

En ce 70e anniversaire de la première bataille canadienne de la guerre froide, nous pourrions réfléchir au sacrifice de ceux qui ont servi.

Nous devons témoigner des morts mais aussi des survivants. La plupart sont également partis maintenant, ayant survécu aux obus et aux bombes, mais pas à la marche inévitable du temps. Que se passera-t-il lorsque le dernier vétéran canadien de la guerre de Corée décédera? Les souvenirs vécus seront enterrés, mais l’histoire ne doit pas se faner. Quelle est l’obligation pour le reste d’entre nous?

C’est notre histoire, qui fait partie de notre histoire commune, qui nous relie au passé et informe le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Andrew Burtch et Tim Cook sont des historiens du Musée canadien de la guerre, où ils ont organisé des expositions permanentes, temporaires, itinérantes et numériques. Ils ont publié de nombreux articles sur l’histoire militaire canadienne et sont des commentateurs fréquents dans les médias.

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civil et à encourager tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour la modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur vous suit les commentaires. Consultez notre règlement de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la manière d’ajuster vos paramètres de messagerie.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.