Pourquoi tirons-nous tant de plaisir de la symétrie ?

Une paire de plongeurs synchronisés. Les ailes d’un papillon. Le plafond voûté d’une cathédrale. Ce sont quelques-unes des choses que la plupart des gens trouvent visuellement très agréables. Mais pourquoi? La réponse a à voir avec la symétrie.

La plupart des objets du monde réel sont symétriques. C’est particulièrement vrai de la nature : la symétrie radiale des étoiles de mer ou des pétales de fleurs, l’efficacité symétrique d’un nid d’abeilles hexagonal, ou les motifs cristallins symétriques uniques d’un flocon de neige. En fait, l’asymétrie est souvent un signe de maladie ou de danger dans le monde naturel.

Et, bien sûr, les êtres humains sont symétriques, du moins à l’extérieur (certains organes internes comme le cœur et le foie sont décentrés). Des décennies de recherche sur l’attirance sexuelle ont prouvé que les hommes et les femmes trouvent les visages symétriques plus sexy que les asymétriques. L’explication principale est que la symétrie physique est un signe extérieur de bonne santé, bien que des études à grande échelle n’aient montré aucune différence de santé significative chez les personnes ayant des visages symétriques ou asymétriques. (Étant donné que de graves asymétries physiques sont de puissants indicateurs de troubles génétiques, notre cerveau pourrait simplement réagir de manière excessive.)

L’explication simple de notre attirance pour la symétrie est qu’elle est familière. Les objets et images symétriques respectent les règles que notre cerveau est programmé pour reconnaître facilement.

“Je dirais que la symétrie représente l’ordre, et nous avons soif d’ordre dans cet univers étrange dans lequel nous nous trouvons”, écrit le physicien Alan Lightman dans “The Accidental Universe: The World You Thought You Knew”. “La recherche de la symétrie, et le plaisir émotionnel que l’on retire quand on la trouve, doivent nous aider à donner un sens au monde qui nous entoure, tout comme nous trouvons satisfaction dans la répétition des saisons et la fiabilité des amitiés. La symétrie est aussi économie. La symétrie est la simplicité. La symétrie est l’élégance.”

Lire aussi  Une refonte qui pourrait révolutionner la physique

Une explication plus ésotérique de la satisfaction que nous ressentons en voyant une œuvre d’art à la symétrie créative, ou un étalage parfaitement empilé de boîtes de soupe dans l’épicerie, est que les « trucs » de notre cerveau sont inséparables des « trucs » de la nature. Les neurones et les synapses de notre cerveau, et les processus par lesquels ils communiquent, connectent et évoquent des pensées, ont évolué parallèlement aux étoiles et aux étoiles de mer. Si la nature est symétrique, alors notre esprit l’est aussi.

“L’architecture de notre cerveau est née des mêmes essais et erreurs, des mêmes principes énergétiques, des mêmes mathématiques pures qui se produisent dans les fleurs, les méduses et les particules de Higgs”, écrit Lightman.

Jetez un oeil à l’image ci-dessus. Que vois-tu?

Si vous avez la chance d’avoir deux yeux fonctionnels et un cerveau intact, vous direz “un triangle blanc brillant au-dessus d’un autre triangle”. Mais regardez de plus près et vous découvrirez que tout est une illusion d’optique – il n’y a pas du tout de triangle blanc brillant, juste un espace vide entouré de trois sosies de Pac-Man et de quelques V flottants.

L’astuce visuelle, appelée le triangle Kanizsa, est si puissante que votre cerveau remplit les lignes de bordure séparant les deux triangles et rend celui du haut plus lumineux, même si les espaces blancs de l’image sont en fait la même nuance de blanc. Ne nous croyez pas ? Couvrez des sections de l’image avec votre main et observez les lignes et les différences de couleur disparaître.

Lire aussi  Pourquoi le Squad s'oppose-t-il à un projet de loi bipartite sur la sécurité énergétique ?

Alors que diable se passe-t-il ?

“Le cerveau n’aime pas les choses accidentelles”, explique Mary Peterson, professeur de psychologie et directrice du Visual Perception Laboratory de l’Université de l’Arizona. “Le cerveau crée ce triangle plus blanc que blanc parce qu’il serait accidentel que ces trois Pac-Men soient alignés de cette manière s’ils n’étaient pas occlus par un triangle blanc.”

L’illusion du triangle est un exemple classique de ce que l’on appelle la psychologie de la Gestalt, du nom d’une école influente de perception visuelle née en Allemagne dans les années 1920. La devise célèbre (et notoirement mal traduite) de la Gestalt est : « Le tout est autre que la somme de ses parties » (et non « Le tout est plus grand que la somme de ses parties. ») En d’autres termes, si notre perception consistait seulement à ajouter les détails d’une image, puis nous regardons l’image ci-dessus et disons : “Je vois trois Pac-Men et quelques V”. Mais notre cerveau est plus qu’une calculatrice. Il est prêt à reconnaître les signes d’ordre dans le chaos « accidentel » et à suivre certaines règles ou raccourcis pour donner un sens au monde.

La symétrie est l’un de ces raccourcis. Comme l’explique Peterson, soit nous apprenons, soit nous naissons avec certains « antécédents » ou raccourcis qui aident notre cerveau à déterminer rapidement que nous regardons un objet.

Johan Wagemans est un psychologue expérimental belge spécialisé dans la perception visuelle et la façon dont notre cerveau organise le flux constant d’informations entrantes. Il convient que la symétrie n’est pas seulement un principe de conception du monde extérieur.

Lire aussi  "Railbound" sera lancé sur mobile, PC et consoles en septembre, nouvelle démo PC publiée pour Steam Next Fest - -

“Vous pouvez également voir la symétrie comme l’un de ces principes majeurs conduisant à l’auto-organisation du cerveau”, explique Wagemans. “Toutes ces tendances vers une bonne organisation et une organisation simple sont aussi des principes de symétrie dans la dynamique du cerveau lui-même.”

Mais d’un autre côté, trop de symétrie peut être un peu ennuyeuse. Wagemans a découvert que si les conceptions parfaitement symétriques sont plus agréables au cerveau, elles ne sont pas nécessairement plus belles. Les novices en art comme les experts préfèrent l’art qui atteint un “niveau de stimulation optimal”, explique Wagemans. “Pas trop complexe, pas trop simple, pas trop chaotique et pas trop ordonné.” En effet, les Japonais ont un principe esthétique appelé fukinsei, qui consiste à créer un équilibre dans une composition, en utilisant l’asymétrie ou l’irrégularité.

Publié à l’origine : 6 novembre 2017

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick