Cinq patients d’une clinique de fertilité reçoivent 15 millions de dollars après la défaillance d’un réservoir de congélation | Californie

Cinq patients d’un centre de fertilité californien ont reçu un total de 15 millions de dollars après la défaillance d’un réservoir de congélation, rendant certains des plus de 3 500 embryons et ovules humains congelés non viables.

Bien que l’étendue des dommages causés par le dégel accidentel ne soit pas claire, les jurés ont attribué la somme aux clients du Pacific Fertility Center de San Francisco après avoir découvert que le fabricant de réservoirs de stockage, Chart Industries, était au courant d’un défaut qui empêchait une surveillance précise de la température et n’avait pas averti le centre du problème.

L’affaire pourrait avoir des conséquences importantes pour une industrie de la fertilité estimée à 37 milliards de dollars d’ici 2030 et survient dans un contexte de baisse des taux de fécondité et d’une baisse des accouchements, récemment décrite comme un baby-bust de Covid.

Les jurés dans l’affaire ont constaté que Chart était à 90 % et Pacific Fertility à 10 % responsable de l’échec de la sauvegarde adéquate du matériel. C’est la première fois qu’un jury accorde des dommages-intérêts dans une affaire impliquant la destruction d’ovules et d’embryons.

« Ce verdict devrait être un signal d’alarme pour les centres de fertilité. Le prix du jury montre que lorsque les cliniques font des erreurs, elles peuvent être dévastatrices », a déclaré au Guardian Adam Wolf, avocat principal des plaignants.

Lors du procès, le fabricant du congélateur a fait valoir que l’erreur était due au fait que les employés du laboratoire de la clinique de fertilité avaient débranché le contrôleur défectueux du réservoir, puis conservé les œufs et les embryons dans un conteneur sans système d’alerte de température en fonctionnement pendant 17 jours.

Mais les avocats des plaignants ont présenté des preuves que Chart était au courant d’un problème avec le réservoir à partir d’une étude interne de 2012 et avait reçu des plaintes concernant un contrôleur défectueux depuis 2015.

Laura et Kevin Parsell, un couple qui avait perdu quatre embryons congelés, ont reçu 7,2 millions de dollars. Rosalynn Enfield, une mère de deux enfants de 43 ans qui a perdu 18 œufs, a reçu 2,6 millions de dollars; Adrienne Sletten, une femme de 43 ans qui a perdu deux œufs, a reçu 2,075 millions de dollars. Chloe Poynton, une femme de 39 ans qui a perdu neuf œufs, a reçu 3,1 millions de dollars.

“C’est vraiment douloureux d’être à une fête prénatale pour célébrer la construction de la famille de quelqu’un d’autre et de savoir à l’intérieur que vous ne l’obtiendrez jamais”, a déclaré Poynton au tribunal.

Dans ses plaidoiries la semaine dernière, l’avocate Dena Sharp avait demandé jusqu’à 30 millions de dollars de dommages et intérêts. “Rien ne peut ramener ces œufs et ces embryons”, a déclaré Sharp. « Rien ne peut faire reculer cette horloge biologique. Rien ne peut vraiment restaurer ce que ces plaignants leur avaient pris.

Wolf, quant à lui, a déclaré que beaucoup de ceux qui avaient perdu des œufs et des embryons luttaient toujours contre leur perte.

La réclamation était la première à être jugée sur 140 poursuites fédérales intentées contre le fabricant de réservoirs à la suite de l’accident. Un deuxième procès impliquant environ cinq autres plaignants devrait commencer plus tard cette année.

Mais Pacific Fertility n’est pas la seule clinique de fertilité à avoir signalé des problèmes avec le congélateur de Chart. Plus de 4 000 ovules et embryons ont été perdus à la clinique de fertilité des hôpitaux universitaires de Cleveland. Environ 150 familles ont réglé leurs réclamations avec la clinique. D’autres poursuites connexes sont en cours.

Wolf a déclaré que son entreprise, Peiffer Wolf Carr Kane & Conway, avait représenté des centaines de personnes sur huit ans dans des réclamations contre l’industrie de la fertilité, qui est en grande partie non réglementée, sauf en ce qui concerne la manière dont les cliniques peuvent annoncer leurs taux de réussite de grossesse.

Des groupes tels que l’American Society for Reproductive Medicine établissent des normes de l’industrie pour les établissements qui optent, mais les recommandations sont volontaires. Dans certains cas, les cliniques ont utilisé le mauvais sperme et il n’y a aucune surveillance en termes d’enregistrement des receveurs de sperme de tiers.

« Malheureusement, nous constatons quotidiennement des erreurs très graves. Ce sont les jours du Far West de l’industrie américaine de la fertilité. Il opère à huis clos et sous un voile de secret. Il peut faire, fondamentalement, tout ce qu’il veut, et ce n’est pas un moyen pour une industrie qui est si importante de fonctionner », a déclaré Wolf.

Naomi Cahn, directrice du Family Law Center de l’Université de Virginie, a déclaré que le verdict de la semaine dernière pourrait appeler à une plus grande réglementation.

« Les pannes de réservoirs de stockage sont un exemple de problèmes dans cette industrie. Le manque de surveillance, allant du fait de ne pas savoir si les réservoirs sont correctement réglementés aux défauts de fabrication en passant par le fait de ne pas savoir combien d’autres personnes ont pu utiliser les mêmes ovules ou spermatozoïdes de donneur, est préoccupant. »

Dans l’état actuel des choses, les cliniques de fertilité ne sont tenues de déclarer les taux de réussite que lorsqu’elles utilisent une technologie de reproduction impliquant des ovules, mais pas lorsque seul le sperme est utilisé. “Mais rapporter les taux de réussite ne réglemente pas la façon dont les œufs sont stockés ou d’autres types de négligence”, a déclaré Cahn.

Bien que l’ASRM joue un rôle important dans la fourniture de conseils, une plus grande surveillance est nécessaire pour protéger les futures familles, dit Cahn. Si elle devait lancer un appel aux législateurs, a-t-elle ajouté, ce serait « établir une seule entité gouvernementale pour superviser l’industrie de la fertilité et s’assurer que cette entité publie des réglementations appropriées, y compris la certification de tous les aspects de la technologie ».

« Nous ne voulons pas interférer avec la relation patient-médecin, nous voulons simplement nous assurer que lorsque vous confiez votre ovule, votre sperme et vos embryons à un réservoir, ce réservoir ne fonctionnera pas correctement et qu’il existe des procédures appropriées dans la clinique s’il Est-ce que.”

Lire aussi  Biden se dirige vers des pourparlers cruciaux sur le climat alors que des alliés méfiants se demandent si les États-Unis seront à la hauteur | Flic26

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick