La variante Omicron n’échappe pas au RTPCR, RAT, selon le ministère de la Santé

La variante COVID-19 Omicron n’échappe pas au test RTPCR (réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse) et au test rapide d’antigène (RAT), a déclaré mardi le ministère de la Santé de l’Union. Il a demandé aux États d’intensifier les tests pour une identification rapide et précoce de tous les cas.

« Les États sont invités à effectuer des tests ciblés/prioritaires sur les passagers des pays non « à risque » également dans le cadre des tests intensifiés par les États», indique un communiqué du ministère.

Les instructions ont suivi la réunion virtuelle du secrétaire à la Santé Rajesh Bhushan avec les États / UT pour examiner les mesures de réponse et la préparation de la santé publique au COVID-19 au milieu des rapports de cas Omicron dans divers pays.

Le ministère a souligné le rôle essentiel de la vaccination en tant que défense puissante contre le COVID-19, la prolongation de la campagne « Har Ghar Dastak » jusqu’au 31 décembre en mettant l’accent sur une couverture à 100 % de la première dose et l’achèvement de l’arriéré de la deuxième dose. Les États ont été invités à accélérer le rythme et la couverture vaccinale.

La réunion a été suivie par le Dr VK Paul, membre (santé), NITI Aayog; Rajiv Bansal, secrétaire, MoCA ; Dr Balram Bhargava, Secrétaire (Recherche en santé) & DG, ICMR ; Dr Sujeet K. Singh, directeur, NCDC ; Secrétaires d’État à la santé ; MD (NHM); des représentants du ministère des Affaires étrangères et du Bureau de l’immigration (BOI) ; Responsables de la santé publique des aéroports de l’État (APHO) ; et d’autres fonctionnaires des États/UT.

Lire aussi  Un dirigeant syndical accuse les parents de la baisse de fréquentation scolaire

Lors de la réunion, M. Bhushan a souligné le besoin continu d’une couverture vaccinale supplémentaire, le respect d’un comportement approprié au COVID-19 et la nécessité d’éviter les rassemblements de masse.

Il a également été conseillé aux États de ne pas baisser la garde et de surveiller de près les passagers internationaux venant dans le pays via divers aéroports, ports et postes frontaliers terrestres.

Le ministère a déclaré que le test d’échantillons de voyageurs en provenance de pays « à risque » le premier jour et d’une catégorie spécifiée de passagers le huitième jour devait être scrupuleusement effectué. Les passagers des pays « à risque » ont été invités à se préparer à attendre dans les aéroports jusqu’à ce que le rapport de test RT-PCR soit disponible. De plus, tous les échantillons pour le séquençage du génome doivent être envoyés rapidement aux laboratoires de l’INSACOG (mappés avec les États). Les États doivent entreprendre la recherche des contacts des personnes séropositives et un suivi pendant 14 jours.

Tout en demandant aux États d’assurer la préparation des infrastructures de santé (disponibilité des soins intensifs, des lits d’O2, des ventilateurs, etc.), le ministère a déclaré qu’ils devraient également se concentrer sur les zones rurales et les cas pédiatriques. Le ministère a ajouté qu’il devrait y avoir une surveillance continue des zones où un récent groupe de cas positifs est apparu.

« Un suivi efficace et régulier des cas d’isolement à domicile, avec des visites physiques au domicile des passagers en provenance de pays « à risque » est un must », indique le communiqué.

Le Dr Vinod Paul a déclaré que le pays est plus riche dans sa connaissance de la gestion du COVID19. Il a souligné l’importance continue d’un comportement approprié au COVID, en évitant les grands rassemblements et en intensifiant la vaccination.

Lire aussi  Condamnation avec sursis pour un chef après 1 mort et 30 malades du pâté chinois

.

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick