Les managers acceptent une augmentation de salaire de 4% alors que Network Rail cherche à atténuer les grèves au Royaume-Uni – News 24

Les cadres supérieurs ont convenu d’une augmentation de salaire de 4% avec l’opérateur d’infrastructure ferroviaire britannique, ce qui pourrait amortir le coup des grèves plus tard ce mois-ci.

L’Association du personnel des transports salariés a déclaré vendredi que les dirigeants de Network Rail avaient voté en faveur de l’accord salarial, qui comprend également une meilleure sécurité d’emploi et un engagement à ne pas modifier unilatéralement les contrats de travail.

Bien qu’il n’empêchera pas les grèves prévues les 18 et 20 août, l’accord devrait aider Network Rail à exploiter le service de base ces jours-là. Quelque 2 500 membres de la TSSA de Network Rail prévoient de participer aux grèves, ainsi que 40 000 travailleurs représentés par le syndicat RMT.

L’accord de Network Rail avec la TSSA sera un répit pour les navetteurs qui ont été touchés par la grève ces derniers mois, alors que les travailleurs du métro et des chemins de fer de Londres continuent de protester contre les salaires et les conditions de travail.

Cependant, le syndicat Unite a déclaré vendredi que plus de 1 600 chauffeurs de bus londoniens prévoyaient de faire grève les 19 et 20 août au sujet des salaires. Le premier jour coïncidera avec une grève du personnel de London Overground et Underground.

Grant Shapps, le secrétaire aux Transports, a déclaré que la décision des gestionnaires était une “nouvelle fantastique” et le résultat du travail des syndicats “en collaboration et de manière productive avec l’industrie”.

“Cette acceptation par ces membres de la TSSA signifiera que nous disposerons d’un personnel d’urgence solide et fiable pour les futures grèves et que nous serons en mesure de fournir des services aux passagers tout en minimisant les perturbations dans la vie des gens ordinaires”, a-t-il ajouté.

Lire aussi  Prisons, mur frontalier : comment le GOP cherche à utiliser l'argent du COVID

Certains cadres sont des communicants de formation et pourraient intervenir les jours de grève pour combler les postes, selon une personne proche du dossier.

Tim Shoveller, qui a dirigé les négociations de Network Rail, s’est dit “satisfait” que les dirigeants de la TSSA aient accepté l’offre, qui comprend une augmentation de 4% du salaire de base à partir de juillet, ainsi que des voyages d’agrément avec des remises importantes pour les employés et leurs proches. familles. .

“Nous pensons qu’il s’agit d’un accord équitable pour nos employés et abordable pour les passagers et les contribuables”, a-t-il ajouté.

La TSSA représente plus de 3 000 membres au niveau de la direction qui travaillent chez Network Rail. Ils avaient précédemment voté pour prendre des mesures avant une grève, ce qui aurait inclus la non-couverture des collègues en cas de grève.

Ces postes de direction comprennent des planificateurs, des architectes et du personnel des ressources humaines, des affaires, de la conformité, de la gestion de la sûreté et de la sécurité, entre autres.

Luke Chester, directeur de l’organisation de la TSSA, a déclaré que même si l’accord ne répondait pas aux aspirations du syndicat en matière de salaire de base, il répondait à de nombreuses “préoccupations de longue date”.

“C’est une très bonne nouvelle que notre syndicat ait été en mesure de se lever collectivement et d’obtenir des concessions à tous les niveaux de l’entreprise, ce qui profitera vraiment à nos membres”, a-t-il déclaré.

Il a toutefois ajouté qu’il était « dommage que les dirigeants aient dû voter pour une grève avant de pouvoir avancer. Nous restons déterminés à poursuivre le dialogue avec Network Rail pour tirer parti de ces réalisations et offrir un traitement équitable à nos membres à l’avenir.”

Lire aussi  Le tout-petit avait les jambes arquées, sa démarche maladroite. Qu'est-ce que c'était?

Chester a également critiqué les commentaires de Shapps, affirmant que le secrétaire aux Transports avait “un peu de culot” en faisant des commentaires sur le travail “en collaboration et de manière productive”.

Il a ajouté que c’était le ministère des Transports qui “s’occupait de paralyser” l’ensemble de l’industrie ferroviaire en “empêchant les entreprises d’offrir des augmentations de salaire reflétant le taux d’inflation”.

En réponse, le DfT a déclaré qu’il était “extrêmement trompeur de suggérer que le secrétaire aux Transports devrait être impliqué dans ces négociations”.

« Le syndicat sait très bien que les négociations sur les salaires et les pratiques de travail ne se font pas avec le gouvernement, mais avec les employeurs des personnes qu’ils représentent. Nous exhortons à nouveau les représentants syndicaux à revenir à la table des négociations », a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick