6 comportements d’animaux étranges et sauvages révélés en 2022

Les divers animaux qui habitent sur Terre se sont adaptés pour survivre dans leur environnement et interagir avec les membres de leur espèce et d’autres espèces d’une manière qui peut être extrêmement fine et parfois carrément bizarre. Chaque année, les chercheurs font de nouvelles découvertes sur les comportements étranges, cool et parfois hilarants des animaux, et 2022 n’a certainement pas fait exception. Dessous Scientifique Américain a rassemblé quelques-uns de nos favoris de l’année dernière.

Octopus Fiiiiight !

Comme un New-Yorkais déclarant : “Hé, je marche ici !” les pieuvres sombres vivant dans des conditions denses au large des côtes australiennes pourraient communiquer avec leurs congénères en lançant des objets. Des caméras sous-marines ont capturé les céphalopodes ramassant des coquillages, du limon et des algues avec leurs bras et les lançant les uns sur les autres en utilisant des jets d’eau de leur siphon pour propulser les restes. Les chercheurs ont même observé les pieuvres qui les recevaient s’esquiver pour éviter un coup. Les scientifiques n’ont pas encore déterminé exactement ce qui motive le comportement, mais soupçonnent qu’il s’agit d’une forme de communication.

L’étrange vie sexuelle des araignées

La vie peut être difficile pour certaines araignées mâles qui cherchent à se reproduire, car elles peuvent finir par être mangées par leur compagnon dans une pratique appelée cannibalisme sexuel. Mais les mâles d’une espèce d’araignées tissant des orbes ont trouvé comment éviter cette fin macabre : l’énergie stockée dans leurs pattes avant leur permet de catapulter une femelle affamée en une fraction de seconde. “Imaginez un homme d’une hauteur de 1,8 mètre se catapultant à 530 mètres en une seconde”, a déclaré l’auteur principal de l’étude, Shichang Zhang, écologiste comportementaliste à l’Université chinoise du Hubei. Scientifique Américain. “C’est ce que font ces araignées mâles.” Et ils vivent pour s’accoupler un autre jour.

Lire aussi  Amazon Pharmacy s'associe à des plans de santé pour des médicaments à prix réduits

Miam, des fossiles pour le déjeuner !

Les chercheurs ont eu une grande surprise lorsque leurs caméras sous-marines ont montré des colonies d’éponges floues des grands fonds tapissant des volcans éteints dans les conditions extrêmes au fond de l’océan Arctique glacial et recouvert de glace. Comment ces créatures survivaient-elles dans une zone notoirement pauvre en nourriture ? Il s’avère qu’ils ont des bactéries qui les aident à digérer les fossiles de vers tubicoles éteints depuis longtemps.

Le prélèvement de nez le plus effrayant que vous ayez jamais vu

Les petits enfants ne sont pas les seuls à se curer le nez et à manger ce qu’ils déterrent. Un aye-aye, une sorte de lémurien, a été aperçu devant la caméra « en train de chercher de l’or ». Et il l’a fait avec son majeur de trois pouces de long, généralement utilisé dans les chasses nocturnes des animaux aux insectes dans les bûches. Lorsqu’il est inséré dans le nez d’un aye-aye, le doigt peut atteindre sa gorge ! Quant à savoir pourquoi les aye-ayes pratiquent la cueillette extrême du nez, les scientifiques ne sont pas sûrs, suggérant peut-être qu’ils le font parce qu’ils boîte.

Araignée mâle sautant d’une femelle pendant l’accouplement au ralenti. Crédit : Shichang Zhang (CC BY-SA)

Installer un piège à mucus microbien

D’accord, donc techniquement ce ne sont pas des animaux. Mais ce sont des organismes vivants, et ils apportent beaucoup de bizarrerie à la table. Le mixoplancton est un protiste, c’est-à-dire n’importe quel eucaryote – un organisme avec une ou plusieurs cellules qui ont un noyau et des organites – qui n’est pas un animal, une plante ou un champignon. Ils obtiennent de l’énergie à la fois par la photosynthèse et en mangeant d’autres microbes. Cette année, les scientifiques ont découvert une espèce de mixoplancton, Prorocentrum cf. Baltique, construit une bulle de mucus autour de son corps pendant la nuit, puis attire ses proies (microbes) dans cette “mucosphère”. Cette mucosphère est également riche en carbone, qui est stocké sur le fond marin après la libération du mucus.

Lire aussi  L'Europe a un plan pour se débarrasser du gaz russe. Les experts en énergie disent que ce n'est pas suffisant.

Les cacatoès affrontent les humains dans la guerre des poubelles

Une course aux armements pour l’innovation pourrait faire rage entre les cacatoès et les humains dans la banlieue de Sydney, en Australie. Les oiseaux très intelligents ont trouvé des moyens d’utiliser leur bec et leurs pattes pour ouvrir les poubelles résidentielles. Fatigués des rues jonchées de déchets qui en résultent, les habitants ont essayé de trouver des moyens d’empêcher les oiseaux d’entrer, comme placer de lourdes pierres sur les couvercles. Les oiseaux ont depuis appris à vaincre au moins une de ces stratégies, suggérant qu’ils peuvent apprendre et s’adapter, forçant les humains à rechercher des méthodes plus élaborées pour les éloigner. Pour notre part, nous accueillons nos suzerains aviaires pilleurs de poubelles.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick