Une station balnéaire sereine, à l’exception de la «  boule de feu  » SpaceX

BOCA CHICA, Texas – Le texte est arrivé tard dans la nuit: Pour votre propre sécurité, partez de chez vous le matin, disait-il. Nancy et James Crawford, non plus surpris mais toujours inquiets, se sont enfuis dans leur SUV après le lever du soleil, se tordant parfois le cou pour apercevoir la fusée spatiale se dressant derrière eux.

Quelques instants plus tard, les Crawford, qui ont environ 70 ans, ont regardé depuis un balcon du 12ème étage sur l’île de South Padre, à quelques kilomètres de la côte, la fusée se brisant à l’impact lors d’une tentative d’atterrissage, répandant des débris enflammés le long des dunes de sable et appartements de marée. Le bâtiment a tremblé, se souvient M. Crawford, et au loin, il y avait «une boule de feu».

«C’était excitant», a fait écho sa femme, «mais trop dangereux si nous étions restés à la maison.»

Home for the Crawford est une communauté côtière isolée à deux pas du Mexique, un village si petit que l’eau doit être transportée par camion. Avec une seule route qui se termine sur le rivage, il attire depuis longtemps des gens désireux de fuir les villes encombrées, et retraités désireux d’échapper aux hivers rigoureux du Nord et du Midwest.

De la communauté nichée parmi les zones humides luxuriantes, les refuges pour la faune et les plages de sable, le supermarché le plus proche est à environ 20 miles, après de longues étendues de routes de gravier et un point de contrôle de la patrouille frontalière. Jusqu’à il y a quelques années, la poignée d’habitants n’aurait pas pu imaginer que les fusées conçues pour les voyages interplanétaires feraient autant partie de leur vision que le Rio Grande.

Mais depuis que le milliardaire Elon Musk a amené sa société spatiale privée, SpaceX, dans la région, la vie n’a plus été la même. Une fusée grise gargantuesque, entourée de clôtures en mailles de chaîne à moins d’un mile des maisons en briques de style ranch, est un rappel constant que les Crawford et leurs voisins restants vivent près d’une rampe de lancement spatiale.

Les représentants de SpaceX avertissent généralement la dizaine de résidents qu’une fusée est prévue pour le lancement. D’autres fois, des sirènes bruyantes les avertissent, et certains, comme les Crawford, choisissent de mettre des écouteurs robustes pour bloquer une partie du bruit. Lorsqu’un moteur de fusée est testé, le rugissement et le tremblement sont si puissants qu’ils peuvent faire sauter les vitres vers l’intérieur.

Les humains ne sont pas les seules espèces à se recroqueviller. Le bruit sourd des roquettes hurlant au-dessus des vasières a poussé certains, comme les oiseaux de rivage, à fuir dans la terreur ou à cesser complètement de nicher dans la région. Et la machinerie lourde amenée pour récupérer les débris éparpillés endommage souvent la route et effraie d’autres animaux sauvages, ont déclaré des écologistes.

Alors que la Federal Aviation Administration a donné l’autorisation environnementale à SpaceX pour les tests, les écologistes craignent que les récentes explosions puissent avoir un effet durable sur la zone écologiquement riche, qui abrite un certain nombre d’espèces menacées, comme les ocelots et les tortues de mer de Kemp.

«Lorsque vous testez une toute nouvelle technologie et de nouvelles fusées, de nouveaux moteurs, des trucs comme ça se produisent», a déclaré Jim Chapman, président de Friends of the Wildlife Corridor, un groupe à but non lucratif dont la mission est de protéger les habitats indigènes. de la vallée du Rio Grande. « Eh bien, notre sentiment est que cela ne devrait pas se produire ici. »

Mais l’histoire de la façon dont SpaceX est arrivé à Boca Chica, à environ 35 km de Brownsville, au Texas, commence par la promesse d’un coup de pouce économique indispensable à l’une des régions les plus pauvres du pays.

Pendant des décennies, Brownsville et la vallée plus large du Rio Grande ont été aux prises avec un manque d’opportunités et une fuite des cerveaux, de nombreux diplômés d’université choisissant de partir faire carrière ailleurs.

Avant que SpaceX ne devienne ancré dans la conscience de Brownsville, l’économie locale reposait fortement sur les emplois du gouvernement, des écoles, des soins de santé et de certains magasins de détail à bas salaires, ont déclaré des responsables.

Les représentants de SpaceX, qui investit une fortune dans sa quête pour envoyer des gens sur Mars, n’ont pas répondu à une demande de commentaire. Mais les responsables du comté de Cameron, qui comprend Boca Chica, ont déclaré que la société avait insufflé espoir et optimisme dans la région.

Lorsque la société a annoncé son intention de déménager dans la région en 2014, elle a promis de créer environ 500 emplois locaux, a déclaré Eddie Treviño Jr., le juge du comté de Cameron, le plus haut élu du comté. Mais à la fin de l’année dernière, a-t-il déclaré, le chiffre réel était plus du triple, avec plus de 1600 emplois dans la construction, le bureau et d’autres domaines, la plupart étant attribués aux résidents locaux, a-t-il déclaré.

Les avantages pour la région de Brownsville, où, selon le US Census Bureau, au moins 30 pour cent de la population vit dans la pauvreté, finiront par l’emporter sur les tensions et les perturbations provoquées par l’entreprise, a déclaré M. Treviño.

«Nous devons trouver un équilibre entre le bien et le mal», a-t-il déclaré.

La recherche de la rampe de lancement SpaceX idéale a commencé il y a plus de 10 ans. Des sites ont été envisagés dans d’autres États, dont la Géorgie, la Californie et l’Alaska, mais les ingénieurs avaient besoin d’une zone principalement désolée près de l’océan. Boca Chica, une communauté de retraités avec seulement quelques résidents toute l’année, fait l’affaire.

Après que SpaceX ait signé un accord pour mettre en place des opérations près du village, les essais de roquettes qui atteindraient un jour l’espace extra-atmosphérique ont véritablement commencé quelques années plus tard, a déclaré M. Treviño. La société a adopté une approche rapide et rapide, ce qui signifie essentiellement que les ingénieurs utilisent les tests pour identifier les lacunes dans la conception, puis effectuer des ajustements avant le prochain test.

Au cours de l’année écoulée, ceux qui vivent encore dans la communauté ont dû fuir avant chaque lancement. Quatre roquettes ont explosé, répandant des débris dans la zone. (Le test le plus récent, ce mois-ci, n’a pas provoqué d’explosion, et un M. Musk ravi s’est rendu sur Twitter pour célébrer le jalon: «Starship landing nominal!»)

Ce n’était pas l’idée des Crawford d’une retraite paisible. Tous deux ont travaillé dans le gouvernement du Michigan, lui dans l’application de la loi et elle avec un département des actes. Et bien qu’ils passent encore leurs étés dans le Michigan, ils ont acheté leur maison à Boca Chica il y a 10 ans à la recherche de la nature et du calme.

Puis vinrent les coups à leur porte et aux portes de leurs voisins. SpaceX voulait leurs maisons. Les représentants du géant de l’espace avaient évalué la maison en brique de trois chambres à un étage des Crawford à 50 000 $ et étaient prêts à payer «trois fois» cela, leur a-t-on dit. Les Crawford ont rejeté ce qu’ils considéraient comme une offre dérisoire de l’un des hommes les plus riches du monde.

«Nous ne pouvons pas acheter une nouvelle maison avec cet argent», a déclaré M. Crawford avec un petit rire.

En octobre dernier, les offres ont finalement cessé.

«Nous sommes à peu près certains que nous pourrons rester chez nous», a déclaré Mme Crawford avec un soupir de soulagement.

Mais beaucoup de leurs voisins, qui comme eux ont autrefois trouvé à Boca Chica l’oasis parfaite pour l’hiver, ont pris les chèques et sont partis.

Et une par une, les maisons du ranch ont été remplacées par des maisons blanches modernes avec des toits alimentés à l’énergie solaire, les occupants plus jeunes professionnels de l’espace qui travaillent pour SpaceX, ont déclaré les résidents locaux.

« Vous pouvez dire quelles maisons sont SpaceX parce que ce sont celles qui se ressemblent, un blanc et un noir périmés », a déclaré Rosemary Workman, 72 ans, qui passe la majeure partie de l’année à Boca Chica et a refusé les offres de vente de sa maison.

L’un de ses nouveaux voisins s’est démarqué. M. Musk a été aperçu en train de séjourner dans une maison de style ranch sans prétention. Mme Workman et ses voisins le voient parfois se promener avec deux hommes qui, selon eux, font partie de son service de sécurité.

«Il ne fait pas vraiment d’efforts pour nous saluer ou pour nous connaître», a déclaré Jim Workman, 75 ans, qui vit en face du milliardaire.

Le sentiment, a-t-il admis, est réciproque. Il a souligné un drapeau sur son porche qui lit «Viens et prends-le» sous l’image d’un canon, le drapeau façonné pour la Révolution du Texas et longtemps un symbole de défi dans l’État.

«Je pense qu’il comprend le message», a déclaré M. Workman.

Les préoccupations concernant SpaceX s’étendent au-delà de Boca Chica.

Dans le centre-ville de Brownsville, Elias Cantu, un militant de la Ligue des citoyens latino-américains unis, ou LULAC, la plus ancienne organisation de défense des droits civiques américano-mexicaine du pays, se tenait à côté d’une peinture murale de M. Musk qui disait «Boca Chica to Mars» et haussa les épaules. Il a dit qu’il craignait que ce ne soit qu’une question de temps avant que le réaménagement extrême de Boca Chica ne se retrouve dans les quartiers les plus pauvres de Brownsville.

«C’est inévitable», a déclaré M. Cantu. «Il aura besoin de maisons pour loger toutes les personnes qu’il veut faire venir ici. J’ai peur qu’il expulse un grand nombre de familles à faible revenu qui vivent ici depuis des générations.

Xandra Treviño, membre de Fuera SpaceX, une organisation qui repousse l’expansion rapide de SpaceX (son nom se traduit par Leave SpaceX), a déclaré qu’elle et de nombreux autres militants se sentaient ignorés par les décideurs politiques de la région.

«J’ai l’impression que les gens croient que SpaceX va être bon pour la communauté, alors qu’en fait, ils sont trop grands pour être contrôlés, trop grands pour être tenus responsables», a déclaré Mme Treviño. «Les responsables locaux ne voient que des signes d’argent. Les responsables locaux sont frappés d’étoiles. »

Mais les responsables de la région ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas refuser des millions de dollars d’investissements locaux et la promesse d’emplois bien rémunérés dans une région qui, depuis des décennies, manque d’investissements.

Dans la philosophie «construisez-le et ils viendront», le géant de l’espace a déjà attiré d’autres employeurs dans la région. Space Channel, un réseau de divertissement dédié à la couverture de l’espace, a récemment annoncé qu’il déplacerait une partie de ses opérations de Los Angeles à Brownsville, y compris six cadres, avec des postes locaux à suivre. D’autres entreprises feront probablement de même, a déclaré Rose Gowen, qui siège à la commission municipale.

«L’une des choses très importantes pour moi et pour nous de soutenir, c’est la croissance de la richesse», a déclaré Mme Gowen.

M. Musk semble être d’accord. Il a récemment annoncé sur Twitter qu’il prévoyait de donner 30 millions de dollars pour les projets de revitalisation de la ville et les écoles. Le maire de Brownsville, Trey Mendez, n’a pas répondu à une demande d’interview. Mais dans un communiqué, il a déclaré qu’il soutenait l’entrée d’argent. «Nous attendons avec impatience une discussion sur la manière dont cela pourrait aider notre communauté à prospérer alors que nous prenons une place de premier plan pour le prochain chapitre de l’exploration et de l’innovation spatiales», a-t-il déclaré.

Mais cette croissance n’est pas une consolation pour les résidents de Boca Chica. Les Crawford aiment s’asseoir dans leur arrière-cour et admirer les différentes espèces d’oiseaux à la recherche d’un répit ou les merveilleuses observations de ceux qui migrent.

Mais les rappels qu’ils vivent près d’une rampe de lancement ne sont jamais loin. De temps en temps, des sirènes bruyantes les surprennent, signalant que les tests des moteurs de fusée sont sur le point de commencer. Ou ils reçoivent un SMS leur demandant de quitter leur domicile, un signal qu’un lancement est imminent.

Quand le véhicule d’un shérif local passe avec ses sirènes allumées, les Crawford savent qu’ils sont censés courir dans la rue ou au moins quitter leur maison. Ils savent que leurs fenêtres pourraient se briser. Mais la dernière fois qu’ils ont entendu la sirène, un après-midi de ce printemps, le couple s’est regardé et a haussé les épaules.

«Nous nous sommes fatigués de manquer», a déclaré Mme Crawford. C’est la vie près de SpaceX, après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick