Le baseball se réchauffe pour les équipes du Canada (grande ligue et petite)

Ceci est un extrait de The Buzzer, qui est le bulletin électronique quotidien de CBC Sports. Restez au courant de ce qui se passe dans le sport en vous abonnant ici.

Les journées caniculaires d’août signifient que les enjeux augmentent pour les équipes de baseball du Canada, à la fois de la grande ligue et de la petite. Voici ce qui se passe :

Les Blue Jays manquent de temps pour basculer l’interrupteur.

Le licenciement à la mi-juillet du manager Charlie Montoyo a semblé électriser les prétendants sinueux des World Series. Mais l’énergie a été éphémère : depuis qu’il a remporté 12 de ses 15 premiers matchs sous John Schneider, Toronto est allé 3-9 pour tomber à un décevant 61-54 sur l’année.

Avec moins de 50 matchs à jouer, les Blue Jays peuvent probablement oublier d’attraper le mastodonte Yankees, qui a 10 matchs d’avance au sommet de la Ligue américaine de l’Est. Les Jays détiennent toujours le troisième et dernier joker AL pour la post-saison nouvellement élargie, mais à peine. S’ils sont balayés cet après-midi par Baltimore, ils perdront un demi-match derrière les Orioles pour cette dernière place de joker. C’est un scénario humiliant si l’on considère que la masse salariale totale des Orioles à petit budget (43 millions de dollars américains) est bien inférieure à ce que les Jays paient pour seulement deux joueurs (George Springer et Kevin Gausman).

Donc quel est le problème? Commençons par lancer le pitch. Le vainqueur de Cy Young, Robbie Ray, est parti pour Seattle et l’ancien as Hyun Jin Ryu est absent pour l’année en raison d’une blessure au coude, mais deux autres partants sont intervenus. Le nouveau venu Gausman gagne son contrat de 110 millions de dollars sur cinq ans avec des statistiques sous-jacentes étincelantes qui démentent son record malchanceux de 8-9, tandis que l’homme de deuxième année Alek Manoah (12-6) a également lancé avec brio. Mais la fin de la rotation est un désastre, Jose Berrios et Yusei Kikuchi se produisant bien en dessous du niveau de remplacement. Berrios, qui en est à la première année d’un contrat de 131 millions de dollars sur sept ans (gulp), semblait avoir mis ses difficultés de première mi-temps derrière lui avec un solide mois de juillet, mais il a été illuminé pendant 13 courses dans ses deux Le mois d’août commence. Kikuchi a lancé de manière si erratique qu’il risque d’être rétrogradé à l’enclos des releveurs. Dans l’ensemble, les partants de Toronto se classent au 19e rang dans les majeures de l’ERA. L’an dernier, ils étaient sixièmes.

Lire aussi  Les États-Unis horrifiés lorsque l'ancien pilote de NASCAR Bobby East a été poignardé à mort à une station-service

Pendant ce temps, l’ordre des frappeurs ne génère pas autant de puissance que l’an dernier, lorsque les Jays menaient les majors dans les circuits et le pourcentage de base plus slugging. Toronto est tombé aux septième et quatrième places dans ces catégories alors que Vladimir Guerrero, Jr., a régressé par rapport à son MVP-calibre 2021 tandis que Bo Bichette connaît la pire année offensive de sa jeune carrière. La production de Springer a également diminué et il a (encore une fois) lutté contre une blessure. Idem pour Teoscar Hernandez. Les Jays manquent également leur autre finaliste MVP 2021, Marcus Semien, bien que le Texas regrette probablement ce contrat de 175 millions de dollars qu’ils lui ont remis car ses chiffres ont considérablement baissé.

Malgré tout cela, les Jays n’en ont pas fini. S’ils peuvent saisir un joker, ils pourraient être la proverbiale équipe que personne ne veut affronter dans les séries éliminatoires, avec le talent d’abattre des graines plus élevées et même d’aller jusqu’au bout. Mais la ronde de joker remaniée, avec son format au meilleur des trois, sera un coup de dés. Pas exactement ce que nous avions en tête pour une équipe qui ressemblait à un bon pari pour atteindre sa première série mondiale en près de trois décennies.

Le Canada joue son premier match à la Série mondiale de la Petite Ligue aujourd’hui.

C’est la journée d’ouverture du tournoi annuel des jeunes à Williamsport, en Pennsylvanie, où le Canada affrontera l’Australie à 17 h HE. Les All-Stars de Little Mountain Baseball de Vancouver ont obtenu le droit de représenter le Canada en remportant le tournoi de championnat national de la semaine dernière à Calgary, où ils ont joué avec l’équipe de la Colombie-Britannique.

Lire aussi  Les Red Sox échangent le lanceur des Phillies James Norwood contre de l'argent

Le LLWS suit un format à double knock-out. Si le Canada bat l’Australie, il affrontera le Japon vendredi. Si le Canada perd son premier match, il fera face à un match éliminatoire samedi.

Le Canada n’a jamais remporté le LLWS. L’équipe la plus proche était une équipe de Stoney Creek, en Ontario, qui a atteint le match de championnat en 1965. Même s’ils ont perdu, une belle prise par l’un des joueurs canadiens a marqué Jackie Robinson. Lisez à ce sujet ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick