La non-prolongation du cessez-le-feu au Yémen met des millions de personnes en danger, selon des organisations caritatives | Développement mondial

L’expiration d’un cessez-le-feu de six mois au Yémen a replongé le pays dans la guerre après des améliorations limitées des conditions humanitaires, selon des analystes.

Les organisations caritatives ont critiqué l’incapacité à prolonger au-delà de dimanche la trêve qui avait été convenue pour la première fois en avril et qui, selon elles, avait créé de l’espoir pour les Yéménites. Bien que les critiques aient déclaré que cela n’avait créé qu’un arrêt temporaire des combats, ce qui a permis aux rebelles houthis de se renforcer.

« La fin de la trêve est une terrible nouvelle pour le peuple yéménite. Des millions de personnes seront désormais en danger si les frappes aériennes, les bombardements au sol et les attaques de missiles reprennent », a déclaré Ferran Puig, directeur national d’Oxfam au Yémen.

« Les six derniers mois ont apporté de l’espoir à des millions de Yéménites qui ont vu une diminution de 60 % du nombre de victimes, une réduction significative de la violence, davantage d’importations de carburant et un accès beaucoup plus facile aux services essentiels et à l’aide. De plus, moins de personnes ont été forcées de quitter leur domicile.

Avant la date limite pour prolonger le cessez-le-feu, une coalition de 44 ONG a lancé un appel aux parties belligérantes, citant la réduction du nombre de victimes civiles et affirmant que la réouverture de l’aéroport de Sanaa et l’augmentation du flux de carburant via le port contesté de Hodeidah avaient permis aux Yéménites d’accéder plus librement aux soins de santé, à l’éducation et aux opportunités d’affaires.

Lire aussi  Des glissements de terrain ont frappé la région montagneuse de Los Angeles alors que des milliers de personnes ont dit d'évacuer | Californie

Ils ont déclaré qu’une prolongation du cessez-le-feu pourrait également permettre le déminage, qui continue de tuer et de mutiler des civils, et l’exploitation des fermes.

Le Conseil norvégien pour les réfugiés a déclaré lundi dans un communiqué : « Nous appelons les parties au conflit à reconsidérer leur décision, à s’abstenir d’appuyer sur la gâchette, à mettre de côté leurs divergences et à tendre le bras de la diplomatie, comme elles l’ont fait avec succès au cours des six derniers mois. . En effet, les deux derniers mois ont montré que des solutions sont en vue lorsqu’ils acceptent de se concentrer sur eux, plutôt que sur les combats.

Cependant, Nadwa al-Dawsari, une analyste yéménite, a déclaré que les avantages d’une trêve avaient été exagérés par les organisations internationales, car les rebelles houthis avaient refusé de rouvrir les routes nécessaires pour atteindre les personnes les plus nécessiteuses.

« Techniquement, la trêve devrait améliorer les conditions humanitaires, mais en réalité ce n’est pas le cas. Quels que soient les petits signes d’amélioration, comme l’aéroport de Sana’a [resuming flights]rien n’indique que cela fasse partie d’un plus grand engagement, de la part des Houthis en particulier, pour que cette trêve fonctionne réellement », a-t-elle déclaré.

“L’excès d’optimisme à propos de la trêve est assez trompeur, les gens parlent d’un vœu pieux. En réalité, chaque trêve a été l’occasion, y compris celle-ci, de mobiliser et de recruter des combattants.

En août, 15 groupes de défense des droits de l’homme ont déclaré que le refus des Houthis de rouvrir les routes de la ville de Taiz, qu’ils avaient commencé à assiéger en 2015, obligeait les gens à faire de longs trajets sur des routes dangereuses pour se rendre aux soins de santé ou transporter des marchandises.

Lire aussi  L'Italie humiliée par la Macédoine du Nord et rate sa deuxième Coupe du monde consécutive

Mareike Transfeld, cofondatrice du groupe de réflexion Yemen Policy Center, a déclaré que la trêve signifiait que certaines parties de la population pouvaient vivre sans craindre la violence et que les prix du pétrole se stabilisaient en raison de l’augmentation du flux via Hodeidah. Mais les conditions humanitaires ne se sont pas améliorées de manière significative en raison des fermetures de routes et du manque de financement.

« L’espoir aurait été qu’un véritable engagement [to the truce] se serait traduit par davantage d’améliorations, telles que l’ouverture de routes à Taiz, ce qui aurait pu améliorer la situation humanitaire dans la ville. Malheureusement, les négociations n’ont pas abouti à un accord et les Houthis les ont utilisés comme levier pour obtenir d’autres concessions », a déclaré Transfeld.

En avril, l’ONU a mis en garde contre une “catastrophe pure et simple” au Yémen, où une série de catastrophes naturelles ont exacerbé les conditions.

Selon l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, la guerre entre la coalition pro-gouvernementale dirigée par l’Arabie saoudite et les rebelles houthis a laissé 73 % de la population yéménite dépendante de l’aide humanitaire et a déplacé 4,3 millions de personnes à l’intérieur du pays. Il y a eu plus de 13 000 victimes civiles.

Moins de la moitié de la demande d’aide humanitaire de l’ONU a été financée depuis son lancement en avril. Les pénuries ont forcé l’ONU à réduire de plus de moitié les rations alimentaires en juin.

Le pays dépendant des importations avait également été affecté par l’arrêt des exportations de blé d’Ukraine après l’invasion russe, mais les prix devraient se stabiliser suite à un accord de réouverture du transport maritime en mer Noire.

Dans un rapport sur les besoins humanitaires publié dimanche, l’ONU a souligné les problèmes d’accès à l’eau et à l’assainissement, avec seulement un quart des personnes qu’elle a évaluées ayant des sources d’eau potable dans leurs maisons, et le même nombre n’ayant pas de latrines.

Le rapport indique également que 40% des enfants n’allaient pas à l’école et qu’un tiers des ménages devaient voyager plus d’une heure pour atteindre n’importe quel type d’établissement de santé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick