Pelosi aurait résisté aux efforts des démocrates pour destituer Trump le 6 janvier – en direct | politique américaine

Le 6 janvier, “les tempéraments républicains étaient si chauds contre Trump que les forcer à choisir leur camp au Sénat cette semaine-là aurait facilement pu entraîner sa destitution, sa condamnation et sa disqualification de toute future candidature à la Maison Blanche”, a rapporté The Intercept, basé sur le livre à paraître “Unchecked: The Untold Story Behind Congress’s Botched Impeachments of Donald Trump”.

Cela aurait été une rupture massive si cela s’était produit. Les législateurs du GOP à la Chambre et au Sénat avaient généralement souri et l’avaient supporté pendant les quatre années que Trump avait passées à la Maison Blanche, même lorsqu’il avait dit ou fait des choses qui allaient à l’encontre de leurs convictions déclarées. Mais la violence rapprochée de l’insurrection a changé les choses, selon le livre écrit par deux journalistes du Washington Post et de Politico. Si la Chambre avait procédé à la destitution de Trump le soir même, un vote pour condamner aurait peut-être remporté la majorité des deux tiers au Sénat nécessaire pour réussir, destituant Trump de ses fonctions et l’empêchant de se représenter.

La réalité était beaucoup plus tiède. La Chambre contrôlée par les démocrates a voté pour destituer Trump une semaine après le 6 janvier, et un mois plus tard, alors qu’il avait déjà quitté la Maison Blanche, le Sénat républicain a voté sur l’opportunité de le condamner. Alors que 57 sénateurs, dont sept républicains et tous les démocrates, ont voté en ce sens, il manquait 10 voix à la supermajorité nécessaire, ce qui signifie que Trump a échappé à la punition pour l’insurrection – du moins pour le moment.

Lire aussi  Lord Plumb, ancien président du Parlement européen, décède à l'âge de 97 ans | Politique

Good morning, US politics blog readers.

“,”elementId”:”6b04eeae-c3b8-4b56-88c1-9af39353b78d”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

Things could have gone very differently on January 6, a forthcoming book by journalists from Politico and the Washington Post reports. Enraged at Donald Trump’s apparent incitement of the mob that attacked the Capitol, a group of House Democrats moved to impeach him that very evening at a moment when enough Republicans in the Senate may have voted to convict and remove him from office.

“,”elementId”:”20e768a6-71bf-4300-8e28-5e857b8b01f2″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

But according to a report in the Intercept, which obtained Unchecked: The Untold Story Behind Congress’s Botched Impeachments of Donald Trump before its release, House speaker Nancy Pelosi vetoed moving immediately against the then president, and the push to convict ultimately failed.

“,”elementId”:”08767c2c-d044-466a-9b18-21ae187f2a50″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

The anecdote is the latest from the many books released since Trump left the White House exploring what went on behind closed doors during his presidency, but stands out for bringing to light a true turning point in American history, when one consequential course of action won out over another.

“,”elementId”:”3d070ef8-d520-425b-806c-2b990adc484c”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

Anyway, here’s what’s going on in politics today:

“,”elementId”:”4e4243f7-cfbe-46f5-b209-324702bb6a6b”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

    n

  • Nancy Pelosi will hold her weekly press conference at 11am eastern time today in the Capitol, and you can bet she’ll be asked to comment on the Intercept’s report.

  • n

  • Hurricane Ian is moving towards South Carolina after ravaging Florida. Follow the Guardian’s live blog for the latest on the storm.

  • n

  • President Joe Biden is attending the investiture ceremony for supreme court justice Ketanji Brown Jackson at 10 am eastern time, then will make a White House speech about the response to Hurricane Ian at 11.30am.

  • n

“,”elementId”:”489bc601-9973-47de-9447-257205dc41bb”}],”attributes”:{“épinglé”:false,”keyEvent”:true,”summary”:false},”blockCreatedOn”:1664542152000,”blockCreatedOnDisplay”:”22.49 AEST”,”blockLastUpdated”:1664541962000,”blockLastUpdatedDisplay”: “22h46 AEST”,”blockFirstPublished”:1664542152000,”blockFirstPublishedDisplay”:”22h49 AEST”,”blockFirstPublishedDisplayNoTimezone”:”22h49″,”title”:”Trump était le plus vulnérable le 6 janvier – mais Pelosi a annulé la destitution”,” contributeurs”:[],”primaryDateLine”:”Ven 30 septembre 2022 23h19 AEST”,”secondaryDateLine”:”Première publication le ven 30 septembre 2022 22h49 AEST”}],”filterKeyEvents”:false,”format”:{“display”:0,” theme”:0,”design”:10},”id”:”key-events-carousel-mobile”}”>

Les évènements clés

Voici une révélation de “Confidence Man: The Making of Donald Trump and the Breaking of America”, un autre livre à paraître sur sa présidence, sur la façon dont Trump a trouvé sa raison de garder ses déclarations de revenus secrètes. Martin Pengelly rapporte :

Selon un nouveau livre, Donald Trump a trouvé sa célèbre excuse pour ne pas publier ses déclarations de revenus à la volée – littéralement, alors qu’il conduisait son avion de campagne lors de la primaire républicaine de 2016.

Chaque président ou candidat américain depuis Richard Nixon avait publié ses déclarations de revenus. Trump a refusé de le faire.

Dans son livre très attendu, Confidence Man : The Making of Donald Trump and the Breaking of America, la journaliste du New York Times Maggie Haberman décrit la scène dans l’avion de Trump juste avant le Super Tuesday, le 1er mars 2016.

Trump, dit-elle, discutait de la question avec des assistants, dont Corey Lewandowski, alors son directeur de campagne, et son attaché de presse, Hope Hicks. Les aides, dit Haberman, ont souligné que, comme Trump était sur le point d’être confirmé comme favori pour l’investiture républicaine, le problème devait être résolu.

Le 6 janvier, “les tempéraments républicains étaient si chauds contre Trump que les forcer à choisir leur camp au Sénat cette semaine-là aurait facilement pu entraîner sa destitution, sa condamnation et sa disqualification de toute future candidature à la Maison Blanche”, a rapporté The Intercept, basé sur le livre à paraître “Unchecked: The Untold Story Behind Congress’s Botched Impeachments of Donald Trump”.

Cela aurait été une rupture massive si cela s’était produit. Les législateurs du GOP à la Chambre et au Sénat avaient généralement souri et l’avaient supporté pendant les quatre années que Trump avait passées à la Maison Blanche, même lorsqu’il avait dit ou fait des choses qui allaient à l’encontre de leurs convictions déclarées. Mais la violence rapprochée de l’insurrection a changé les choses, selon le livre écrit par deux journalistes du Washington Post et de Politico. Si la Chambre avait procédé à la destitution de Trump le soir même, un vote pour condamner aurait peut-être remporté la majorité des deux tiers au Sénat nécessaire pour réussir, destituant Trump de ses fonctions et l’empêchant de se représenter.

La réalité était beaucoup plus tiède. La Chambre contrôlée par les démocrates a voté pour destituer Trump une semaine après le 6 janvier, et un mois plus tard, alors qu’il avait déjà quitté la Maison Blanche, le Sénat républicain a voté sur l’opportunité de le condamner. Alors que 57 sénateurs, dont sept républicains et tous les démocrates, ont voté en ce sens, il manquait 10 voix à la supermajorité nécessaire, ce qui signifie que Trump a échappé à la punition pour l’insurrection – du moins pour le moment.

Trump était le plus vulnérable le 6 janvier – mais Pelosi a annulé la destitution

Bonjour, lecteurs du blog politique américain.

Les choses auraient pu se passer très différemment le 6 janvier, rapporte un livre à paraître de journalistes de Politico et du Washington Post. Enragé contre Donald TrumpL’incitation apparente de la foule qui a attaqué le Capitole, un groupe de démocrates de la Chambre a décidé de le destituer le soir même à un moment où suffisamment de républicains au Sénat ont peut-être voté pour le condamner et le démettre de ses fonctions.

Mais selon un rapport de The Intercept, qui a obtenu Unchecked: The Untold Story Behind Congress’s Botched Impeachments of Donald Trump avant sa publication, le président de la Chambre Nancy Pelosi a opposé son veto à la décision immédiate contre le président de l’époque, et la tentative de condamnation a finalement échoué.

L’anecdote est la dernière des nombreux livres publiés depuis que Trump a quitté la Maison Blanche pour explorer ce qui s’est passé à huis clos pendant sa présidence, mais se distingue pour avoir mis en lumière un véritable tournant dans l’histoire américaine, lorsqu’un plan d’action conséquent l’a emporté. sur un autre.

Quoi qu’il en soit, voici ce qui se passe en politique aujourd’hui :

  • Nancy Pelosi tiendra sa conférence de presse hebdomadaire à 11 heures, heure de l’Est, aujourd’hui au Capitole, et vous pouvez parier qu’elle sera invitée à commenter le rapport d’Intercept.

  • Ouragan Ian se dirige vers la Caroline du Sud après avoir ravagé la Floride. Suivez le blog en direct du Guardian pour les dernières nouvelles sur la tempête.

  • Président Joe Biden assiste à la cérémonie d’investiture du juge de la Cour suprême Ketanji Brown Jackson à 10 heures, heure de l’Est, puis prononcera un discours à la Maison Blanche sur la réponse à l’ouragan Ian à 11h30.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick