La vaccination peut réduire de moitié le risque de réinfection au COVID

Note de l’éditeur : trouvez les dernières nouvelles et conseils COVID-19 dans Medscape Centre de ressources sur le coronavirus.

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont recommandé que tout le monde se fasse vacciner contre le COVID-19, même s’il a déjà eu le virus. Pourtant, de nombreux sceptiques ont refusé de se faire vacciner, estimant que l’immunité générée par leur infection précédente les protégerait s’ils devaient à nouveau rencontrer le virus.

Une nouvelle étude publiée aujourd’hui dans le CDC’s Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité fait des trous dans cette notion. Il montre que les personnes qui se sont remises de COVID-19 mais qui n’ont pas été vaccinées ont plus du double du risque d’être à nouveau testées positives pour le virus, par rapport à une personne qui a été vaccinée après une infection initiale.

L’étude a porté sur 738 résidents du Kentucky qui ont eu un premier accès de COVID-19 en 2020. Environ 250 d’entre eux ont été testés positifs pour COVID-19 une deuxième fois entre mai et juillet 2021, lorsque la variante Delta est devenue dominante aux États-Unis.

L’étude a fait correspondre chaque personne qui avait été réinfectée avec deux personnes du même sexe et à peu près du même âge qui avaient attrapé leur infection COVID initiale au cours de la même semaine. Les chercheurs ont ensuite comparé ces cas avec les données du registre d’immunisation du Kentucky.

Ils ont découvert que ceux qui n’étaient pas vaccinés avaient plus du double de risque d’être réinfectés pendant la vague Delta. La vaccination partielle ne semble pas avoir d’impact significatif sur le risque de réinfection.

Lire aussi  Quoi acheter, selon les dermatologues

Parmi ceux qui ont été réinfectés, 20 % ont été complètement vaccinés, tandis que 34 % de ceux qui n’ont pas été réinfectés étaient complètement vaccinés.

L’étude est observationnelle, ce qui signifie qu’elle ne peut pas montrer la cause et l’effet ; et les chercheurs n’avaient aucune information sur la gravité des infections. Alyson Cavanaugh, PhD, membre du service de renseignement épidémique du CDC qui a dirigé l’étude, dit qu’il est possible que certaines des personnes testées positives une deuxième fois aient eu des infections asymptomatiques qui ont été détectées lors d’un dépistage de routine.

Pourtant, l’étude soutient des recherches antérieures et suggère que la vaccination offre une protection supplémentaire importante.

« Nos études en laboratoire ont montré qu’il y a un avantage supplémentaire du vaccin pour les personnes qui ont déjà eu COVID-19. Il s’agit d’une étude épidémiologique réelle qui a révélé que parmi les personnes qui avaient déjà eu COVID-19 auparavant, celles qui ont été vaccinés avaient moins de chances d’être réinfectés », a déclaré Cavanaugh.

« Si vous avez déjà eu COVID-19, veuillez toujours vous faire vacciner », a déclaré la directrice du CDC, Rochelle Walensky, MD, dans un communiqué écrit aux médias. « Cette étude montre que vous êtes deux fois plus susceptible d’être à nouveau infecté si vous n’êtes pas vacciné. Se faire vacciner est le meilleur moyen de vous protéger et de protéger les autres, d’autant plus que la variante Delta, la plus contagieuse, se propage dans tout le pays. »

Lors d’un briefing de l’équipe d’intervention COVID-19 de la Maison Blanche en mai, Anthony Fauci, MD, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a expliqué pourquoi les vaccins créent une immunité plus forte que l’infection. Il a mis en évidence de nouvelles recherches montrant que deux doses d’un vaccin à ARNm produisent des niveaux d’anticorps neutralisants jusqu’à 10 fois supérieurs aux niveaux trouvés dans le sang des personnes qui se sont remises de COVID-19. Les vaccins améliorent également les cellules B et les cellules T chez les personnes qui se sont remises du COVID-19, ce qui élargit le spectre de protection et aide à repousser les variantes.

Lire aussi  Campagne Sunday Express MND : Donnez-nous les fonds pour que nous puissions guérir la maladie du motoneurone

L’étude présente certaines limites importantes, que les auteurs reconnaissent. La première est que les deuxièmes infections n’ont pas été confirmées par séquençage génétique, de sorte que les chercheurs ne pouvaient pas dire avec certitude si une personne avait été testée positive une deuxième fois parce qu’elle avait attrapé un nouveau virus, ou si elle excrétait encore le virus de sa première infection. Étant donné que les tests étaient espacés d’au moins 5 mois, les chercheurs pensent que la réinfection est l’explication la plus probable.

Un autre biais de l’étude pourrait avoir quelque chose à voir avec la vaccination. Les personnes vaccinées peuvent avoir été moins susceptibles d’être testées pour le COVID-19 après leurs vaccins, de sorte que l’association ou la réinfection avec un manque de vaccination peut être surestimée.

De plus, les personnes vaccinées sur des sites fédéraux ou dans un autre État n’étaient pas enregistrées dans le registre de vaccination de l’État, ce qui peut avoir faussé les données.

MMWR Morb Mortal Wkly Rep. Publié en ligne le 6 août 2021. Texte intégral

Pour plus d’actualités, suivez Medscape sur Facebook, Twitter, Instagram, YouTube et LinkedIn

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick