Home » Les retards de la deuxième dose de vaccin laissent de nombreux patients atteints de cancer sans protection, selon des défenseurs

Les retards de la deuxième dose de vaccin laissent de nombreux patients atteints de cancer sans protection, selon des défenseurs

by Les Actualites

Elya Martinson a deux étapes importantes qui approchent: l’anniversaire de son diagnostic de cancer vendredi et mardi, le jour où elle serait complètement immunisée contre le COVID-19 – si sa deuxième dose de vaccin n’est pas retardée de quatre mois.

La mère célibataire de trois enfants à Kelowna, en Colombie-Britannique, a reçu sa première injection du vaccin Pfizer-BioNTech le 14 avril et a déclaré à l’époque qu’elle aurait dû attendre jusqu’en août avant de réserver à nouveau, malgré un cancer du poumon de stade 4.

Pfizer recommande un intervalle de 21 jours entre les injections de son vaccin à deux doses et, comme plusieurs provinces, la Colombie-Britannique n’offre pas d’exemptions médicales pour les patients cancéreux à risque plus élevé comme Martinson.

Cette semaine, les patients et les défenseurs ont monté une campagne nationale pour donner la priorité aux personnes atteintes de cancer en respectant le calendrier du fabricant. Dans le cas de Pfizer, il s’agit d’un délai de trois semaines, tandis que Moderna impose un écart de quatre semaines entre les doses, et Oxford-AstraZeneca recommande d’attendre entre quatre et 12 semaines pour un deuxième coup.

Les experts médicaux disent que les recherches émergentes suggèrent que de nombreux patients cancéreux ont une réponse immunitaire réduite au vaccin, de sorte qu’un seul coup de COVID-19 peut les laisser insuffisamment protégés.

«Nous ne demandons pas de traitement spécial. Nous demandons simplement l’égalité », déclare Martinson, 37 ans.« Pour obtenir la même efficacité que tout le monde avec un seul vaccin, nous avons malheureusement besoin de deux vaccins.

Il y a des patients comme elle dans de nombreuses régions du pays, disent les défenseurs, qui réclament une politique nationale pour exempter les personnes atteintes de cancer des retards de dose prolongés.

Plus tôt ce mois-ci, le Comité consultatif national de l’immunisation a confirmé sa recommandation selon laquelle une deuxième dose devrait être retardée jusqu’à quatre mois afin d’offrir à plus de personnes une première dose plus rapidement.

Le CCNI a laissé aux provinces et aux territoires le soin de décider si des exemptions devraient être accordées aux groupes à risque élevé.

Certaines provinces, comme l’Ontario et l’Alberta, ont choisi de donner la priorité à certaines personnes dont le système immunitaire est affaibli, y compris certains patients atteints de cancer. Mais ailleurs, y compris en Colombie-Britannique et au Québec, l’intervalle de quatre mois s’applique partout.

Le président de l’Association canadienne de pharmacie en oncologie affirme que la mosaïque de politiques laisse de nombreux patients dans l’embarras. Même dans les juridictions qui autorisent des doses plus précoces pour les patients atteints de cancer, la confusion règne, dit Tina Crosbie.

«Si nous avons quelque chose au niveau national, cela contribuera à cet effet de retombée pour être en mesure de le mettre en œuvre et de le déployer dans les différentes unités de santé», dit Crosbie.

Le Dr Keith Stewart, directeur du Princess Margaret Cancer Centre à Toronto, affirme que les personnes atteintes de cancer ont souvent un système immunitaire affaibli, à la fois à cause de la maladie elle-même et des traitements qui la traitent.

Les cancers du sang, en particulier, altèrent souvent le système immunitaire. Les tumeurs solides, telles que celles du cancer du côlon ou du cancer du poumon, sont souvent traitées avec des thérapies qui détruisent les cellules cancéreuses, mais peuvent également endommager les cellules saines impliquées dans la réponse immunitaire du corps.

Les vaccins COVID-19 déclenchent la réponse immunitaire du corps pour produire des anticorps qui aident à combattre l’infection. Mais chez les patients cancéreux, cette réponse sera diminuée, dit Stewart.

«Il n’y a pas assez de patients cancéreux qui répondent à la première dose pour être à l’aise en les laissant sans la seconde», dit-il. «Même avec la deuxième dose, la protection sera sous-optimale. Mais toute protection vaut mieux qu’aucune. »

Des chercheurs de Londres ont publié un article dans le Lancet cette semaine suggérant qu’une seule dose du vaccin Pfizer laisse de nombreux patients cancéreux partiellement ou presque sans protection, sur la base des données collectées auprès de 151 patients cancéreux et de 54 témoins sains.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Trois semaines après avoir reçu une injection de Pfizer, l’étude a révélé une réponse immunitaire chez 38% des personnes atteintes d’un cancer solide et 18% des patients atteints d’un cancer du sang. C’est comparé à 94 pour cent de ceux qui n’ont pas de cancer.

Cependant, la réponse immunitaire s’est améliorée chez les patients atteints d’un cancer solide qui ont reçu un rappel 21 jours après leur première injection.

Un porte-parole de Santé Canada dit qu’il y a peu de données sur la question parce que les patients atteints de cancer ont été exclus des essais cliniques.

Et les premières données suggérant une réponse immunitaire réduite chez certains patients atteints de cancer n’indiquent pas nécessairement le niveau de protection réelle qu’ils auraient contre le COVID-19, a déclaré mercredi Eric Morrissette dans un courrier électronique.

Le CCNI continuera de surveiller les preuves de l’efficacité des vaccins dans les groupes à haut risque et d’ajuster ses recommandations si nécessaire, a-t-il ajouté.

Mercredi, une coalition de groupes de défense du cancer a publié une lettre ouverte dans le Globe and Mail appelant tous les paliers de gouvernement à s’assurer que les Canadiens atteints de cancer ne sont pas exposés à un risque en raison d’une dose retardée.

Le directeur exécutif de Myélome Canada, qui était l’un des plus d’une douzaine de signataires de la lettre, a déclaré que l’anxiété liée aux deuxièmes doses avait incité certains patients atteints de cancer à retarder les traitements qui pourraient avoir un impact sur l’efficacité du vaccin.

«En raison du COVID, de nombreux patients atteints de cancer ont vu leur diagnostic ou leur traitement retardé, ce qui est une expérience très stressante», explique Martine Elias.

«Maintenant, nous créons encore plus d’incertitude pour eux en retardant leur deuxième dose de vaccination.»

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 29 avril 2020.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.