Comment un opérateur satellite français aide à maintenir en ligne la propagande télévisée russe

Agrandir / Le président russe Vladimir Poutine prend la parole lors du Forum urbain de Moscou 2018 le 18 juillet 2018 à Moscou, en Russie.

Images Getty | Mikhaïl Svetlov

Peu de temps après l’arrivée de la Russie en Ossétie du Sud en 2008, annexant de fait le territoire de son voisin du sud, un groupe de Géorgiens s’est regroupé pour créer une nouvelle chaîne de télévision en langue russe, une voix indépendante du Kremlin : Kanal PIK.

Avec l’aide du radiodiffuseur public géorgien, ils ont signé un contrat de cinq ans avec l’opérateur satellite français Eutelsat pour diffuser leur station dans le Caucase. Deux semaines seulement après leur lancement en 2010, Eutelsat a informé PIK qu’ils avaient été abandonnés. Leur espace sur le satellite avait été promis à Gazprom Media Group, l’un des principaux piliers du système médiatique étroitement contrôlé de Moscou.

Kanal PIK a déclaré dans un communiqué à l’époque que la saga « laisse Interspoutnik et Gazprom Media Group – qui adhèrent tous deux à la ligne éditoriale du Kremlin – avec un monopole de facto de la transmission par satellite sur l’audience de langue russe ». Kanal PIK allait acquérir une place sur un autre Eutelsat un an plus tard, mais la station a connu des difficultés et s’est éteinte en 2012.

Plus d’une décennie plus tard, la Russie se retrouve une fois de plus à essayer de consolider son hégémonie de l’information dans la région. Et, une fois de plus, Eutelsat rend cela possible. Mais deux experts de l’industrie des satellites disent qu’il est temps que les alliés de l’Ukraine interviennent et forcent Eutelsat à donner la priorité aux vrais reportages sur la situation en Ukraine plutôt qu’à la désinformation soutenue par l’État russe.

« Ce n’est pas normal qu’un satellite français soit utilisé pour une guerre de propagande », estime André Lange, l’un des deux membres du Comité Denis Diderot. Si leurs propositions sont adoptées, « ce serait une bombe qui exploserait dans le monde des médias russes », déclare Jim Phillipoff, ancien dirigeant de la télévision par satellite et ancien PDG de Kyiv Post. C’est l’autre moitié du Comité Diderot.

Formé en mars, le comité de Phillipoff et Lange n’a, pour l’essentiel, qu’une seule recommandation : débrancher les principaux fournisseurs russes de télévision par satellite des satellites Eutelsat et les remplacer par des stations diffusant un journalisme indépendant et crédible en Russie. « C’est le but ultime de nos efforts – fournir des canaux de médias alternatifs dans l’espace télévisuel russe qui ne sont pas contrôlés par le gouvernement russe », a déclaré Phillipoff à WIRED.

La télévision russe a été omniprésente et infaillible en faveur de la guerre contre l’Ukraine, promouvant consciencieusement la propagande officielle de Moscou – et, trop souvent, désinformation. La télévision par satellite est particulièrement importante, en particulier pour les zones où la connectivité à large bande est médiocre. Le Conseil de l’Europe estime qu’environ 30 % des foyers russes paient pour la télévision par satellite. Environ la moitié du pays a des antennes paraboliques sur leurs maisons, dit Phillipoff.

Ces paraboles sont en grande partie calibrées pour recevoir les signaux de cinq satellites, tous gérés par Eutelsat. Les deux satellites les plus importants orbitent à 36° Est, ce qui leur permet de couvrir une grande partie de l’Europe de l’Est et de l’ouest de la Russie : l’un, 36B, appartient directement à Eutelsat ; l’autre, 36C, appartient au gouvernement russe et est loué à Eutelsat, qui, à son tour, loue de l’espace aux opérateurs de télévision russes. Les trois autres satellites appartiennent directement à la Russie mais sont gérés par Eutelsat et couvrent le centre, le nord et l’est de la Russie.

Related News

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick