Home » MacKenzie Scott a donné des milliards. Les escrocs ont suivi.

MacKenzie Scott a donné des milliards. Les escrocs ont suivi.

by Les Actualites

Même les personnes disposant des ressources de Mme Scott ne peuvent empêcher les escrocs d’utiliser leur nom. Les escrocs ont copié la page Web de la Small Business Administration fédérale et se sont fait passer pour la Federal Trade Commission, l’une des agences qui tentent de combattre exactement ce genre d’inconvénients.

Mme Scott donne aux institutions – universités, banques alimentaires, autres organismes de bienfaisance de première ligne – et non aux particuliers. Elle n’a pas de compte sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram, seulement sa page Medium et un compte Twitter vérifié avec seulement trois tweets. Son organisation ne demanderait jamais de frais d’avance aux bénéficiaires de subventions, a déclaré une personne au courant de ses dons. La personne a refusé de commenter directement la tromperie en ligne au nom de Mme Scott ou les mesures qu’elle pourrait prendre pour aider à la prévenir.

Mme Churchill a fait plus de recherches et s’est rendu compte qu’il était très peu probable que Mme Scott ait été en contact avec elle directement, mais elle ne pouvait toujours pas se couper des escrocs tout de suite. Elle avait investi tout ce qu’elle pouvait rassembler pour débloquer les fonds promis.

«Mon fils en a besoin pour une vie meilleure. Et j’ai déjà tellement perdu », a-t-elle déclaré à l’époque.

Mme Churchill a partagé des dizaines de captures d’écran et de pages Web, dévoilant un réseau complexe inventé pour s’attaquer aux espoirs des nécessiteux. Elle a dit que les escrocs savaient qu’elle n’avait pas d’argent, qu’elle empruntait à sa grand-mère et à sa sœur pour couvrir les frais de prolifération.

Après quelques semaines, Mme Churchill est allée à la police locale. Ils lui ont dit qu’elle avait été escroquée et qu’il n’y avait aucun moyen de récupérer son argent.

«Cette expérience a ruiné ma vie, pour être honnête», a-t-elle déclaré.

Elle avait déjà lutté. Élevant cinq enfants en grande partie seule, elle compte sur le soutien du gouvernement. Sa mère est à proximité à Sydney, mais elle est sous dialyse et ne peut pas beaucoup aider. Après que Lachlan, son troisième né, ait reçu un diagnostic d’autisme, les médecins ont déclaré qu’il avait besoin d’une école spécialisée et d’interventions qu’elle ne pouvait pas se permettre. Sa page GoFundMe a permis de recueillir moins de 500 $.

Au moment où le message de la «Fondation MacKenzie Scott» est apparu dans sa boîte de réception, Mme Churchill semblait être dans le genre de détresse émotionnelle qui rend les gens plus vulnérables aux arnaqueurs, a déclaré Stacey Wood, professeur de psychologie au Scripps College.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.