‘Amsterdam’ ne peut pas sortir de son propre chemin

“Amsterdam” est un gâchis.

Tous les désordres ne sont pas identiques, bien sûr. Le mot ne suggère pas non plus qu'”Amsterdam” est inattaquable. Le dernier film du réalisateur David O. Russell, une collection tentaculaire de performances comiques précises et d’apartés sans conséquence, est rarement ennuyeux.

Les morceaux vibrants du film, brefs mais significatifs, devraient ajouter quelque chose de spécial, une gestalt artistique destinée à la gloire des Oscars. Le canon de Russell suggère justement cela (“American Hustle”, “The Fighter”, “Silver Linings Playbook”).

Au lieu de cela, “Amsterdam” cale dans le deuxième acte jusqu’à ce que la grande “révélation” émerge. Cette finale calamiteuse trouve Russell abandonnant tout semblant de subtilité ou de sophistication.

Il y a autant à admirer ici qu’à reculer, mais la distribution glorieuse fait qu’« Amsterdam » vaut le coup d’œil. Et un certain Dark Knight domine ses pairs.

Christian Bale joue le rôle du Dr Burt Berendsen, un médecin toujours aux prises avec ses blessures de la Première Guerre mondiale – y compris un œil de verre qui ne semble pas pouvoir rester en place. Nous sommes en 1933 et le lien durable de Burt avec Harold Woodsman (John David Washington), un ami fidèle et avocat, le conduit dans un terrible pétrin.

Ils tentent d’aider la fille (Taylor Swift !) de leur ancien chef de guerre décédé mystérieusement en route vers les États-Unis. Elle est assassinée avant qu’ils ne puissent discerner le sort de son père, et le crime leur est imputé.

Sorte de.

Le duo doit laver sa réputation, mais cette intrigue est à jamais mise de côté pour un certain nombre de tangentes et de flashbacks. Tout d’abord, nous apprenons comment Burt et Harold se sont rencontrés en premier lieu, faisant ensuite équipe avec la charmante infirmière qui a soigné leurs blessures de guerre.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Amsterdam Movie (@amsterdammovie)

C’est Margot Robbie dans le rôle de Valérie, le troisième membre du trio “Amsterdam”. Leur lien est contagieux, mais même cela ne peut pas être apprécié au pied de la lettre.

Lire aussi  Les 10 ans de «Minecraft»... et quelques clones

Une menace plus grande se profile, bien plus inquiétante que l’accusation de meurtre qui pourrait tomber sur la tête de nos héros. Le fascisme est en marche à l’étranger, et il pourrait prendre racine aux États-Unis.

Cette partie est vraie, jusqu’à un certain point. La licence créative obtient un entraînement intensif ici.

EN RELATION: LE ” PSYCHO AMÉRICAIN ” DE BALE NE MÉRITE PAS NOTRE AMOUR OU NOTRE PITIÉ

Il y a bien plus à “Amsterdam”, y compris une paire de “passionnés d’oiseaux” (Michael Shannon et Mike Myers faisant son inimitable accent britannique), une infirmière avec un faible pour Burt (Zoe Saldana, gaspillée) et un courtier en puissance (Rami Malek ) et sa pétillante épouse (Anya Taylor-Joy).

Russell bascule entre le passé et le présent, mais il y a rarement un sentiment d’urgence ici. L’éxéption?

Robert De Niro entre dans l’histoire en tant que vétéran puissant chargé de faire un discours critique. Que dira-t-il ? Serait-il compromis ? Un seul discours peut-il changer le monde ?

C’est l’une des performances les plus faibles de De Niro, mais ce n’est pas sa faute. À ce moment du film, Russell a perdu le contrôle du récit, poussant durement la rhétorique antifasciste du conte.

Par définition, il ne faut pas grand-chose pour déplorer le fascisme. Alors pourquoi tout le travail lourd?

Le troisième acte menace de régler les derniers détails. Il fait cela et plus encore, se développant pour révéler une intrigue plus large qui change le ton du film. Dramatiquement.

Lire aussi  Voir les 7 tendances de la mode les plus chaudes de la nuit

Encore pire?

Un battement de tambour régulier de gentillesse oscille entre les alarmistes fascistes. Il est important de mettre de côté les tendances fascisantes d’Hollywood moderne concernant la diversité linguistique et idéologique pour apprécier pleinement le message en jeu.

Les talents réunis pensent qu’ils parlent Truth to PowerTM à propos de la nation MAGA, quelque chose dont De Niro semble préoccupé pendant le grand moment de son personnage.

Serait-ce ce que Russell avait en tête ?

Si tel est le cas, il laisse ses préjugés idéologiques submerger son scénario, noyant ce qui aurait pu être l’histoire la plus curieuse de l’année.

Ça passe ou ça casse: “Amsterdam” possède le meilleur casting de l’année et un sujet passionnant (ou 12). Le résultat final est un méli-mélo qui mérite une main plus disciplinée.

Le post « Amsterdam » ne peut pas sortir de sa propre voie est apparu en premier sur Hollywood dans Toto.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick