La Corée du Nord affirme avoir identifié la source de l’épidémie de COVID : “des choses extraterrestres” près de la frontière avec la Corée du Sud | Nouvelles du monde

La Corée du Nord dit avoir identifié la source de son épidémie de COVID-19 – des citoyens touchant des “choses extraterrestres” près de la frontière avec la Corée du Sud.

Le média d’État KCNA a rapporté : “On savait qu’un soldat de 18 ans surnommé Kim et un enfant de cinq ans surnommé Wi ont été en contact avec des objets extraterrestres dans une colline autour des casernes et des quartiers résidentiels d’Ipho-ri au début du mois d’avril. “

Le couple avait montré des symptômes et avait ensuite été testé positif pour le coronavirus.

Ipho-ri se trouve sur la côte est près de la frontière avec la Corée du Sud.

“Les résultats de l’enquête ont montré que plusieurs personnes venant de la région d’Ipho-ri dans le comté de Kumgang de la province de Kangwon vers la capitale à la mi-avril avaient de la fièvre, et une forte augmentation des cas de fièvre a été observée parmi leurs contacts”, a ajouté KCNA. .

Les Nord-Coréens ont été avertis de “traiter avec vigilance les extraterrestres venant du vent et d’autres phénomènes climatiques et des ballons dans les zones le long de la ligne de démarcation et des frontières”.

Les transfuges nord-coréens et les militants sud-coréens avaient l’habitude de faire voler des ballons à travers la frontière fortement gardée transportant des tracts et de l’aide humanitaire.

Image:
Photo : Kyodo

Mais cela a été arrêté par le gouvernement sud-coréen en 2020, invoquant des raisons de sécurité, bien que les critiques aient déclaré que cette décision visait à améliorer les relations avec les autorités nord-coréennes.

Lire aussi  La Turquie transfère le procès pour meurtre de Khashoggi à l'Arabie saoudite

Le ministère sud-coréen de l’unification a déclaré vendredi qu’il n’y avait “aucune possibilité” que le COVID-19 entre en Corée du Nord par des ballons contaminés de son côté de la frontière.

Pendant ce temps, la Corée du Nord affirme que son épidémie de COVID diminue, mais il est difficile d’évaluer cette affirmation.

Une pénurie signalée de tests COVID signifie que les autorités sanitaires nord-coréennes ne signalent que le nombre de personnes présentant des symptômes de fièvre, plutôt que de confirmer qu’elles ont le COVID.

Vendredi, le pays a déclaré qu’il y avait 4 570 personnes supplémentaires souffrant de fièvre, avec 4,74 millions de patients fiévreux enregistrés depuis fin avril.

Le pays a confirmé son épidémie pour la première fois en mai, suscitant des inquiétudes internationales quant à la vulnérabilité d’une population non vaccinée et aux prises avec des pénuries alimentaires massives.

Lire la suite:
Les infections à COVID augmentent dans 110 pays alors que le directeur général de l’OMS avertit que la pandémie est loin d’être terminée

Un certain nombre de pays ont offert une aide, notamment des vaccins et des fournitures médicales, mais une offre des États-Unis a déclenché jeudi une réaction de colère du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

Le ministère a déclaré que les États-Unis n’offraient leur aide que dans le but de faire taire les critiques de leur politique hostile envers la Corée du Nord.

Selon la Corée du Nord, cette hostilité se traduit par des exercices militaires et des sanctions de longue date visant à forcer Kim Jong-Un à couper son programme nucléaire.

Lire aussi  Les députés libéraux ont besoin de plus qu'un signal climatique tiède pour surmonter le cosplay de charbon de Joyce et Canavan | Catherine Murphy

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que les États-Unis n’avaient pas réussi à gérer leur propre crise du COVID-19 et devraient abandonner leur offre d’aide “insensée” et se concentrer sur leurs propres problèmes.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick