L’OMS et l’UNICEF mettent en garde contre le risque accru d’épidémies de rougeole

L’Organisation mondiale de la santé et le Fonds international d’urgence pour l’enfance des Nations Unies mettent en garde contre un risque accru de propagation de la rougeole et de déclenchement d’épidémies plus importantes cette année.

Les cas dans le monde ont augmenté de près de 80% jusqu’à présent par rapport à l’année dernière, ont rapporté les groupes. Plus de 17 300 cas de rougeole ont été signalés dans le monde en janvier et février, contre 9 600 cas début 2021.

Au cours des 12 derniers mois, il y a eu 21 épidémies de rougeole “importantes et perturbatrices”, en particulier en Afrique et dans la région de la Méditerranée orientale. Les chiffres réels sont probablement plus élevés en raison de la sous-déclaration et des perturbations des systèmes de surveillance.

“Les perturbations liées à la pandémie, les inégalités croissantes dans l’accès aux vaccins et le détournement des ressources de la vaccination de routine laissent trop d’enfants sans protection contre la rougeole et d’autres maladies évitables par la vaccination”, ont déclaré les organisations.

Alors que les villes et les pays assouplissent les restrictions liées au COVID-19, les épidémies de rougeole deviennent plus probables, ont-ils noté.

“Il est encourageant de constater que les habitants de nombreuses communautés commencent à se sentir suffisamment protégés contre le COVID-19 pour reprendre davantage d’activités sociales. Mais le faire dans des endroits où les enfants ne reçoivent pas de vaccination de routine crée la tempête parfaite pour la propagation d’une maladie comme la rougeole. “, a déclaré Catherine Russell, directrice exécutive de l’UNICEF, dans le communiqué.

Lire aussi  L'endocrinologue utilise l'art alimentaire pour enseigner aux patients

Au cours de l’année écoulée, les plus grandes épidémies de rougeole se sont produites en Somalie, au Yémen, au Nigéria, en Afghanistan et en Éthiopie. La principale raison des épidémies est le manque de couverture vaccinale contre la rougeole, ont indiqué les organisations.

Environ 23 millions d’enfants ont manqué les vaccinations infantiles en 2020, ont indiqué les groupes. Les campagnes de vaccination des enfants ont été entravées en raison de la pandémie de COVID-19 et des conflits en Ukraine, en Éthiopie, en Somalie et en Afghanistan.

Au total, 57 campagnes ciblant les maladies évitables par la vaccination dans 43 pays qui devaient avoir lieu depuis le début de la pandémie de COVID-19 sont toujours reportées, ont indiqué les groupes, ce qui pourrait toucher 203 millions de personnes. Parmi celles-ci, 19 sont des campagnes contre la rougeole, qui pourraient exposer 73 millions d’enfants à un risque de rougeole en raison de vaccinations manquées.

Une couverture vaccinale de 95 % ou plus avec deux doses du vaccin contre la rougeole peut offrir une protection, selon les organisations. Mais les cinq pays qui ont enregistré les cas de rougeole les plus élevés au cours de l’année écoulée avaient une couverture par la première dose comprise entre 46 % et 68 %.

Aux États-Unis, les vaccinations contre la rougeole chez les élèves de la maternelle sont passées d’environ 95 % à 93,9 % pour l’année scolaire 2020-2021, selon Les actualites. La couverture vaccinale a également chuté de 95 % à 93,6 % pour la diphtérie, le tétanos, la coqueluche acellulaire et la varicelle. Même si les diminutions semblent faibles, cela signifie que des dizaines de milliers d’enfants à travers les États-Unis ont commencé l’école sans leurs vaccinations infantiles courantes, a déclaré le CDC.

Lire aussi  Les applications de téléphonie mobile rendent presque impossible de se perdre de nos jours. Et ce n'est pas bon pour nous | Adrian Chilis

“Nous craignons que les vaccinations de routine manquées ne laissent les enfants vulnérables à des maladies évitables comme la rougeole et la coqueluche, qui sont extrêmement contagieuses et peuvent être très graves, en particulier pour les bébés et les jeunes enfants”, a déclaré Shannon Stokley, DrPH, directrice adjointe de la vaccination du CDC. Division des services, a déclaré à Les actualites.

Les chiffres montrent une “baisse préoccupante des vaccinations infantiles qui a commencé en mars 2020”, a-t-elle déclaré.

Pour plus d’actualités, suivez Medscape sur Facebook, TwitterInstagram et YouTube.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick