La Russie rejette certains plans de vol, alors que la Biélorussie devient de plus en plus isolée

MOSCOU – L’espace aérien au-dessus de l’Europe de l’Est s’est transformé jeudi en damier géopolitique, la Russie ayant rejeté certains vols européens qui évitaient la Biélorussie, la dernière salve de fureur à propos de l’atterrissage forcé d’un avion de ligne avec un dissident biélorusse à bord.

De nouvelles informations sont apparues jeudi qui ont encore sapé l’affirmation du gouvernement biélorusse selon laquelle il avait annulé le vol dimanche à cause d’une alerte à la bombe, et non dans le but de saisir le dissident, Roman Protasevich. Un fournisseur de messagerie suisse a déclaré que l’e-mail que les autorités biélorusses ont cité comme l’alerte à la bombe avait en fait été envoyé après que l’avion avait déjà été détourné.

Dans le ciel, les développements rapides ont montré comment le détournement du vol de la Grèce vers la Lituanie et l’arrestation de M. Protasevich avaient des répercussions de plus en plus larges sur les voyages et le commerce, et sur les relations entre la Russie et la majeure partie de l’Europe. Ils ont indiqué que Moscou pourrait être prêt à doubler son soutien à Aleksandr G. Lukashenko, l’homme fort du Bélarus; le Kremlin a annoncé qu’il rencontrerait vendredi le président Vladimir V. Poutine à Sotchi, en Russie.

Les autorités aéronautiques russes ont refusé jeudi d’approuver de nouveaux plans de vol pour un vol Air France et un vol d’Austrian Airlines à destination de Moscou qui auraient fait une boucle autour de l’espace aérien biélorusse. La Lituanie interdisant désormais les vols à l’arrivée qui ont traversé la Biélorussie, la compagnie aérienne publique russe Aeroflot a annulé un vol Moscou-Vilnius, en Lituanie, qui aurait normalement traversé l’espace aérien biélorusse, plutôt que de le réacheminer.

Lire aussi  Kiribati se retire du Forum des îles du Pacifique en coup porté à l'organisme régional | Kiribati

Et à l’aéroport de Minsk, la capitale de la Biélorussie, 13 des 36 départs prévus ont été annulés, l’Union européenne ayant tenu sa promesse de couper les liaisons aériennes directes avec ce pays.

M. Lukashenko a insisté sur le fait qu’une alerte à la bombe par courrier électronique avait poussé les autorités du pays à ordonner au Boeing 737 exploité par la société irlandaise Ryanair d’atterrir à Minsk. Lorsque l’avion a atterri, les autorités biélorusses ont arrêté M. Protasevich et sa petite amie, Sofia Sapega.

Mais Protonmail, un fournisseur de messagerie suisse dont le service, selon les autorités biélorusses, a été utilisé pour envoyer l’alerte à la bombe, a contré jeudi la version de M. Loukachenko. Le courrier électronique en question, a déclaré la société, a été envoyé après que l’avion ait déjà été détourné par les contrôleurs aériens biélorusses vers Minsk.

La révélation a confirmé l’opinion largement répandue selon laquelle la revendication d’une alerte à la bombe était une ruse pour capturer M. Protasevich, qui vivait en exil depuis 2019.

“Nous pouvons confirmer que le message en question a été envoyé après la redirection de l’avion”, a déclaré Protonmail dans un communiqué. «Nous n’avons pas vu de preuves crédibles de la véracité des affirmations biélorusses et nous soutiendrons les autorités européennes dans leurs enquêtes dès réception d’une demande légale.»

Les dirigeants européens en colère ont appelé lundi les transporteurs aériens basés dans le bloc à éviter l’espace aérien biélorusse et les aéroports de l’UE à interdire les vols des compagnies aériennes biélorusses. Le résultat a été de couper largement la Biélorussie – un pays de 9,5 millions d’habitants déchiré par les manifestations antigouvernementales depuis l’été dernier – de la majeure partie de l’Europe. La frontière ouverte avec la Russie est devenue l’un des rares moyens pour les gens d’entrer et de sortir du pays.

Lire aussi  Le pape réconforte les migrants du camp de réfugiés de Lesbos tout en les exhortant à agir

Mais il devenait clair jeudi que l’indignation de l’Occident contre la Biélorussie pouvait avoir des implications plus larges. Conformément aux orientations de l’Union européenne, les compagnies aériennes européennes ont commencé à réacheminer leurs vols à destination et en provenance de la Russie pour éviter l’espace aérien de la Biélorussie. Austrian Airlines a déclaré jeudi qu’elle avait demandé l’approbation de la Russie pour une telle nouvelle route.

«Les autorités russes ne nous ont pas accordé cette approbation», a déclaré une porte-parole de la compagnie aérienne, filiale de Lufthansa. «En conséquence, Austrian Airlines a dû annuler le vol d’aujourd’hui de Vienne à Moscou.»

Mercredi soir, Air France a annoncé avoir annulé un vol régulier Paris-Moscou pour des raisons similaires. Un autre vol d’Air France à destination de Moscou a été annulé jeudi.

Il n’y a pas eu de commentaire officiel sur la question de la part de la Russie, et il y avait des signes que les vols annulés ne reflétaient pas une nouvelle politique générale. Un vol de la Lufthansa au départ de Francfort a atterri à Moscou mercredi soir, par exemple, malgré un écart par rapport à sa trajectoire de vol habituelle pour éviter la Biélorussie; il en est de même pour un vol LOT Polish Airlines au départ de Varsovie jeudi.

“L’administration présidentielle ne contrôle pas le trafic aérien”, a déclaré le porte-parole de M. Poutine, Dmitri S. Peskov, aux journalistes.

Il n’était pas non plus clair si les compagnies aériennes russes tiendraient compte des demandes de certains pays de l’UE de rester en dehors de l’espace aérien biélorusse. Aeroflot a annulé le vol vers Vilnius prévu vendredi sans explication.

Lire aussi  TalkTalk pousse le gouvernement britannique à promouvoir le très haut débit

Mais le plus grand impact des interdictions de vol a été ressenti en Biélorussie, où les mesures prises par l’UE et par l’Ukraine voisine pour fermer l’espace aérien du pays ont considérablement limité la capacité des personnes à voyager à l’étranger. Mercredi, un vol de Minsk à Barcelone par Belavia, la compagnie aérienne nationale de la Biélorussie, a passé environ deux heures à tourner près de la frontière polonaise avant de retourner à Minsk.

La raison, selon Belavia: les autorités françaises, qui se trouvaient dans la trajectoire de vol prévue de l’avion, «ont désactivé manuellement le plan de vol sans en avertir la compagnie aérienne» trois minutes avant le décollage; Les autorités françaises n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Jeudi, un seul vol vers une destination de l’UE – Tallinn, Estonie – a décollé de l’aéroport de Minsk, selon les données de Flightradar24; 13 vols vers des aéroports de l’UE et d’Ukraine ont été annulés.

Le reportage a été rédigé par Oleg Matsnev à Moscou; Constant Méheut et Gaëlle Fournier à Paris; Melissa Eddy à Berlin; et Monika Pronczuk à Bruxelles.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick