Photos des dernières frappes aériennes

Les avions israéliens ont continué un barrage de frappes aériennes contre l’enclave palestinienne de Gaza lundi soir, heure locale, alors qu’une semaine de violence qui a tué plus de 200 personnes a poussé les dirigeants mondiaux à intensifier la médiation.

Les frappes aériennes ont envoyé des nuages ​​de poussière dans l’horizon, alors que le groupe militant du Hamas qui contrôle la bande côtière assiégée et densément peuplée a menacé de nouvelles tirs de roquettes sur Tel Aviv si les bombardements des zones résidentielles ne s’arrêtaient pas.

Lors d’un appel avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lundi soir, le président américain Joe Biden a déclaré qu’il soutenait un cessez-le-feu, peu de temps après que des diplomates aient déclaré que Washington avait bloqué un troisième projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à la fin de la violence.

La résidente de Gaza, Roba Abu al-Awf, 20 ans, a déclaré qu’elle se préparait pour une nuit difficile.

«Nous n’avons rien d’autre à faire que de rester à la maison», a-t-elle déclaré. «La mort peut survenir à tout moment – le bombardement est fou et aveugle.»

Les militants palestiniens ont pour leur part tiré environ 3350 roquettes vers Israël depuis que le conflit s’est intensifié le 10 mai dans le plus gros échange de tirs depuis des années, déclenché par les troubles à Jérusalem-Est annexée par Israël.

Le Croissant-Rouge qatari a déclaré qu’une frappe aérienne avait endommagé ses bureaux à Gaza lundi, tandis que le ministère de la Santé a déclaré que l’un de ses bâtiments et une clinique avaient également été touchés.

L’armée israélienne a déclaré lundi qu’elle avait frappé les maisons de neuf commandants « de haut rang » du Hamas pendant la nuit, un jour après avoir bombardé la maison de Yahya Sinwar, chef de l’aile politique du groupe. Il n’a donné aucun détail sur les victimes.

Des milliers de sans-abri

Les avions de combat ont également frappé ce que l’armée israélienne appelle le «métro», son terme désignant les tunnels souterrains du Hamas, dont Israël a précédemment reconnu qu’ils traversaient en partie des zones civiles.

Les frappes surviennent un jour après que 42 Palestiniens à Gaza – dont au moins huit enfants et deux médecins, selon le ministère de la Santé – ont été tués dans le pire bilan quotidien de l’enclave depuis le début des bombardements.

Les autorités locales affirment qu’au total, 212 Palestiniens ont été tués à Gaza, dont au moins 61 enfants, et plus de 1400 blessés depuis qu’Israël a lancé sa campagne aérienne contre le Hamas en réponse aux tirs de roquettes.

Israël affirme que 10 personnes, dont un enfant, ont été tuées et plus de 300 blessées par les tirs de roquettes qui ont été les plus intenses à jamais pleuvoir sur l’Etat juif.

Le bombardement israélien de Gaza a déplacé 38 000 personnes et fait 2 500 sans-abri, selon les Nations Unies.

Il a également endommagé des infrastructures cruciales, les autorités de l’électricité ayant averti lundi qu’il ne lui restait plus que suffisamment de carburant pour fournir de l’électricité pendant encore deux à trois jours.

Samedi, Israël a donné aux journalistes d’Al Jazeera et de l’agence de presse AP une heure pour évacuer leurs bureaux avant de lancer des frappes aériennes, transformant leur tour en un tas de gravats fumants.

M. Netanyahu a affirmé dimanche que le bâtiment abritait également un bureau de renseignement «terroriste» palestinien.

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré lundi qu’il avait demandé des «détails» et une «justification» de la grève.

La violence entre le Hamas et Israël est la pire depuis 2014, quand Israël a lancé une opération militaire dans la bande de Gaza dans le but déclaré de mettre fin aux tirs de roquettes et de détruire les tunnels utilisés pour la contrebande.

Cette guerre a fait 2251 morts du côté palestinien, pour la plupart des civils, et 74 du côté israélien, pour la plupart des soldats.

Les pourparlers du Conseil de sécurité de l’ONU qui se sont ouverts dimanche ont abouti à peu de progrès, Washington bloquant lundi pour la troisième fois un projet de résolution appelant à l’arrêt de la violence.

Le CSNU tiendra mardi une nouvelle réunion d’urgence à huis clos sur la crise, a annoncé la mission diplomatique norvégienne.

L’administration de M. Biden dit qu’elle travaille dans les coulisses et qu’une déclaration du Conseil de sécurité pourrait se retourner contre lui.

Mais la Maison Blanche a déclaré lundi soir que «le président a exprimé son soutien à un cessez-le-feu et a discuté de l’engagement des États-Unis avec l’Égypte et d’autres partenaires à cette fin» avec Netanyahu.

M. Biden avait jusqu’à présent résisté à se joindre à d’autres dirigeants mondiaux et à une grande partie de son propre parti démocrate pour appeler à un cessez-le-feu immédiat.

Le conseiller à la sécurité nationale de M. Biden, Jake Sullivan, a déclaré qu’il s’était entretenu lundi avec son homologue israélien et le gouvernement égyptien – un intermédiaire clé -, affirmant que Washington était engagé dans une «diplomatie silencieuse et intensive».

‘Mains sanglantes’

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa «solidarité» avec Israël dans son propre appel avec M. Netanyahu lundi, réaffirmant le «droit de l’État juif de se défendre» contre les attaques à la roquette – une ligne également toujours suivie par Washington.

Mais le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé le président américain d’avoir «les mains sanglantes» en raison de son soutien à Israël.

L’envoyé américain pour les affaires israéliennes et palestiniennes, Hady Amr, était à Ramallah lundi et a rencontré le président de l’Autorité palestinienne Mahmud Abbas, qui a exhorté Washington à agir contre «l’agression d’Israël», a rapporté l’agence de presse officielle Wafa.

Israël tente également de contenir la violence intercommunautaire entre juifs et arabo-israéliens, ainsi que les troubles en Cisjordanie occupée, où les autorités palestiniennes affirment que les forces israéliennes ont tué 20 Palestiniens depuis le 10 mai.

Un Israélien de 56 ans qui a été battu par des suspects arabes dans la ville de Lod la semaine dernière est décédé lundi à l’hôpital, a indiqué la police.

Des affrontements ont éclaté dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem – l’un des sites les plus sacrés de l’islam – le 7 mai après que les forces israéliennes se sont déplacées vers les fidèles.

Cela faisait suite à une répression contre les manifestations contre les expulsions prévues de Palestiniens dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est annexée par Israël.

Des manifestations ont éclaté dans le monde entier contre la campagne aérienne israélienne à Gaza, y compris au Liban voisin, d’où des roquettes ont également été tirées vers l’Etat juif lundi soir.

L’armée a déclaré qu’aucune des six roquettes lancées depuis le sud du Liban – un bastion de l’ennemi d’Israël, le Hezbollah – n’a atteint le territoire israélien et qu’elle a répondu par des tirs d’artillerie.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick