Le cauchemar de COVID en Inde est maintenant officiellement le problème de l’Afrique

L’épidémie catastrophique de coronavirus en Inde a maintenant envoyé des réverbérations mortelles en Afrique, où les pays dépendent des vaccins fabriqués en Inde par le biais du programme d’accès mondial aux vaccins COVID-19 connu sous le nom de COVAX.

Le Forum économique mondial a averti que l’Afrique, qui a déjà le déploiement de vaccins le plus lent au monde, avec seulement 2% de la population entière vaccinée, risquait d’être laissée vulnérable à une vague de nouvelles variantes alors que le virus mute de manière incontrôlée à travers le continent en raison des pénuries de vaccins causées par la crise de l’Inde.

Dans le monde, 150 doses pour 1 000 personnes ont été mises en armes. En Afrique, seulement huit doses pour 1 000 personnes ont été administrées. Et avec l’Inde, le plus grand fabricant de vaccins au monde, maintenant incapable de répondre aux demandes d’exportation de vaccins destinées au programme COVAX en Afrique, ce nombre pourrait encore baisser.

Environ 140 millions de doses de vaccins destinées à être distribuées aux pays à faible revenu d’Afrique via COVAX ont été manquées en mai. «50 millions de doses supplémentaires seront probablement manquées en juin», a déclaré Henrietta Fore, la directrice de l’UNICEF, dans un communiqué. «Nous sommes préoccupés par le fait que le pic mortel en Inde est un précurseur de ce qui se passera si ces avertissements restent ignorés. Si la situation en Inde est tragique, elle n’est pas unique. »

Taïwan est également au milieu d’une deuxième vague dévastatrice après avoir largement contourné le poids de la première vague. Mais des variantes s’y sont installées, et les vaccins prévus par COVAX – encore une fois produits en Inde – ne sont pas arrivés. À présent, le pays se demande comment répartir 300 000 doses disponibles pour une population de plus de 24 millions de personnes et s’il faut conserver les deuxièmes doses ou simplement obtenir une première dose au plus grand nombre possible. Seulement 1 pour cent de la population est complètement vacciné.

L’Organisation mondiale de la santé a également recommandé que tous les pays africains utilisent toutes les doses de tous les vaccins dont ils disposent pour administrer les premiers injections au plus grand nombre de personnes possible plutôt que d’économiser des fournitures pour les deuxièmes doses afin de fournir une protection au moins partielle au plus grand nombre possible. Lundi, le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a poussé le Serum Institute of India, qui fournit le programme COVAX, à «se remettre sur les rails et rattraper son retard» malgré son débordement.

Le Forum économique mondial appelle maintenant les pays riches à abandonner le «nationalisme vaccinal» et à aider les pays en difficulté en faisant des vaccins un bien public mondial avec des données de propriété intellectuelle ouvertes à tous. L’Inde et l’Afrique du Sud ont appelé à une dérogation sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) pour accélérer la production de vaccins. L’administration Biden a déjà appelé au partage des brevets pour aider à produire plus de vaccins.

«Les annonces récentes sur les exportations de vaccins COVID-19 vont sans aucun doute atténuer l’élan derrière les efforts visant à assurer un accès mondial et équitable aux vaccins COVID-19», a déclaré Chido Munyati, chef de l’Afrique au Forum économique mondial. «C’est le moment d’un véritable partenariat public-privé alors que le monde est confronté à l’un de ses plus grands défis.»

La Chine a été parmi les premiers à répondre à l’appel pour aider l’Afrique en faisant don de vaccins à plus d’une douzaine de pays africains pour combler le vide créé par les déficits de COVAX. Pékin soutient également la dérogation aux ADPIC, qui pourrait également aider la Chine à améliorer son propre vaccin fabriqué en Chine, qui a une faible efficacité, et dont elle a promis 10 millions de doses à COVAX.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a promis lundi qu’ils continueraient à faire plus. «En tant que plus grand pays en développement et membre responsable de la communauté internationale, la Chine fera tout ce qui est propice à la lutte des pays en développement contre le virus et soutiendra toutes les actions qui peuvent aider les pays en développement à acquérir des vaccins de manière équitable», a-t-il déclaré. . «Nous travaillons également avec plus de 10 pays en développement, dont l’Égypte et les Émirats arabes unis, sur le transfert technologique et la production coopérative afin de faire progresser rapidement la production à grande échelle de vaccins.»

Mais jusqu’à ce que l’un de ces engagements et promesses devienne réalité, l’Afrique se rapproche lentement du bord de la falaise COVID-19. Selon le Forum économique mondial, ces retards «pourraient avoir d’autres conséquences durables sur les économies de l’Afrique subsaharienne» car sans protection vaccinale, la pandémie y perdurera sans entrave, laissant place au développement de nouvelles variantes résistantes aux vaccins, étouffant des économies déjà atones et taxer les systèmes de santé qui vont rapidement fléchir sous toute pression supplémentaire.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick