Les Ontariennes et Ontariens se tournent vers le Canada atlantique pour avoir une meilleure qualité de vie au milieu d’une pandémie

Lee Larabie et son épouse Rebecca rêvaient de fuir Toronto depuis des années, expliquant les raisons pour lesquelles on abandonnait l’agitation de la vie dans les grandes villes chaque fois que la conversation avait lieu.

Il y avait la flambée des prix de l’immobilier, le manque d’espace dans leur petit appartement, le désir général d’un style de vie plus calme.

Mais l’aggravation de la pandémie de COVID-19 a contribué à consolider leur décision.

Les Larabies ont commencé à chercher une maison en ligne au début de l’année, effectuant une visite virtuelle après une visite virtuelle avant d’acheter leur première maison le mois dernier à Springhill, en Nouvelle-Écosse, une ville de 2700 habitants qu’aucune des femmes n’avait jamais visitée.

Lee Larabie a vendu le magasin de tatouage qu’elle possédait à Toronto avant un déménagement maintenant prévu pour juin. Et alors que les cas de COVID-19 continuent d’augmenter dans toute la province, elle a le sentiment qu’elle et son épouse – une employée d’entrepôt atteinte d’une maladie auto-immune – ne pourraient pas quitter l’Ontario assez tôt.

«Chaque fois que (Rebecca) va travailler, cela me stresse – elle met littéralement sa vie en danger pour un peu plus du salaire minimum», a déclaré Lee Larabie. «Je n’ai qu’une seule femme. Elle signifie tout pour moi.

Rebecca Larabie a été diagnostiquée en 2015 avec une myélite transverse, un trouble neurologique caractérisé par une inflammation de la moelle épinière. La maladie, semblable à la sclérose en plaques, a provoqué une paralysie temporaire et lui a laissé des lésions au cerveau.

Le diagnostic, associé à la mort de la mère de Lee du cancer peu de temps après, a fait passer les Larabies de la rêverie d’un changement de décor à un examen sérieux. Les impacts financiers de la pandémie – le studio de tatouage était fermé depuis novembre – ont également contribué à leur décision de partir.

«Souvent, les gens parlent d’un jour, d’un jour, d’un jour, et cela ne vient jamais», a déclaré Lee Larabie. «Je suis donc fier que nous réalisions cela.

Les Larabies font partie des nombreux Ontariennes et Ontariens à déménager dans les provinces de l’Atlantique au milieu de la troisième vague de la crise du COVID-19.

Lee Larabie dit qu’elle n’a reçu que des messages de bienvenue de la part des résidents de Springhill sur les groupes Facebook, beaucoup proposant d’acheter des produits d’épicerie pendant que le couple s’isole à leur arrivée éventuelle, mais elle sait que certains peuvent se méfier des greffes qui entrent dans la bulle atlantique.

Les Larabies prévoient de mettre des notes sur leur porte d’entrée et leur voiture, faisant savoir aux voisins qu’ils veulent faire partie de la communauté une fois leur quarantaine obligatoire de 14 jours terminée.

«Nous serons respectueux, nous ferons tout ce que le gouvernement nous demande de faire», a déclaré Lee Larabie.

L’agente immobilière Sandra Pike, basée à Halifax, dit avoir entendu des murmures de ressentiment de la part de membres de groupes Facebook exprimant leur mécontentement envers les nouveaux arrivants de l’Ontario. Non seulement ils craignent que les nouveaux résidents ne déclenchent de nouveaux cas, mais ils craignent également de faire grimper les prix de l’immobilier.

Pike dit qu’environ la moitié de ses nouveaux clients qui ont récemment demandé des visionnages virtuels viennent de l’Ontario, un pourcentage beaucoup plus élevé que les années précédentes.

Le coût de la vie est la principale raison invoquée par les clients pour vouloir quitter l’Ontario, mais la pandémie a pris en compte les décisions de nombreuses personnes, dit Pike. Elle s’attend à ce que l’anxiété liée au COVID en ait conduit beaucoup à aspirer à un style de vie plus simple qui ne semblait pas réalisable jusqu’à présent, car les politiques de travail à domicile offrent plus de flexibilité.

«La qualité de vie devient de plus en plus importante», a déclaré Pike. «C’est juste un style de vie plus facile ici, plus décontracté, plus détendu.»

Steve Joordens, natif du Nouveau-Brunswick et professeur de psychologie à l’Université de Toronto, dit qu’il est logique de voir plus d’Ontariens s’enfuir vers des pâturages plus verts alors que la pandémie fait des ravages dans la province.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…

Il a décrit le phénomène comme le combat primitif ou la réaction de fuite exposée.

« Le combat n’a pas fonctionné – nous continuons juste à revenir vague après vague après vague », a déclaré Joordens. « Donc, la prochaine chose naturelle à faire serait de fuir. »

Ce désir de se libérer de ce qui cause le stress et l’anxiété peut également être influencé par ce que certains perçoivent comme des situations de vie dangereuses, dit Joordens, ajoutant que la pandémie a entaché l’attrait des lumières vives et de la grande ville pour certains.

Échanger une vie urbaine densément peuplée contre plus d’espace est un moyen d’atténuer le risque perçu, dit-il.

Alors que les cas de COVID en Ontario avaient fortement augmenté pendant des mois avant de commencer à se stabiliser récemment, les provinces de l’Atlantique connaissent maintenant des pics d’activité virale.

La Nouvelle-Écosse a enregistré un sommet quotidien de 148 nouveaux cas samedi et de 133 autres dimanche.

Bien que cela ait inquiété les Larabies, le nombre de cas est toujours bien inférieur aux 1198 signalés à Toronto dimanche.

Le taux de cas actifs en Ontario était de 253,79 pour 100 000 personnes dimanche, comparativement à 72,8 en Nouvelle-Écosse.

Rebecca Larabie ne travaillera pas à leur arrivée en Nouvelle-Écosse – Lee a déjà obtenu un emploi de tatoueuse dans une ville voisine – ce qui minimise son risque de contracter le virus.

«Nous voulons un style de vie différent en général, mais nous voulons être en sécurité, en particulier pour (Rebecca)», a déclaré Lee Larabie.

«Nous adorons Toronto. Nous avons de la famille et des amis ici. (Mais) nous voulons être quelque part où nous pouvons vieillir ensemble et être près de la nature. C’est ce qui nous apporte la paix.

Ce rapport de La Presse canadienne a été publié pour la première fois le 2 mai 2021.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick