Colin Pitchfork : Le ministère de la Justice contestera la décision de la Commission des libérations conditionnelles autorisant la libération du tueur d’enfants | Nouvelles du Royaume-Uni

Le ministère de la Justice contestera la décision de la Commission des libérations conditionnelles de libérer Colin Pitchfork, qui a violé et assassiné deux écolières dans les années 1980.

Pitchfork a été condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité avec une peine minimale de 30 ans après avoir étranglé Lynda Mann et Dawn Ashworth, toutes deux âgées de 15 ans, dans le Leicestershire en 1983 et 1986 respectivement.

La Commission des libérations conditionnelles a autorisé Pitchfork comme « apte à la libération » à la suite d’une audience en mars.

Image:
L’écolière Dawn Ashworth a été retrouvée violée et assassinée dans le village de Narborough, Leicestershire

La décision a été prise alors qu’il s’était vu refuser la liberté lors d’audiences précédentes en 2016 et 2018.

Le ministère de la Justice a déclaré aujourd’hui qu’il ferait officiellement appel de la décision lundi.

Le secrétaire à la Justice, Robert Buckland, demandera officiellement au conseil – qui est indépendant du gouvernement – ​​de réévaluer la décision.

Il a déclaré plus tôt ce mois-ci qu’il examinait l’affaire “très attentivement”.

En savoir plus sur le ministère de la Justice

Un porte-parole du ministère de la Justice a déclaré : “Nos sincères condoléances vont aux familles de Lynda Mann et Dawn Ashworth.

“Après un examen minutieux, le Lord Chancelier demandera à la Commission des libérations conditionnelles de reconsidérer sa décision.”

M. Buckland demandera à la Commission des libérations conditionnelles de réexaminer en vertu des dispositions du “mécanisme de réexamen”.

Il permet aux gens de contester la décision du conseil s’ils estiment qu’elle a été « injuste sur le plan procédural » ou « irrationnelle ».

Lire aussi  Le droit hindou et les attaques contre la liberté académique aux États-Unis

Il est entendu que l’intervention a été faite sur la base que la décision était irrationnelle.

Robert Buckland affirme que la vitesse de déploiement du vaccin aidera le pays à sortir des restrictions de verrouillage et à contrôler le virus.
Image:
M. Buckland demandera à la Commission des libérations conditionnelles de réexaminer en vertu des dispositions du «mécanisme de réexamen»

Mais simplement “être malheureux” n’est pas un motif de reconsidération.

Une fois que l’appel a été reçu et que les familles des victimes ont exprimé leur point de vue, la Commission des libérations conditionnelles doit décider si elle doit officiellement reconsidérer sa décision.

Pitchfork, maintenant dans la soixantaine, est devenu le premier homme reconnu coupable de meurtre sur la base de preuves ADN.

Il a été emprisonné en 1988 à Leicester Crown Court pour les attaques, qui se sont produites alors qu’il était dans la vingtaine.

Pitchfork a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de meurtre, deux de viol, deux d’attentat à la pudeur et un autre de complot en vue de pervertir le cours de la justice.

La durée minimale de Pitchfork a été réduite de deux ans en 2009.

Un document décrivant la décision de la Commission des libérations conditionnelles a déclaré: “Après avoir examiné les circonstances de son infraction, les progrès réalisés pendant sa détention et les preuves présentées à l’audience, le panel a été convaincu que M. Pitchfork était apte à être libéré.”

Le conseil a examiné plus de 1 1 000 pages d’informations, ainsi que les déclarations des victimes.

Ils ont également entendu des témoignages de Pitchfork, maintenant dans la soixantaine, ainsi que de ses agents de probation, de la police et d’un psychologue.

Le député du sud du Leicestershire, Alberto Costa, a qualifié la décision de libérer Pitchfork d'”épouvantable” et a déclaré que ses “crimes flagrants jetaient une ombre sur la circonscription”.

Lire aussi  Le ministère des Transports ferme des routes en raison du risque d'inondation dans l'intérieur de la Colombie-Britannique

M. Costa a longtemps fait campagne contre la libération de Pitchfork – et s’est dit « ravi » de l’intervention du ministère de la Justice.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick